Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-859

de Guido De Padt (Open Vld) du 27 janvier 2011

au ministre pour l'Entreprise et la Simplification

Feux d'artifice - Accidents - Utilisation de lunettes de feux d'artifice

feu d'artifice
accident chimique
équipement de protection
statistique officielle
victime

Chronologie

27/1/2011 Envoi question
18/3/2011 Réponse

Aussi posée à : question écrite 5-860

Question n° 5-859 du 27 janvier 2011 : (Question posée en néerlandais)

À l'occasion du nouvel an, de nombreux feux d'artifice ont une fois encore été tirés dans notre pays. Bien que la vente de feux d'artifice soit plus strictement réglementée depuis un an, la manipulation imprudente de feux d'artifice fait chaque année de nombreuses victimes.

Les risques inhérents à l'utilisation de feux d'artifice ne peuvent être minimisés, comme le montrent les chiffres relatifs aux accidents aux Pays-Bas. Chez nos voisins du Nord, on estime qu'annuellement 700 à 800 personnes personnes sont soignées pour des blessures dues à un accident avec des feux d'artifices. Lors du dernier nouvel an, il s'agissait de 770 personnes, dont près de la moitié étaient âgées de moins de 19 ans. Cette année, aux Pays-Bas, on déplore à nouveau de jeunes victimes : deux adolescents (de 13 et 17 ans) sont décédés à cause de feux d'artifice. En outre, on déplore aussi des dizaines de blessés (blessures à l'œil et brûlures) et au moins un incendie d'une habitation à cause de feux d'artifices déviés de leur trajectoire ou ayant explosé.

Je souhaite une réponse aux questions suivantes.

1) Le ministre dispose-t-il de chiffres concernant le nombre d'accidents dus à des feux d'artifice en Belgique en 2007, 2008, 2009 et 2010? Peut-il donner un relevé de l'âge des victimes?

2) Le ministre voit-il l'intérêt d'encourager l'utilisation de lunettes de feux d'artifice, par exemple par une campagne de prévention, afin de réduire le nombre de personnes blessées aux yeux?

3) Le ministre estime-t-il que l'enregistrement à l'échelon national du nombre de victimes clairement profilées pourrait renforcer la politique?

Réponse reçue le 18 mars 2011 :

1. L’année la plus récente pour laquelle le Service public fédéral (SPF) Santé publique dispose de chiffres est 2007. Deux victimes ont été enregistrées au cours de cette année dans la catégorie d’âge 20-24 ans. Les accidents associés aux feux d’artifices n’ont pas été enregistrés comme diagnostic principal, mais comme diagnostic secondaire. Il y a probablement aussi un phénomène de sous-enregistrement.

Âge

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Total

5 - 9

1





1




2

10 - 14

1

3

2

1

2

1


3


13

15 - 19

3

2


1



1



7

20 - 24

2

1


2

1

1

1

1

2

11

30 - 34


1








1

35 - 39

1


1


1

1




4

40 - 44






1


2


3

45 - 49


1






1


2

50 - 54






1


1


2

55 - 59





1



1


2

60 - 64

1









1

70 - 74


1

1





1


3

75 - 79



1



1

1



3

80 - 84







1



1

Total

9

9

5

4

5

7

4

10

2

55

2. Dans la campagne d'information néerlandaise, le programme de télévision Benidorm Bastards occupait une position centrale. Ces émissions ont confronté les jeunes à leur propre comportement, souvent stupide, face aux artifices. Les films ont été présentés au cinéma, sur Facebook et Youtube, et ont été regardés 507.507 fois au total. Sur Marktplaats, Youtube et Funnygames.nl, on voit une fusée volant au-dessus de l'écran et les visiteurs sont invités à se protéger les yeux lors de feux d'artifice. Ce petit film a été regardé 552.640 fois. La plupart des personnes ayant vu le message étaient des jeunes entre 15 et 19 ans. Il y a aussi eu beaucoup de publicité gratuite à ce sujet.

Le gouvernement néerlandais soutient ces campagnes organisées par la Nederlandse Stichting Consument en Veiligheid. La campagne de 2009 était destinée à attirer l'attention sur les dangers de l'utilisation incorrecte des artifices, en particulier sur le risque de blessures oculaires et ce plus précisément parce que le nombre de lésions aux yeux est en hausse. La promotion spécifique de l'achat de lunettes de protection n'a toutefois pas été abordée. La Stichting Consument en Veiligheid aux Pays-Bas mentionne dans son évaluation de janvier 2011 de la saison des feux d'artifice 2010 qu'il reste important de stimuler le port de lunettes de protection pour prévenir les blessures aux yeux.

Tout comme mon collègue néerlandais, je ne vois pas l'intérêt de stimuler spécifiquement l'utilisation de lunettes de protection, par exemple sous forme de campagne de prévention, pour réduire le nombre de lésions oculaires. Malgré la popularité de ces lunettes aux Pays-Bas, le nombre de victimes de blessures aux yeux n'a pas diminué. S'il était démontré clairement qu'une telle campagne d'information diminue considérablement le nombre de victimes de ce type de blessures, je n'exclurais bien entendu pas cette initiative. Une campagne feux d'artifice doit s'adresser à un public aussi large que possible et doit indiquer les risques que comporte la manipulation d'artifices. Tout ceci n'empêche pas que j'apprécie et encourage fortement les initiatives des Pays-Bas où des lunettes de protection sont offertes par les oculistes dans les hôpitaux, dans divers points de vente d'artifices et chez quelques opticiens. Chaque initiative qui évite une victime est une initiative utile.

3. Mes compétences se limitent à la réglementation technique en matière de stockage et de vente de feux d’artifices. La politique que je mène en la matière est essentiellement basée sur les chiffres de nos voisins du nord relatifs aux accidents. Bien que la culture en ce qui concerne les feux d’artifices n’est pas tout à fait la même, ces chiffres sont à mes yeux utiles compte tenu de leur fiabilité et du fait qu’ils sont relativement complets. En outre, il existe aux Pays-Bas, comme en Belgique, deux catégories de feux d’artifices et ce pays présente comme le nôtre une forte densité de population.

Un enregistrement national du nombre de victimes avec un profil clair relève plutôt de la compétence de la ministre en charge de la Santé publique. Tout a bien sûr son prix et une analyse coût-efficacité doit être favorable. Plus les statistiques sont précises, plus les moyens pour les obtenir doivent être nombreux.