Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-596

de Fatima Ahallouch (PS) du 18 juin 2020

à la ministre de l'Emploi, de l'Economie et des Consommateurs, chargée de la Lutte contre la pauvreté, de l'Egalité des chances et des Personnes handicapées

Crise du coronavirus - Impact - Personnes précarisées par la crise - Aide alimentaire - Projets solidaires - Soutien - Fonds européen d'aide aux démunis (FEAD) - Critères de répartition (Covid-19)

épidémie
pauvreté
aide alimentaire
catégorie sociale défavorisée

Chronologie

18/6/2020 Envoi question (Fin du délai de réponse: 23/7/2020 )
19/8/2020 Réponse

Question n° 7-596 du 18 juin 2020 : (Question posée en français)

Cette question relève du Sénat par sa transversalité dans les matières liées à la lutte contre la pauvreté et l'égalité des chances.

Par ailleurs, la gestion de la stratégie de lutte contre le Covid-19 est une matière fédérale. De plus, l'exécution des politiques en matière de déconfinement est également une compétence des entités fédérées pour leurs mises en application.

En Belgique, l'aide alimentaire bénéficiait à 450 000 personnes avant le confinement. La période que nous vivons devrait conduire 100 000 personnes supplémentaires vers les épiceries sociales ou les Restos du Cœur, craint la responsable de la Fédération des services sociaux, également membre du Groupe d'experts en charge du déconfinement.

Des nouveaux publics sollicitent ces services d'aide, comme des étudiants, les artistes ou des travailleurs à temps partiel pour lequel le chômage temporaire ne suffit pas à faire vivre une famille.

À Bruxelles, ces services ont décidé d'élargir le public et ne demandent plus d'attestation officielle à ceux qui sollicitent des colis. Ils s'investissent par ailleurs dans des accords avec, par exemple, le marché matinal de Bruxelles.

1) Qu'en est-il en Wallonie? Un million d'euros seraient prévus pour cent septante-et-un projets d'aide alimentaire. Y a-t-il d'autres projets solidaires en cours que nous pourrions soutenir également au niveau local?

2) Disposez-vous d'informations quant aux critères de répartition du Fonds européen d'aide aux démunis (FEAD) qui transite par le gouvernement fédéral?

Réponse reçue le 19 aôut 2020 :

1) Comme ministre du gouvernement fédéral, je peux vous informer des mesures de soutien que nous avons pris au niveau fédéral. Nous avons dédié deux fois 3 millions d’euros aux centres publics d’action sociale (CPAS) qui peuvent soutenir au niveau local les projets existants d’aide alimentaire ainsi que les nouvelles initiatives solidaires.

Nous avons aussi donné des subsides aux banques alimentaires et aux autres partenaires logistiques dans l’exécution du Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD), avec le même objectif: faire face à la demande augmentée ces derniers mois. Ces subsides remontent à un montant total de 1 035 000 euros.

Ces différentes mesures s’ajoutent au budget que le gouvernement fédéral débloque chaque année pour l’achat de denrées alimentaires dans le cadre du FEAD en complément des moyens européens.

2) Le système de répartition du FEAD actuel est un système qui se base sur le nombre de revenus d'intégration sociale (RIS) par commune et qui détermine, aussi bien pour les CPAS que pour les organisations partenaires agréées un plafond communal à ne pas dépasser. Ce système objectif de répartition se base sur les besoins réels et la répartition de la pauvreté en Belgique.

Ce système reste inchangé suite à la crise sanitaire.