Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 6-1936

de Güler Turan (sp.a) du 18 juillet 2018

au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale

La destination des bénéfices réalisés par la Belgique grâce à la crise grecque

Grèce
crise monétaire
intérêt
bénéfice

Chronologie

18/7/2018 Envoi question (Fin du délai de réponse: 16/8/2018 )
9/12/2018 Dossier clôturé

Réintroduite comme : question écrite 6-2208

Question n° 6-1936 du 18 juillet 2018 : (Question posée en néerlandais)

L'État fédéral assure la gestion des finances et est conserve ainsi un " patrimoine commun " très étendu, qui comprend la sécurité sociale et les grandes lois de protection sociale (pensions et assurance maladie invalidité). Ce sont des matières qui intéressent directement les habitants des Régions.

Les pays de la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI) ont prêté depuis 2010 quelque 273 milliards d'euros à la Grèce pour éviter la faillite du pays. Les pays de la zone euro mettent à présent fin au plan d'aide financière à la Grèce.

Il ressort d'une question posée par les écologistes allemands que l'Allemagne a massivement " profité " de la crise grecque. Depuis 2010, la Banque centrale allemande a engrangé 2,9 milliards d'euros sur les obligations achetées et les prêts consentis. Ces moyens ont ensuite été versés au budget allemand.

D'où mes questions au ministre :

1) Depuis 2010, à combien s'est élevée la participation totale de la Belgique dans les garanties accordées par les pays de la zone euro au Fonds européen de stabilité financière (FESF), grâce auxquelles ce Fonds a emprunté sur les marchés financiers les capitaux destinés à la Grèce ?

2) Combien la Belgique a t elle reçu d'intérêts pour sa contribution au FESF depuis 2010 ?

3) Quelle destination a t elle été donnée aux intérêts reçus ?