Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-1136

de Latifa Gahouchi (PS) du 5 mars 2021

au vice-premier ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique

Crise du coronavirus - Masques Avrox - Nocivité - Retrait - Sciensano - Étude complémentaire - Marché public d'achat des masques - Conditions d'attribution - Enquête - État de la question (Covid-19)

matériel médical
marché public
épidémie
substance dangereuse
Sciensano

Chronologie

5/3/2021 Envoi question (Fin du délai de réponse: 8/4/2021 )

Question n° 7-1136 du 5 mars 2021 : (Question posée en français)

Récemment vous incitiez la population à ne plus utiliser les masques distribués gratuitement par les autorités fédérales. Par ailleurs, il est demandé aux pharmacies de suspendre la distribution de ces masques si elles en disposent encore.

La transversalité de la question est évidente du fait qu'elle touche à la prévention de la santé de nos concitoyens, matière relevant de la compétence des entités fédérées.

Le Conseil supérieur de la santé aurait en effet relevé quelques soucis par rapport à l'utilisation de ces produits de la société luxembourgeoise Avrox.

Selon plusieurs sources d'information, le tissu avec lequel ils sont fabriqués contiendrait des nanoparticules d'argent et de dioxyde de titane nocifs pour les voies respiratoires lorsqu'elles sont inhalées.

J'apprends avec satisfaction que vous auriez commandé une étude supplémentaire à Sciensano.

Le souci cependant est bien que les résultats ne seront connus que dans plusieurs mois.

Selon mes informations, la Belgique aurait commandé quinze millions de pièces via un contrat qui aurait en outre fait la controverse.

La justice aurait ouvert une enquête sur les conditions d'attribution à une société luxembourgeoise de ce marché public portant sur l'achat de ces millions de masques en tissu lavable.

Disposez-vous d'informations complémentaires quant à ce dossier?

Quel est l'état de la situation?