Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-416

de Rik Daems (Open Vld) du 20 mars 2020

à la ministre de l'Emploi, de l'Economie et des Consommateurs, chargée de la Lutte contre la pauvreté, de l'Egalité des chances et des Personnes handicapées

Crise du coronavirus - Banques alimentaires - Pénuries alimentaires - Financement par l'Union européenne - Appel aux volontaires (Covid-19)

maladie infectieuse
épidémie
aide alimentaire
pauvreté

Chronologie

20/3/2020 Envoi question (Fin du délai de réponse: 23/4/2020 )
17/7/2020 Réponse

Aussi posée à : question écrite 7-415

Question n° 7-416 du 20 mars 2020 : (Question posée en néerlandais)

Le nombre de gens qui ont fait appel aux banques alimentaires belges a atteint un record avec 168 476 personnes chaque mois, soit 5,9 % de plus qu'en 2018.

Les banques alimentaires jouent un rôle capital dans la lutte contre le gaspillage de nourriture. Elles veillent à ce que les excédents alimentaires des grandes surfaces soient partagés entre les personnes vivant dans la pauvreté. On évite à la fois la précarité alimentaire et le gaspillage alimentaire et l'on peut donc dire que chacun en sort gagnant.

En temps ordinaire, les banques alimentaires sont tributaires de nombreux volontaires âgés. Mais ces personnes vulnérables ont été exhortées à limiter autant que possible les contacts, ce qui met les banques alimentaires dans une situation difficile. Il convient de trouver une solution à ce problème.

Le ministre néerlandais des Affaires sociales appelle les gens à proposer leurs services en tant que volontaires. Il observe que de jeunes volontaires se sont déjà présentés, mais les banques alimentaires en requièrent davantage.

Dans notre pays aussi, les banques alimentaires et la distribution de nourriture sont aux prises avec de graves difficultés. Comme les gens ont pris d'assaut les rayons, les invendus des magasins ont diminué.

La lutte contre la pauvreté est une matière communautaire. Par ailleurs, le précédent gouvernement fédéral, à l'initiative de la secrétaire d'État à la Lutte contre la pauvreté, avait élaboré un plan d'action contre la pauvreté. La présente question porte donc sur une compétence transversale, partagée avec les Communautés.

Je souhaiterais dès lors vous poser les questions suivantes:

1) Comment les banques alimentaires peuvent-elles continuer à jouer leur rôle crucial pour la population qui en a besoin plus que jamais, en raison des répercussions économiques de la crise du coronavirus ? Comment allez-vous assurer l'approvisionnement des banques alimentaires, en liaison avec les Communautés et d'autres partenaires ? Pouvez-vous donner des explications détaillées à ce sujet?

2) Vu la crise du coronavirus, êtes-vous prête à insister pour que l'Union européenne (UE) octroie un financement suffisant aux banques alimentaires? Pouvez-vous préciser le calendrier et le contenu?

3) En cette crise du coronavirus, quel soutien additionnel a-t-on prévu concrètement pour les banques alimentaires? Pouvez-vous préciser?

4) Pouvez-vous dire si vous êtes disposée, à l'instar de votre homologue aux Pays-Bas, à exhorter les citoyens à aider les banques alimentaires en tant que volontaires? Les chômeurs temporaires ont-ils un rôle à jouer à cet égard ?

Réponse reçue le 17 juillet 2020 :

1) Les livraisons du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD) se sont poursuivies pendant la crise du coronavirus. Les produits du FEAD ont ainsi assuré aux banques alimentaires et aux bénéficiaires un approvisionnement continu considérable.

De plus, le gouvernement a prévu des mesures supplémentaires afin de garantir que les entrepôts centraux puissent continuer de fonctionner. Ainsi, la Fédération belge des banques alimentaires, la Croix-Rouge, Alimen’t et ODC Anvers (Antwerps opslag- en distributiecentrum voor voedselhulp) ont reçu deux subventions de 276 000,00 euros et 714 000,00 euros. Ces organismes peuvent utiliser ces subventions pour l’achat de denrées alimentaires et / ou de produits d’hygiène. Par ailleurs, 20 % de la seconde subvention peut servir à financer le transport des denrées alimentaires.

Le service public fédéral de programmation Intégration sociale (SPP IS) organise également une concertation régulière avec les entrepôts précités et d’autres acteurs pertinents du secteur de l’aide alimentaire, tels que la Fédération des services sociaux (FdSS), Komosie et l’organisation faîtière des sociétés Saint-Vincent de Paul. Cette concertation permet d’échanger des expériences de terrain et de partager des informations sur les mesures supplémentaires. Par ailleurs, le SPP IS se tient ainsi informé des besoins du terrain.

En outre, le SPP IS a poursuivi le développement de la plateforme numérique « la Bourse aux dons », en collaboration avec Level IT. La plateforme permet aux organisations d’aide alimentaire d’offrir gratuitement leurs excédents alimentaires aux organisations qui en ont besoin. Cette plateforme s’est encore enrichie d’une fonction permettant au citoyen de s’enregistrer comme volontaire afin d’aider les organisations d’aide alimentaire qui manquent de bras.

2) En avril, le ministre Ducarme et le président du SPP IS ont tous deux envoyé une lettre officielle à la Commission afin de demander un financement supplémentaire. Ces lettres ont été envoyées respectivement le 9 avril 2020 au Commissaire européen à l’Emploi et aux Droits sociaux, et le 28 avril 2020 au directeur général de la direction générale (DG) Emploi, Affaires sociales et Inclusion.

Entre-temps, une proposition a été faite au sein de l’Union européenne (UE) afin de libérer des moyens supplémentaires pour les États membres, qui pourront être ajoutés aux programmes opérationnels (PO) actuels des Fonds structurels (Fonds social européen – FSE, FEAD, Fonds européen de développement régional – FEDER, etc.). Ces moyens devront donc être répartis entre les PO belges de ces fonds et devraient être disponibles à partir de l’automne. Pour l’instant, il n’y a encore aucune indication quant à l’ampleur de cette enveloppe de moyens supplémentaires pour la Belgique.

3) Comme nous l’avons déjà détaillé ci-dessus, le gouvernement a prévu des mesures supplémentaires afin de s’assurer que les entrepôts centraux puissent continuer de fonctionner. Ainsi, la Fédération belge des banques alimentaires, la Croix-Rouge, Alimen’t et ODC Anvers ont reçu deux subventions de 276 000,00 euros et 714 000,00 euros. Ces organismes peuvent utiliser ces subventions pour l’achat de denrées alimentaires et / ou de produits d’hygiène. Par ailleurs, 20 % de la seconde subvention peut servir à financer le transport des denrées alimentaires.

4) Le SPP IS a poursuivi le développement de la plateforme numérique « la Bourse aux dons », en collaboration avec Level IT. Cette plate-forme s’est encore enrichie d’une fonction permettant au citoyen de s’enregistrer en tant que volontaire afin d’aider les organisations d’aide alimentaire qui manquent de bras. Différents canaux ont été utilisés pour faire connaître cette plateforme, notamment la newsletter du FEAD, ainsi que la lettre d’informations et les médias sociaux du SPP IS. En outre, des partenaires d’aide alimentaire ont été appelés à promouvoir la plateforme au sein de leur propre réseau.

Le 24 juin 2020, la plateforme comptait 936 volontaires enregistrés.

Vous trouverez plus d’informations à ce sujet sur https://www.aidealimentaire.be/.