Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-2485

de Guido De Padt (Open Vld) du 8 juin 2011

au secrétaire d'État à la Mobilité, adjoint au Premier Ministre

Sécurité routière - Conduite de véhicule asociale - Influence de l'odeur - Recherche et application en Belgique

sécurité routière
comportement social
infraction au code de la route

Chronologie

8/6/2011 Envoi question
18/7/2011 Réponse

Question n° 5-2485 du 8 juin 2011 : (Question posée en néerlandais)

La conduite asociale au volant pose un grave problème de sécurité routière. Elle est à la source de bien des accidents. Pour améliorer la situation sur les routes, il faut trouver des remèdes à ces conduites asociales. Il appert d'une recherche de laboratoire et de terrain, récemment réalisée à la demande du Nederlandse Regionaal Orgaan Verkeersveiligheid Gelderland (ROVG) que l'odeur à une influence universelle sur la composante de vitesse du comportement asocial de l'automobiliste au volant. Concrètement, sous l'influence d'une senteur de menthe poivrée, on conduit moins vite (L. Iskarous, A. Thijssen & G. van Leeuwen, De invloed van geur op asociaal rijgedrag, Arnhem, Regionaal Orgaan Verkeersveiligheid Gelderland-ROVG, 2011, 75 p.).

La recherche en laboratoire montre un effet direct de l'odeur de menthe poivrée sur la vitesse  : sous l'influence de cette odeur, on roule moins vite. Conduire dans une situation simulée en laboratoire n'est cependant pas la même chose qu'être plongé dans le trafic. C'est pourquoi une deuxième étude a été entreprise pour vérifier si ces résultats se retrouvaient dans la pratique du trafic routier. L'effet a été confirmé. Dans les deux recherches, on a donc constaté que l'odeur de menthe poivrée avait un effet sur la vitesse  : l'odeur de menthe poivrée fait rouler moins vite et donc diminue les excès de vitesse.

En pratique, l'installation d'un diffuseur d'odeur de menthe poivrée dans l'habitacle de l'automobile a un effet positif sur la vitesse. En outre, l'installation d'un pareil diffuseur dans l'automobile entraîne des effets en chaîne  : les personnes roulent de manière moins asociale et respectent apparemment une nouvelle norme sociale dans la circulation, ce qui peut induire un comportement au volant moins asocial des autres automobilistes. Et cela peut avoir des effets favorables sur la sécurité routière en diminuant le nombre d'excès de vitesse.

Cette recherche ouvre une nouvelle voie dans la quête de solution au comportement asocial au volant, comme la vitesse inadaptée, le non-respect des distance entre véhicules (« véhicules qui collent au pare-chocs ») ou le refus de priorité. Cette recherche est une exclusivité des Pays-Bas, nous devons de manière pressante faire réaliser une étude sur l'influence de l'odeur de la menthe poivrée sur le comportement au volant des automobilistes belges. Si les résultats sont confirmés, cela nous ouvrira de nombreuses possibilités.

J'aimerais recevoir une réponse aux questions suivantes :

Le secrétaire d'état reconnaît-il que le comportement asocial au volant pose un problème de sécurité routière et dispose-t-il éventuellement de données pour les années 2008, 2009, 2010 et le premier semestre de 2011 sur le nombre de constats de véhicules « qui collent au pare-chocs » et de refus de priorité ? Connaît-il la recherche néerlandaise qui conclut à un effet universel de l'odeur sur la composante de vitesse du comportement asocial au volant et à un effet de ralentissement de la vitesse dans la conduite sous l'influence d'une odeur de menthe poivrée ? Est-il prêt faire réaliser pareille étude en Belgique ?

Le ministre conclut-il également que l'odeur de menthe poivrée aura un effet positif sur la vitesse et induira les effets de chaîne décrits ? Que pense-t-il de la diffusion de petites doses de menthe poivrée lors des contrôles de la route ?

A-t-il connaissance d'autres recherches et conclusions (pratiques) portant sur le comportement asocial au volant réalisées en vue d'améliorer la sécurité routière ? Y voit-il la possibilité d'en tirer des mesures ?

Réponse reçue le 18 juillet 2011 :

1. & 2. Il ne fait pas l’ombre d’un doute que conduite asociale et sécurité routière ne vont pas de pair. Les chiffres du Centrex circulation routière joints en annexe indiquent le nombre d’infractions constatées pour non-respect des distances de sécurité et des règles de priorité depuis 2008 jusqu’au premier semestre 2010.

