Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-10289

de Guido De Padt (Open Vld) du 4 novembre 2013

au vice-premier ministre et ministre de l'Économie, des Consommateurs et de la Mer du Nord

Migration par le biais du circuit normal du travail - Création

Office des étrangers
asile politique
travailleur migrant
immigration
demandeur d'asile

Chronologie

4/11/2013 Envoi question
2/12/2013 Réponse

Aussi posée à : question écrite 5-10290

Question n° 5-10289 du 4 novembre 2013 : (Question posée en néerlandais)

Dans une réponse à une question parlementaire à la secrétaire d'État à l'Asile et la Migration, à l'Intégration sociale et à la Lutte contre la pauvreté (question écrite n° 5-9985 du 2 octobre 2013), la secrétaire d'État indique que la migration recouvre plusieurs aspects et que l'une des priorités consiste à veiller à ce que le migrant puisse s'intégrer le mieux possible et le plus rapidement possible dans notre société. La secrétaire d'État signale également que l'Office des étrangers veut faciliter l'accès et le séjour par le biais du Service pour la migration économique mais qu'en général, cette matière ressortit aux compétences du Service public fédéral (SPF) Économie, du SPF Emploi et des régions.

1) Le ministre peut-il donner sa vision concernant la migration économique ? Partage-t-il l'avis que la migration ne peut obtenir une assise sociale que si le plus grand nombre possible de personnes se retrouvent dans le circuit normal du travail afin de renforcer les moyens financiers de notre système ?

2) De quelle manière le ministre souhaite-t-il précisément donner corps à la migration économique en Belgique ?

Réponse reçue le 2 décembre 2013 :

1. Le ministre de l'Économie n’est pas compétent en la matière. J’ai certes une administration chargée de délivrer des cartes professionnelles pour les indépendants hors Espace économique européen mais cette compétence est du ressort de ma collègue la ministre des PME et des Classes moyennes.

2. Je ne suis pas compétent en la matière et laisse le soin aux instances compétentes d’élaborer une politique.