Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-479

de Bert Anciaux (sp.a) du 20 avril 2020

au ministre de la Mobilité, chargé de Belgocontrol et de la Société nationale des chemins de fer belges

Aéroport de Zaventem - Trafic aérien - Usage préférentiel des pistes - Chiffres - Problème de santé supplémentaire pour les riverains

aéroport
circulation aérienne
bruit
pollution acoustique
norme environnementale
statistique officielle

Chronologie

20/4/2020 Envoi question (Fin du délai de réponse: 21/5/2020 )
9/6/2020 Réponse

Question n° 7-479 du 20 avril 2020 : (Question posée en néerlandais)

Il est évident que le décollage et l'atterrissage d'avions à Zaventem constituent une matière transversale dont l'autorité fédérale (l'aéroport proprement dit), les Régions (route aérienne et environnement) et les Communautés (santé et nuisances provoquées par les émissions et le bruit) se partagent la compétence.

Alors même que nous sommes tous touchés par cette crise sanitaire inimaginable, nous constatons qu'à Zaventem, le trafic aérien bafoue manifestement toutes les règles et fait à nouveau fi de tous les équilibres. Le souci légitime de répartir au mieux les nuisances du trafic aérien est totalement méconnu. Cela a de graves conséquences sur la santé des riverains qui subissent aujourd'hui bien plus de nuisances.

Il est cynique de devoir constater qu'au moment où sévit la crise sanitaire la plus grave que nous ayons connue depuis des décennies, l'aéroport de Zaventem, en toute discrétion, compromet encore davantage la santé de centaines de milliers de personnes habitant dans le nord de Bruxelles et dans la périphérie nord de Bruxelles.

Il me revient en outre que les quotas de bruit (quota count) par avion sont largement dépassés et que des avions particulièrement bruyants sont à nouveau en circulation. Par ailleurs, le nombre de vols de nuit est en nette augmentation par rapport aux dernières années et dépasse le nombre autorisé par la loi. Il arrive même parfois que les avions soient plus nombreux la nuit que le jour.

1) Le ministre peut-il me communiquer toutes les statistiques relatives aux avions ayant décollé ou atterri entre le 13 mars 2020 et fin avril 2020? Peut-il distinguer les décollages et les atterrissages? Peut-il également préciser quelle piste de décollage et d'atterrissage ces avions ont utilisée et combien d'avions ont emprunté chacune de ces pistes? Pourquoi les décollages ne se font-ils encore qu'à partir de la piste 25R, ce qui est contraire à l'usage préférentiel des pistes?

2) Le ministre a-t-il approuvé cette nouvelle forme de concentration des avions au décollage?

3) Est-il conscient des effets nuisibles de cette concentration sur la santé?

4) Parmi les décollages qui ont eu lieu entre le 13 mars et fin avril 2020, combien concernaient des vols de nuit et combien concernaient des vols de jour? J'aimerais connaître le moment de décollage et d'atterrissage des avions.

5) Pourquoi Brussels Airport a-t-il été autorisé à faire à nouveau voler pendant la nuit de vieux avions-cargos au bruit infernal? J'aimerais obtenir le quota de bruit de chacun des avions.

6) Le ministre est-il conscient du caractère cynique de la situation? La recherche du profit de Brussels Airport importe-t-elle plus que la santé de plusieurs milliers de riverains?

Réponse reçue le 9 juin 2020 :

Je renvoie l’honorable membre à la réponse que j’ai donnée à la question orale n690P posée à la première ministre en séance plénière de la Chambre des représentants le 7 mai 2020 par monsieur le député Bert Wollants (doc. Chambre, CRIV 55 PLEN 039 du 7 mai 2020, p. 22 et 23).