Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-1370

de Fatima Ahallouch (PS) du 8 octobre 2021

à la vice-première ministre et ministre des Affaires étrangères, des Affaires européennes et du Commerce extérieur, et des Institutions culturelles fédérales

Afghanistan - Femmes afghanes - Protection

Afghanistan
migration de retour
droits de l'homme
droits de la femme
relation diplomatique

Chronologie

8/10/2021 Envoi question (Fin du délai de réponse: 11/11/2021 )
25/10/2021 Réponse

Question n° 7-1370 du 8 octobre 2021 : (Question posée en français)

Suite à la fin du régime taliban, en 2003, les droits des femmes ont connu de grandes avancées. On comptait 3,3 millions de filles scolarisées, et les femmes sont impliquées sur les plans politique, économique et social.

En réaction à l'effondrement du gouvernement afghan après la prise de pouvoir par les talibans, Agnes Callamard, secrétaire générale d'Amnesty International, a déclaré : «Les gouvernements étrangers doivent prendre les mesures nécessaires pour garantir la sortie en toute sécurité hors d'Afghanistan de toutes les personnes qui risquent d'être prises pour cibles par les talibans. Ces mesures supposent de fournir des visas accélérés, de soutenir les évacuations de l'aéroport de Kaboul, de proposer des places de réinstallation et de relocalisation, et de suspendre toutes les expulsions et tous les retours forcés».

La Belgique et les instances européennes se doivent de financer une assistance spécifique et des programmes humanitaires de protection pour les femmes afghanes, victimes ou à risque de violence ainsi que de leurs proches qui les soutiennent. Plusieurs textes internationaux visent à protéger spécifiquement les filles et femmes en raison de leur vulnérabilité et besoins spécifiques. Il est essentiel pour la Belgique de continuer à porter haut et fort cette position au sein de toutes les instances internationales.

Ces questions relèvent de la compétence du Sénat du fait de leur transversalité.

Le système d'asile belge s'inscrit dans le contexte régional, européen et provient des conventions internationales qui engagent la Belgique en matière de respect de l'accueil des demandeurs de protection internationale, qui se trouvent sur son territoire. La Belgique est signataire des conventions internationales des droits de l'enfant et des droits des réfugiés. Les communautés sont également compétentes en matière de relations internationales dans les domaines qui relèvent de leur compétence.

Comment la Belgique continue-t-elle à se positionner comme un acteur soutenant par rapport à la protection de la population sur place et dans le cadre des organisations internationales et européennes sur des avancées en ce sens ? Pouvez-vous maintenir des contacts suffisants pour ne pas isoler l'Afghanistan et couper toute forme de relations diplomatiques ? La coordination européenne des rapatriements très faible, comment la Belgique peut-elle jouer un rôle afin de positionner dans ce type d'intervention urgente ? Existe-t-il une coordination entre vos services et les services de votre collègue secrétaire d'Etat à l'asile et la migration pour fournir des visas accélérés afin de permettre les évacuations de femmes afghanes ?

Quel est l'état de la question ?

Réponse reçue le 25 octobre 2021 :

Texte pas encore disponible.