Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-1777

de Guido De Padt (Open Vld) du 18 mars 2011

à la ministre de la Fonction publique et des Entreprises publiques

Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) - Ponctualité des trains - Suppression de trains de pointe - Utilité et conséquences - Solutions de rechange

Société nationale des chemins de fer belges
transport de voyageurs
durée du transport
statistique officielle

Chronologie

18/3/2011 Envoi question
20/6/2011 Réponse

Question n° 5-1777 du 18 mars 2011 : (Question posée en néerlandais)

La ponctualité des trains a atteint l'année dernière son niveau le plus bas. Plus de 14 % des trains sont arrivés à destination avec plus de six minutes de retard. Au total, les trains auraient cumulé 3,59 millions de minutes de retard en 2010. La situation ne s'est manifestement pas encore beaucoup améliorée en janvier 2011. Le taux de ponctualité serait de 86,4 %. L'année dernière, il était encore légèrement supérieur à 88 %.

Une des pistes envisagée pour améliorer la ponctualité des trains est la suppression de trains. Cette mesure fait toujours l'objet de discussions entre la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) et Infrabel. Selon Jannie Haek, le PDG de la SNCB holding, que l'amélioration de la ponctualité se fasse au prix de la suppression de quelques trains n'est pas un problème. En commission de l'Infrastructure de la Chambre des représentants, le top manager a cependant affirmé qu'il doit s'agir de trains dont la suppression n'entraînera pas trop de conséquences pour les voyageurs. Il pense à six ou sept trains posant de réelles difficultés.

Infrabel va plus loin. Le gestionnaire de l'infrastructure a lancé toute la discussion en présentant une liste de 30 trains de pointe dont la suppression améliorerait la ponctualité. Infrabel a tenu compte de six critères, notamment les trains dont la ponctualité à l'arrivée est inférieure à 50 %, les trains qui posent un problème de capacité sur les quais à Bruxelles ou les trains qui partent déjà en retard. Sur cette liste figuraient six trains pour lesquels les voyageurs auraient suffisamment de solutions de rechange en cas de suppression. Les trains susceptibles d'être supprimés sont, le matin, le train de pointe en provenance de Zottegem et, le soir, les trains reliant Bruxelles à Denderleeuw et à Grammont.

Entre-temps, la SNCB et Infrabel seraient arrivés à un accord sur plus d'une centaine de petites mesures visant à améliorer la ponctualité. Il s'agit notamment d'une meilleure organisation des équipes d'intervention en vue de pouvoir intervenir plus rapidement en cas de panne.

C'est une bonne chose que l'on s'occupe d'améliorer la ponctualité des trains. Reste à savoir si la solution choisie n'appelle pas de sérieuses réserves. La suppression pure et simple de trains est une solution de facilité. Davantage de marge de manœuvre pour les trains, mais moins pour les voyageurs. Ce dernier paye les pots cassés. Les gens qui voyagent en train de Zottegem et de Grammont vers Bruxelles risquent de faire partie des victimes.

Ce ne sont pas les trains qui doivent passer àa travers le goulot d'étranglement que constitue la jonction Nord-Midi mais les voyageurs. La question est donc de savoir quels trains doivent précisément passer par la jonction et lesquels non. Certains trains pourraient avoir par exemple comme terminus Bruxelles-Nord et Bruxelles-Midi. De ce fait, ils ne devraient plus passer par la jonction qui serait donc déchargée. Les voyageurs pourraient ensuite poursuivre leur chemin en métro, ce que de nombreux voyageurs font déjà dans la pratique. De cette manière, la jonction sera déchargée et la comobilité concrétisée.

Je souhaiterais obtenir une réponse aux questions suivantes :

1) La ministre dispose-t-elle de données chiffrées relatives à la ponctualité des trains dans notre pays, ventilées par mois, pour la période 2009, 2010 et pour les deux premiers mois de 2011, y compris concernant les retards accumulés ? Combien de trains ont-ils été supprimés durant cette même période ? Quelles étaient les principales causes des retards et suppressions ?

2) Peut-elle confirmer la piste qui viserait à supprimer des trains en fonction de leur ponctualité ? Estime-t-elle également que la suppression de trains permettrait d'améliorer la ponctualité ? Quels critères faut-il prendre en considération en la matière ? Peut-elle communiquer les trains susceptibles d'être supprimés afin d'améliorer la ponctualité ? Est-il exact qu'il s'agit notamment du train de pointe du matin en provenance de Zottegem et des trains du soir reliant Bruxelles à Denderleeuw et Grammont ?

3) Peut-elle confirmer l'accord intervenu entre la SNCB et Infrabel sur les nombreuses petites mesures visant à améliorer la ponctualité ? Peut-elle communiquer de quelles mesures il s'agit et la manière dont ces mesures peuvent améliorer la ponctualité ? Quel est l'impact budgétaire des mesures proposées ?

4) Que pense-t-elle de l'idée de faire de Bruxelles-Nord ou de Bruxelles-Midi des gares terminus afin de décharger la Jonction ? Comment envisage-t-elle de soutenir et de développer la comobilité requise à cet effet ?

5) Pense-t-elle que l'abandon de longues liaisons ferroviaires peut également être une solution pour décharger la jonction ? Peut-elle motiver sa réponse ?

Réponse reçue le 20 juin 2011 :

Je prie l’honorable membre de bien vouloir se référer à ce sujet à la réponse communiquée à sa question orale n° P 5-89 posée lors de la séance plénière du 31 mars 2011 (Annales 5-19, p. 26 à 31).