Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-9389

de Guido De Padt (Open Vld) du 24 juin 2013

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Fibromyalgie - Diagnostic - Reconnaissance - Remboursement

maladie chronique
assurance maladie
diagnostic médical
statistique de la santé

Chronologie

24/6/2013 Envoi question
27/2/2014 Réponse

Question n° 5-9389 du 24 juin 2013 : (Question posée en néerlandais)

La fibromyalgie n'est pas une affection articulaire et est caractérisée par des douleurs musculaires et des points sensibles répartis sur le corps. L'Organisation mondiale de la santé a reconnu la fibromyalgie comme maladie.

La fibromyalgie se caractérise par une absence de cause manifeste. Ainsi, on ne décèlerait aucune anomalie dans les radiographies ou examens sanguins et il ne serait pas question de déformations ou d'autres problèmes. Il s'agit d'un syndrome de douleur chronique.

Le statut de syndrome est controversé.

À l'heure actuelle, la fibromyalgie n'est pas reconnue comme maladie. Les maladies ont une cause connue permettant de comprendre le mécanisme qui engendre les symptômes. Un syndrome, par contre, est un ensemble de signes et symptômes qui se manifestent simultanément.

En kinésithérapie, la fibromyalgie est reprise sous la pathologie Fb qui englobe les pathologies chroniques fonctionnelles. Les patients ont droit à 60 prestations par pathologie par année civile si le diagnostic est confirmé par un rhumatologue ou un spécialiste en médecine physique et réadaptation fonctionnelle sur la base d'un examen clinique.

Je souhaiterais que la ministre réponde aux questions suivantes :

1) Combien de diagnostics de fibromyalgie ont-ils été posés au cours des cinq dernières années ? Comment la ministre explique-t-elle cette évolution ?

2) Est-il exact que certains médecins et organismes de santé éprouvent des réticences quant au statut de la fibromyalgie ? Est-il exact que certains médecins n'identifient pas et/ou ne reconnaissent pas la fibromyalgie et la ministre ne juge-t-elle pas nécessaire de sensibiliser davantage les médecins à la question ? Peut-elle détailler sa réponse ?

3) La ministre a-t-elle connaissance de problèmes rencontrés par les patients concernant le remboursement de leur médicaments et qu'en pense-t-elle ?

4) La ministre ne juge-t-elle pas souhaitable d'examiner plus avant le « statut » de la fibromyalgie, à savoir le fait que la fibromyalgie n'est actuellement pas reconnue comme maladie, et si nécessaire, de le revoir ?

Réponse reçue le 27 février 2014 :

1. Je n’ai pas de données sur le nombre de fois que le diagnostic de fibromyalgie est posé. L’Institut national d’assurance maladie-invalidité (INAMI) dispose seulement de données sur le nombre de prestations qui sont remboursées. L’INAMI n’a pas d’informations sur la pathologie précise des patients pour qui ces prestations ont été réalisées.   

2. Il est probable en effet que certains dispensateurs de soins éprouvent quelque méfiance au sujet de la fibromyalgie. Dans l’introduction à votre question, vous évoquez l’absence de cause manifeste de la fibromyalgie. Aussi n’est-il pas étrange que cela puisse semer le doute sur cette affection. Des mesures spécifiques prises dans le cadre de l’assurance maladie permettent aussi de signaler clairement aux dispensateurs de soins que la fibromyalgie peut être un problème de santé grave. Une de ces mesures spécifiques est l’inscription sous les pathologies Fb pour la kinésithérapie, que vous mentionnez dans votre question. Une autre mesure spécifique concerne le remboursement de certains médicaments antidouleur (certains analgésiques à base de paracétamol ou à base d’une association de paracétamol et de codéine). La fibromyalgie est une des quelques affections douloureuses spécifiques qui entrent en ligne de compte pour le remboursement de ces médicaments. De ce fait, les pouvoirs publics reconnaissent aussi que les patients souffrant de fibromyalgie peuvent se plaindre de douleurs graves.   

3. Le sujet précis sur lequel porte votre troisième question ne m’apparaît pas clair sur la base des informations communiquées. En principe, il n’existe pas de règles spécifiques sur le remboursement de médicaments pour les patients souffrant de fibromyalgie. Une exception est que certains antidouleurs sont donc bien remboursés pour la fibromyalgie, mais pas pour d’autres affections douloureuses.   

4. Il n’existe pas en Belgique un système dans lequel les pouvoirs publics établissent quelles maladies sont reconnues ou par exemple quelle pathologie peut être considérée comme une « maladie » et laquelle comme un « syndrome ». Le fait que la fibromyalgie soit considérée par les pouvoirs publics comme une affection grave possible ressort pourtant des mesures de remboursement spécifiques pour la fibromyalgie que j’ai évoquées plus haut. La réglementation de l’assurance maladie et invalidité ne discrimine pas les patients souffrant de fibromyalgie. Tout comme les patients ayant d’autres affections, ces patients peuvent bénéficier du remboursement notamment des consultations chez le médecin et des examens et traitements médicaux courants. Ils peuvent également prétendre à une allocation pour incapacité de travail lorsqu’ils satisfont aux conditions qui s’appliquent à tout le monde en la matière.