Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-1601

de Bert Anciaux (sp.a) du 2 mars 2011

au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et des Réformes institutionnelles

Afghanistan - Guerre - Nombre de victimes - Données officielles

Afghanistan
guerre
victime de guerre
victime civile
force multinationale
OTAN
statistique officielle
mortalité

Chronologie

2/3/2011 Envoi question
5/5/2011 Réponse

Question n° 5-1601 du 2 mars 2011 : (Question posée en néerlandais)

Depuis octobre 2010, l'Afghanistan est ravagé par une guerre abominable qui oppose les troupes de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (Otan) aux talibans. Les éthiciens estiment qu'une guerre ne devrait concerner que les responsables mais, malheureusement, les principales victimes sont de simples militaires et des civils innocents. Les généraux, ministres et dirigeants politiques se gardent bien jusqu'à présent de combattre, laissant ce soin à d'autres.

Cette guerre, parfois très sale, fait elle aussi de nombreuses victimes. On ne peut juger de la valeur et surtout de la vacuité de telles violences que si l'on dispose d'informations exactes sur le nombre de morts et de blessés, tant au sein des troupes de l'Otan que chez l'« ennemi » et parmi les civils. Au grand étonnement de certains, les chiffres publiés donnent une image très confuse, vague et divergente. Le ministre des Affaires étrangères semble des mieux placés pour pouvoir communiquer les statistiques officielles des Nations unies (ONU) sur le nombre de morts et de blessés que l'on dénombre chaque année depuis 2001, année où ont débuté les hostilités en Afghanistan, tant parmi les troupes de la Force internationale d'assistance et de sécurité (FIAS) que chez les talibans et dans la population civile.

Je souhaiterais obtenir une réponse aux questions suivantes.

1) Combien de morts et blessés la guerre en Afghanistan a-t-elle faits chaque année depuis le début en 2001 ? Comment ce nombre (annuel) de victimes se répartit-il entre les troupes de la FIAS, les talibans et la population civile ? Comment le ministre évalue-t-il et explique-t-il ces chiffres et leur évolution ?

2) Sur quelle base les chiffres du ministre se fondent-ils ? Quelles méthodes a-t-on appliquées pour dénombrer les victimes civiles ?

3) Le ministre pense-t-il comme moi que l'ONU est une organisation respectée qui n'a aucune raison de falsifier les chiffres sur le nombre de morts et de blessés ? Comprend-il pourquoi les statistiques sur le nombre de morts et de blessés diffèrent tellement selon les sources ? Ne lui paraît-il pas normal que la vérité soit dite et ne pense-t-il pas que les pays qui fournissent des troupes ont le droit de disposer d'informations exactes ?

4) Le ministre se rallie-t-il à la stratégie de l'Otan qui considère que les chiffres relatifs au nombre de victimes civiles « réduisent le crédit de la mission dans l'opinion publique » ? Comment juge-t-il cette affirmation en fonction de ses références éthiques et morales qui, jusqu'à présent, sont démocrates-chrétiennes ?

Réponse reçue le 5 mai 2011 :

1a. Depuis 2001, la guerre en Afghanistan a provoqué un certain nombre de morts et de blessés. Les chiffres des rapports annuels de l’UNAMA1 sont généralement acceptés par la communauté internationale. Le rapport de 2010 mentionne les chiffres suivants:

Nombre total de blessés civils

4 343

Nombre total de morts civils

2 777

On peut remarquer que 75 % des victimes civiles sont imputées aux actions des Taliban.

1b. Le nombre annuel des militaires décédés en Afghanistan :

Année

Total

2001

12

2002

70

2003

58

2004

60

2005

131

2006

191

2007

232

2008

295

2009

521

2010

711

2011

75

Total

2 356

1c – 4. Depuis sa reprise de commandement, le Commandant des forces internationales a édicté des directives spécifiques afin d’éviter les victimes civiles. La Défense belge applique rigoureusement ces directives et a, de plus, imposé des mesures de sécurité supplémentaires pour éviter les victimes civiles innocentes et les dommages collatéraux lors de l’exécution des opérations. 16% des victimes civiles peut être imputées à l’ International Security Assistance Force (ISAF). Ceci signifie une diminution de 26 % par rapport à 2009.

2. La façon dont les chiffres de l’UNAMA concernant les victimes civiles sont obtenus ne nous est pas connue. Les chiffres concernant les victimes militaires sont centralisés par l’L'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN).

3. Beaucoup de victimes civiles sont à déplorer en raison des actions directes des Taliban et des forces de sécurité alliées (ISAF) mais aussi suite à des conséquences indirectes du conflit telles que le déplacement de certains groupes de populations, la faim, la criminalité, la maladie, le manque de protection et de soins médicaux ainsi que l’absence d’une législation et d’une force de police efficientes. En raison de la situation difficile dans cette zone de conflit, le suivi du nombre de blessés et de morts sont très complexes. Par conséquent, il n’existe pas de chiffres officiels du nombre de victimes civiles depuis 2001. Seulement des estimations ont été publiées par des organisations indépendantes.

1UNAMA : United Nations Assistance Mission in Afghanistan