Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-9969

de Guido De Padt (Open Vld) du 2 octobre 2013

au secrétaire d'État à l'Environnement, à l'Énergie et à la Mobilité, adjoint à la ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des Chances, et secrétaire d'État aux Réformes institutionnelles, adjoint au premier ministre

Viaduc de Vilvorde - Limitation de vitesse - Contrôles de la vitesse - Résultats -Accidents - Radars

réglementation de la vitesse
autoroute
pont
infraction au code de la route
statistique officielle
accident de transport

Chronologie

2/10/2013 Envoi question
13/11/2013 Réponse

Aussi posée à : question écrite 5-9968

Question n° 5-9969 du 2 octobre 2013 : (Question posée en néerlandais)

La vitesse est limitée à 90 km/h sur le viaduc de Vilvorde. Des mesures de vitesse effectuées par Touring en 2011 ont montré que pratiquement aucun conducteur ne respectait cette limitation, ce qui semble encore être le cas aujourd'hui.

Si des radars ont été placés de part et d'autre du viaduc, on n'en trouve aucun sur le viaduc même.

1) A combien de contrôles de vitesse a-t-on procédé sur ce viaduc en 2011, 2012 et 2013 ?

2) Combien de procès-verbaux (PV) a-t-on dressés lors de ces contrôles ?

3) Combien de véhicules ont-ils été flashés de part et d'autre du viaduc en 2011, 2012 et 2013 ? Quelle était la vitesse moyenne des contrevenants ?

4) Combien d'accidents imputables à la vitesse excessive se sont-ils produits en 2011, 2012 et 2013 sur le viaduc ?

5) On plaide depuis des années pour l'installation de radars sur le viaduc même. Pourquoi n'est-ce pas encore le cas et envisage-t-on de le faire ?

Réponse reçue le 13 novembre 2013 :

1. & 2. La zone du viaduc de Vilvorde (R0) est délimitée par les bornes kilométriques 35,4 (échangeur de Malines) et 38,1 (échangeur de Vilvorde). Cette zone est un peu plus longue que le viaduc lui-même.

La police fédérale de la route ne peut pas effectuer de contrôles de vitesse sur le viaduc de Vilvorde étant donné qu'il n'existe aucun endroit où placer le radar mobile en toute sécurité. En outre, les caméras de contrôle ne peuvent pas être installées de façon invisible. Cependant, des contrôles sont effectués avant et après le viaduc ou, pour être plus précis, entre les bornes kilométriques 30 et 40. Cette zone est équipée d'une caméra automatique.

En 2011, le nombre de constatations d'excès de vitesse sur ce trajet s'est élevé à 33 832.

En 2012, ce nombre était de 17 374 (source : Centrex Circulation routière).

3. La subdivision demandée nous est impossible à réaliser.

4. En 2011, 38 accidents corporels se sont produits sur ce même trajet, et 41 en 2012. La cause précise de ces accidents est difficile à déterminer. Le nombre d'accidents qui seraient liés à un excès de vitesse n'est donc pas calculable (source : Centrex Circulation routière).

5. À la suite d'une première vague d'installations de caméras électroniques automatiques par l'Administration des Routes et des Communications de la Flandre (AWV), la police fédérale de la route a repris dans sa demande des endroits pour installer ces caméras sur le viaduc de Vilvorde. Sur la base d'une analyse des accidents de la circulation réalisée par l'AWV, il a pu être constaté, à l'époque, que le viaduc était moins critique que d'autres zones en matière de sécurité routière. Par conséquent, compte tenu du budget limité pour le placement de caméras, aucune caméra n'a été installée sur le viaduc même.

Au moment où le contrôle des trajets est devenu possible (2012), la question de reprendre le viaduc de Vilvorde dans une zone avec contrôle de trajets a été posée. Ce tronçon est toutefois moins propice à cela pour des raisons techniques. Le viaduc lui-même couvre une distance de moins de 3 km et, si la zone à contrôler est plus longue, il devient impossible de calculer une vitesse moyenne pertinente pouvant servir de base à la verbalisation. Ceci, en raison des différents régimes de vitesse (120km/h, 90km/h, 120km/h pour les voitures; 90km/h, 70km/h, 90km/h pour les camions) qui sont d'application dans cette zone. En outre, cette zone est moins dangereuse que d'autres zones.

Les limitations de vitesse en vigueur sur le viaduc ne sont pas liées à des problèmes de sécurité routière, mais à l'infrastructure. Grâce à une limitation de vitesse de 70 km/h pour les camions, les vibrations sur le viaduc ont pu être réduites. Comme de grosses différences dans les régimes de vitesse sur un même tronçon en fonction du type de véhicule (70km/h pour les camions, 120km/h pour les voitures) peuvent s'avérer dangereuses, le régime de vitesse des voitures a été réduit lui aussi, en l'occurrence à 90km/h.