Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-7305

de Dirk Claes (CD&V) du 7 avril 2010

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de l'Intégration sociale

Ecrans tactiles - Adaptations aux besoins des aveugles - Initiatives

handicapé physique
écran
application de l'informatique
bancatique
facilités pour handicapés

Chronologie

7/4/2010 Envoi question (Fin du délai de réponse: 6/5/2010 )
27/4/2010 Réponse

Requalification de : demande d'explications 4-1599

Question n° 4-7305 du 7 avril 2010 : (Question posée en néerlandais)

De plus en plus d'appareils numériques sont équipés d'écrans tactiles. Ceux-ci facilitent très souvent l'utilisation de ces appareils. Cependant, le groupe que constituent les aveugles et les malvoyants a été totalement ignoré au moment du développement de ces appareils. Les personnes qui n'ont pas la capacité de voir sont démunies face à ces écrans tactiles.

Cette évolution complique considérablement la vie des plus de 100.000 aveugles et malvoyants que compte notre pays. Ils ne peuvent en effet compter que sur le toucher pour utiliser un appareil. La ministre doit s'efforcer de veiller à ce que les aveugles et malvoyants aient autant que possible accès à la vie publique. Comme le prouvent des exemples concrets à l'étranger, il existe diverses possibilités de rendre les nouveaux appareils également accessibles aux aveugles.

Aux Pays-Bas, par exemple, les guichets électroniques des banques sont équipés d'une application phonique (au moyen d'un casque d'écoute) mais le lecteur d'écran (« screen reader ») constitue lui aussi une solution. Cet appareil indique, au moyen d'une application phonique, la fonction correspondant à une touche sensitive déterminée.

Je souhaiterais poser les questions suivantes :

1) La ministre est-elle au courant des difficultés que rencontrent les aveugles lors de l'utilisation des nouveaux appareils numériques à écran tactile ?

2) A-t-elle connaissance d'exemples étrangers de solutions apportées à ce problème ?

3) Est-elle prête elle aussi à prendre des initiatives concrètes dans notre pays ?

4) Est-elle disposée à réunir les institutions publiques, les banques et les producteurs pour examiner ce problème ?

5) Combien de sites web de services publics fédéraux offrent-ils déjà des possibilités particulières aux aveugles et malvoyants ?

Réponse reçue le 27 avril 2010 :

Je vous fais savoir que l’objet de votre question ne relève pas de ma compétence mais bien de celle de mon collègue, M. Jean-Marc Delizée, secrétaire d’État aux Affaires Sociales, chargé des Personnes Handicapées.