Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-6959

de Dirk Claes (CD&V) du 12 février 2010

à la ministre de l'Intérieur

Aéroports belges - Sécurité - Recours à un plus grand nombre de policiers

aéroport
sécurité aérienne
police

Chronologie

12/2/2010 Envoi question (Fin du délai de réponse: 18/3/2010 )
24/3/2010 Réponse

Requalification de : demande d'explications 4-1455

Question n° 4-6959 du 12 février 2010 : (Question posée en néerlandais)

Au cours des dix dernières années, le nombre de voyageurs qui ont transité par l’aéroport de Bruxelles-Sud Charleroi (BSCA) a sensiblement augmenté. Ce sont entre 300.000 et 350.000 passagers qui décollent chaque mois vers l'une des nombreuses destinations proposées. Le nouveau terminal, mis en service en 2007, a déjà presque atteint ses capacités maximales.

Paradoxalement, le nombre de policiers actifs à l'aéroport est en diminution. Alors que voici deux ans, on comptait encore 48 agents pour plus de 3 millions de passagers, le compteur indique aujourd'hui 35 agents pour près de 4 millions de passagers.

Je m'interroge donc sur la sécurité dans l'aéroport. La diminution du nombre d'agents à l'aéroport donne l'impression que la sécurité des passagers s'est affaiblie. Nous ne pouvons en aucun cas l'admettre.

Il apparaît que le recrutement de nouveaux agents pour les contrôles dans tous les aéroports belges pose certains problèmes. Les candidats à ce poste doivent suivre une formation supplémentaire de contrôleur aux frontières. Cette formation complémentaire dure trois mois et n'est pas populaire, en raison notamment de son degré relativement élevé de difficulté. Il s'ensuit un manque cruel de candidats intéressés. Il est bien sûr nécessaire de maintenir des critères stricts dans la formation et le recrutement des agents actifs dans les aéroports.

Je souhaiterais une réponse aux questions suivantes :

1) La ministre est-elle au courant du petit nombre d'agents qui sont actifs en permanence à l'aéroport de Bruxelles-Sud Charleroi ? Estime-t-elle que la sécurité de l'aéroport s'en trouve compromise ?

2) La ministre envisage-t-elle d'affecter des policiers supplémentaires à court terme ? Comment compte-t-elle procéder ?

3) La ministre entend-elle rendre plus attrayante la formation obligatoire de contrôleur aux frontières afin d'attirer à long terme suffisamment de candidats prêts à travailler à l'aéroport ?

4) Quelle est la situation dans les autres aéroports belges ? La ministre est-elle disposée à prendre des initiatives afin d'accroître également le nombre de policiers dans ces aéroports ?

5) Les aéroports belges sont-ils déjà soumis à l'évaluation des autorités aéronautiques européennes ? Quels sont les résultats de cette analyse ? Sur quels aspects l'évaluation porte-t-elle ?

Réponse reçue le 24 mars 2010 :

L’honorable membre trouvera ci-dessous réponse à ses questions.

1. Je suis bien consciente de la situation du personnel à l’aéroport de Bruxelles Sud Charleroi.

Le commissaire général, le gestionnaire de l’aéroport et les organisations syndicales ont déjà plusieurs fois attiré mon attention sur cette problématique.

2. et 3.Dans l’attente d’une assignation définitive, les besoins sont remplis avec des inspecteurs et inspecteurs principaux détachés. Vu que ce personnel reste la plupart du temps un temps limité, il reçoit une formation fonctionnelle accélérée de contrôleur de frontière qui va lui permettre d’exercer ses tâches.

4. J’ai demandé au top de la police fédérale de tenir compte lors de la répartition des moyens en personnel des besoins prioritaires dans les différents services dont la police aéronautique.

5. En ce qui concerne le contrôle d’évaluation, je vous renvoie vers le secrétaire d’État à la Mobilité.