Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-309

de Gaëtan Van Goidsenhoven (MR) du 23 janvier 2020

au ministre de la Mobilité, chargé de Belgocontrol et de la Société nationale des chemins de fer belges

Sécurité routière - Pneus hiver - Utilité - Montage par les automobilistes - Incitation éventuelle au placement

sécurité routière
pneumatique
circulation routière
dispositif de sécurité
intempérie

Chronologie

23/1/2020 Envoi question (Fin du délai de réponse: 27/2/2020 )
31/3/2020 Rappel
8/4/2020 Réponse

Question n° 7-309 du 23 janvier 2020 : (Question posée en français)

Le débat revient chaque année dès que le mercure tend à se rapprocher de zéro: est-il ou non pertinent de remplacer les pneus été par des pneus hiver sur les voitures qui circulent en Belgique?

Cette question est, par définition, transversale, de par ses liens avec des compétences telles que la mobilité, la sécurité routière, etc.

Les avantages du pneu hiver sont manifestes: leur structure rainurée, leurs lamelles ainsi que leur gomme particulière qui durcit moins vite que les pneus été offrent une meilleure adhérence et permettent de réduire plus ou moins fortement les distances de freinage dès que la température descend sous les 7°C. Nul besoin de voir tomber la neige, donc, pour constater l'utilité des pneus hiver et ce, que le sol soit sec ou mouillé.

La question du coût des pneus hiver est parfois mise en avant pour justifier leur non-installation. C'est un faux argument car, par temps froid, les pneus hiver s'usent moins vite que les pneus été, et inversement par temps chaud.

Le passage annuel aux pneus hiver est donc gage de davantage de sécurité, d'une meilleure mobilité sur les routes du Royaume mais aussi de plus kilomètres parcourus par pneu.

À noter que, parallèlement, plusieurs pays et régions européens ont fait le choix d'imposer la conduite en pneus hiver lorsque les conditions climatiques deviennent hivernales.

Or, malgré tous ces faits, il n'y aurait que 60 % des conducteurs belges qui changeraient de pneus deux fois par an.

1) Disposez-vous de données chiffrées sur le sujet?

2) De même, est-il dans vos intentions de favoriser d'une manière ou d'une autre l'adoption des pneus hiver par un plus grand nombre d'automobilistes?

Réponse reçue le 8 avril 2020 :

1) Les derniers chiffres qui ont pu m’être fournis datent d'octobre 2016. À cette époque, il avait été constaté que 60 % des Wallons équipaient leur voiture de pneus hiver contre 40 % des Flamands. C’est dans les provinces de Liège et du Luxembourg qu’il y en avait le plus. Un conducteur sur trois effectuait lui-même cette opération (source: Vias Institute).

2) Comme je l’ai récemment expliqué dans ma réponse à une question parlementaire sur le même thème (question no 221 de monsieur le député Vincent Scourneau du 3 janvier 2020, Chambre, QRVA 55-010 du 4 février 2020, p. 166 et 167), je n’envisage pas de rendre les pneus hiver obligatoires. S’ils permettent d’améliorer la mobilité de certains véhicules et de diminuer les accidents légers, leur usage n’implique pas directement une diminution de la gravité des accidents: au contraire, il se pourrait même qu’ils induisent chez certains automobilistes un faux sentiment de sécurité et des comportements inadaptés tels qu’une vitesse exagérée ou le non-respect des distances de sécurité. En outre, ces pneus ne sont pas suffisamment efficaces sur le verglas.

J’estime donc qu’il faut laisser la responsabilité aux conducteurs de s’équiper ou non de pneus neige selon leurs besoins et leurs habitudes de déplacement.

En cas de conditions hivernales, les conducteurs devraient toujours être encouragés, si leur véhicule n’est pas équipé de pneus hiver, à utiliser des moyens de transport alternatifs.