Il ressort des statistiques d’accidents du Service public fédéral (SPF) Économie (DGSIE), qui sont analysées par l’IBSR et qui figurent dans le tableau ci-dessous, que le pourcentage d’accidents dans lesquels au moins 1 usager n’a pas respecté les règles de priorité a diminué ces dix dernières années, passant de 32 % à 19 %. Les chiffres ne permettent pas de déduire dans quelle mesure une vitesse inadaptée serait à l’origine du non-respect des règles de priorité.

Année


Accidents dans lesquels au moins un usager n’a pas respecté les règles de priorité

Nombre total d’accidents

% des accidents dans lesquels au moins un usager n’a pas respecté les règles de priorité

1999

16600

51601

32%

2000

15812

49065

32%

2001

15102

47444

32%

2002

15231

47606

32%

2003

14698

50636

29%

2004

11666

48797

24%

2005

11203

49286

23%

2006

10598

49171

22%

2007

10099

49815

20%

2008

9453

48827

19%

2009

8950

47794

19%

Source : SPF Économie, DGSIE, Infographie : IBSR

L’idée de diffuser des odeurs pour influencer les comportements n’est pas neuve et est appliquée depuis longtemps par le secteur commercial. Tant les grands magasins que les centres commerciaux en font usage pour influer sur le comportement d’achat des clients.

En psychologie, le lien a souvent été fait entre les odeurs et les émotions. Certaines odeurs sont susceptibles d’évoquer des souvenirs plus rapidement et plus intensément et donc également d’influencer notre comportement.

L’étude citée constitue dès lors une tentative créative de voir dans quelle mesure il est également possible d’influencer la conduite en diffusant certaines odeurs.

Toutefois, l’élaboration et l’interprétation des résultats de l’étude sont sujettes à quelques objections fondamentales en rapport avec le contexte de la circulation routière :

- l'échantillon était composé de 75 % de femmes, ce qui ne correspond guère à leur proportion dans la circulation, et les excès de vitesse sont surtout le fait de conducteurs masculins ;

- les résultats relatifs à la baisse de la vitesse moyenne ont été ventilés selon le sexe, l’âge, etc. … ;

- les trajets parcourus lors de l’étude étaient relativement courts et ont eu lieu dans des conditions « idéales ». Les conducteurs savaient qu’ils participaient à une étude et étaient même accompagnés par un instructeur. Par ailleurs, il ne s’agit que d’un seul trajet avec la personne concernée et non pas de plusieurs trajets répartis sur plusieurs jours ;

- enfin, les chercheurs indiquent eux-mêmes qu’il n’est pas certain que ce petit effet perdurerait à plus long terme, les odeurs faisant en effet partie de ces choses auxquelles on pourrait rapidement s’habituer.

Influencer le comportement en matière de vitesse des conducteurs par des odeurs équivaut à influencer leur inconscient et n’entraînera probablement qu’un bénéfice négligeable si l’on prend en considération les différents facteurs ayant un impact sur la vitesse adoptée par les conducteurs. Ainsi, les émotions et les décisions stratégiques jouent un rôle important. De même, le paysage routier exerce aussi une influence indirecte sur le comportement routier.

Compte tenu de ce qui précède, on peut affirmer que l’étude du rapport odeurs/vitesse ne constitue pas un thème de recherche prioritaire en Belgique.

3. Outre la sensibilisation, les contrôles et les sanctions, il est préférable d’influencer le comportement en matière de vitesse par des moyens techniques tels que l’ISA, le GPS, etc. Aux Pays-Bas, le ministerie van Verkeer en Rijkswaterstaat a réalisé une expérience avec des voitures en leasing (« belonitor ») au cours de laquelle la distance de sécurité a été contrôlée et un feed-back direct était possible pour le conducteur. Les résultats de cette étude se sont également révélés positifs.

Infractions concernant la conduite asociale, 2008 – premier semestre 2010.


Distance de sécurité

2008

2009

2010

Art. 10.1.2°

Le conducteur doit, compte tenu de sa vitesse, maintenir entre son véhicule et celui qui le précède une distance de sécurité suffisante.

1681

1422

762






Art. 10.2, al. 1

Aucun conducteur ne peut gêner la marche normale des autres conducteurs en circulant sans raison valable à une vitesse anormalement réduite ou en exerçant un freinage soudain non exigé par des raisons de sécurité.

