Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-7847

de Guido De Padt (Open Vld) du 21 janvier 2013

à la vice-première ministre et ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des Chances

Pauvreté - Seuil de pauvreté - Ménages isolés - Évolution - Logements sociaux - Subsides - Mobilité - Octroi automatique d' une aide

pauvreté
statistique officielle
logement social
parent célibataire

Chronologie

21/1/2013 Envoi question
4/4/2013 Réponse

Aussi posée à : question écrite 5-7848

Question n° 5-7847 du 21 janvier 2013 : (Question posée en néerlandais)

Quatre ménages d'isolés sur dix vivent sous le seuil de pauvreté. Ce groupe, qui inclut surtout des femmes isolées, est très vulnérable à la crise. Du côté francophone, 24 % de ces ménages doivent s'en sortir avec un revenu net mensuel de 1 000 à 2 000 euros. Ces cinq dernières années, le nombre de ménages monoparentaux a augmenté de 35 %. Si cette tendance persiste, ces chiffres continueront à augmenter.

De nombreuses mères isolées travaillent à mi-temps pour pouvoir s'occuper de leurs enfants en dehors des heures scolaires. Par là même, elles doivent survivre sur la base d'un petit budget où le poids du logement et celui des déplacements se font le plus sentir.

1) La ministre dispose-t-elle de données chiffrées sur les ménages isolés vivant sous le seuil de pauvreté, et ce pour les années 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012 ?

2) Les listes d'attente pour les logements sociaux ne cessent de s'allonger, l'offre ne suit pas la demande. Ces personnes sont-elles prioritaires pour la location d'un logement social ?

3) Des subsides sont-ils prévus pour aider les parents isolés à payer leurs frais de garderie, afin qu'ils soient en mesure de travailler à temps plein ?

4) La mobilité pose un gros problème, étant donné que les frais occasionnés par une voiture sont souvent trop élevés pour ces personnes. Pourtant, les transports vers le lieu de travail, l'école et la garderie sont essentiels. A-t-on déjà réfléchi à des solutions à ce problème, comme l'octroi d'un abonnement aux transports publics, gratuit ou à des prix avantageux ?

5) À l'heure actuelle, l'aide à laquelle ces ménages ont droit ne s'obtient toujours qu'au prix de nombreuses démarches administratives. De surcroît, ces personnes ignorent souvent comment obtenir cette aide. Existe-il des prospectus leur expliquant en termes simples leurs droits et les démarches à faire ? Font-ils l'objet d'une distribution ciblée ou sont-ils seulement disponibles de façon passive ?

6) Certains ont plaidé en faveur d'un octroi automatique de cette aide. Suit-on toujours cette piste ?

Réponse reçue le 4 avril 2013 :

Pour ces questions, je vous renvoie aux réponses données par la secrétaire d'État à l'Intégration sociale et à la Lutte contre la pauvreté, à qui vous avez également posé ces questions.