Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-9973

de Guido De Padt (Open Vld) du 2 octobre 2013

au secrétaire d'État à l'Environnement, à l'Énergie et à la Mobilité, adjoint à la ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des Chances, et secrétaire d'État aux Réformes institutionnelles, adjoint au premier ministre

Société nationale des chemins de fer belges - Vélos - « Cartes vélos » - Vélos pliants - Supplément - Voitures adaptées

Société nationale des chemins de fer belges
transport de voyageurs
véhicule à deux roues
titre de transport

Chronologie

2/10/2013 Envoi question
7/11/2013 Réponse

Question n° 5-9973 du 2 octobre 2013 : (Question posée en néerlandais)

Les articles parlant de l'addiction des Belges à la voiture abondent dans les journaux. Ceux qui prennent néanmoins le train pour leurs déplacements rencontrent bien des difficultés. Nombreux sont les navetteurs qui doivent encore parcourir une grande distance entre leur domicile, le train et leur lieu de travail.

Pour beaucoup, la solution consiste à utiliser le vélo pour parcourir ces distances. Cette solution a toutefois un coût. Si vous emportez un vélo classique dans le train, il vous en coûtera 5 euros de plus par billet et vous devrez chercher une place près d'une des portes puisque les voitures ne sont pas adaptées. Vous devrez payer plus cher pour rester debout à un endroit inconfortable. Si le train est plein jusque sur les plateformes près des portes, comme aux heures de pointe, il est alors tout à fait impossible de trouver une place pour le vélo bien que l'on ait payé son billet plus cher.

Une autre solution consiste à utiliser un vélo pliant que l'on peut emporter gratuitement dans le train. Cependant, les nouvelles voitures ne sont pas prévues pour pouvoir accueillir un vélo pliant. Il n'est pas possible de le placer dans le petit espace prévu entre les sièges dos à dos des voitures à double étage.

1) Combien de « cartes vélo » ont-elles été vendues chaque année au cours de la période 2011-2013 ?

2) Dispose-t-on d'estimations sur le nombre annuel de vélos pliants emportés dans les trains ?

3) Pourquoi un supplément est-il réclamé au voyageur qui emporte son vélo dans le train si aucune place assise adaptée n'est prévue pour lui ?

4) Quel pourcentage des anciens trains remplace-t-on chaque année (de 2011 à 2013) par de nouveaux trains (à double étage) dotés de sièges dos à dos ?

5) Pour la nouvelle génération de trains en Belgique, a-t-on tenu compte du transport de vélos (pliants) ? Est-on au courant de ce problème et prépare-t-on des solutions ?

6) La discussion relative à la suppression de la première classe pourrait apporter une solution grâce à la transformation de ces voitures en emplacements pour vélos avec sièges. S'agit-il d'une solution envisagée par le secrétaire d'État ?

Réponse reçue le 7 novembre 2013 :

La problématique évoquée relève des compétences du ministre des Entreprises publiques.