547

557

238


Total

2228

1979

1000




Priorité

2008

2009

2010

Art. 12.3.1.a)

Toutefois, le conducteur doit céder le passage à tout autre conducteur circulant sur la voie publique ou la chaussée qu'il aborde lorsqu'il débouche d'une voie publique ou d'une chaussée pourvue d'un signal B 1 (triangle sur pointe) ou d'un signal B 5 (stop);

1198

1077

524






Art. 12.3.1, al. 1

Tout conducteur doit céder le passage à celui qui vient à sa droite, sauf s'il circule dans un rond-point ou si le conducteur qui vient de droite vient d'un sens interdit.

2106

1968

1033






Art. 12.3.1.b)

Toutefois, le conducteur doit céder le passage à tout autre conducteur circulant sur la voie publique ou la chaussée qu'il aborde lorsqu'il débouche d'un chemin de terre ou d'un sentier sur une voie publique pourvue d'une chaussée.

6

4

4






Art. 12.4bis

Le conducteur qui traverse un trottoir doit céder le passage aux usagers de la route qui, conformément au présent arrêté, sont autorisés à circuler sur le trottoir ou la piste cyclable.

61

49

30






Art. 12.4bis

Le conducteur qui traverse une piste cyclable, doit céder le passage aux usagers de la route qui, conformément au présent arrêté, sont autorisés à circuler sur le trottoir ou la piste cyclable.

34

48

17






Art. 15.2, al. 2

 Le conducteur dont la progression est entravée par un obstacle ou la présence d'autres usagers doit ralentir et au besoin s'arrêter pour laisser passer les usagers qui viennent en sens inverse.

79

84

43






Art. 19.3, 3°

Le conducteur qui tourne à gauche doit céder le passage aux conducteurs venant en sens inverse sur la chaussée qu'il s'apprête a quitter

121

103

55






Art. 19.4

Le conducteur qui change de direction doit céder le passage aux conducteurs et aux piétons qui circulent sur les autres parties de la même voie publique.

230

188

119






Art. 19.5

Le conducteur qui change de direction doit céder le passage aux piétons qui traversent la chaussée sur laquelle il va s'engager.

58

51

28






Art. 40.4.2

Aux endroits où la circulation n'est pas réglée par un agent qualifié ou par des signaux lumineux de circulation, le conducteur ne peut s'approcher d'un passage pour piétons qu'à allure modérée. Il doit céder le passage aux piétons qui y sont engagés ou sont sur le point de s'y engager.

1503

1565

765






Art. 40.4.2 juncto + 7bis, al. 2

40.4.2. Aux endroits où la circulation n'est pas réglée par un agent qualifié ou par des signaux lumineux de circulation, le conducteur ne peut s'approcher d'un passage pour piétons qu'à allure modérée. Il doit céder le passage aux piétons qui y sont engagés ou sont sur le point de s'y engager.

7bis, al. 2. Les règles que les autres usagers doivent respecter à l'égard des piétons et des cyclistes respectivement sont également applicables à l'égard des utilisateurs d'engins de déplacement.

52

83

34






Art. 5 + 67.3 – B1

Les usagers doivent se conformer aux signaux lumineux de circulation, aux signaux routiers et aux marques routières, lorsque ceux-ci sont réguliers en la forme, suffisamment visibles et placés conformément aux prescriptions du présent règlement.

B1 – céder le passage.

922

819

556






Art. 5 + 67.3 – B17

Les usagers doivent se conformer aux signaux lumineux de circulation, aux signaux routiers et aux marques routières, lorsque ceux-ci sont réguliers en la forme, suffisamment visibles et placés conformément aux prescriptions du présent règlement.

B1 7– priorité de droite.

114

155

86






Art. 5 + 67.3 – B19

Les usagers doivent se conformer aux signaux lumineux de circulation, aux signaux routiers et aux marques routières, lorsque ceux-ci sont réguliers en la forme, suffisamment visibles et placés conformément aux prescriptions du présent règlement.

B19– passage étroit, obligation de céder le passage aux conducteurs venant en sens opposé.

73

81

52






Art. 5 + 67.3 – B5

Les usagers doivent se conformer aux signaux lumineux de circulation, aux signaux routiers et aux marques routières, lorsque ceux-ci sont réguliers en la forme, suffisamment visibles et placés conformément aux prescriptions du présent règlement.

B5– marquer l’arrêt et céder le passage.

4689

4949

2997


Total

11246

11224

6343