Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-6470

de Pol Van Den Driessche (CD&V) du 11 janvier 2010

à la ministre de l'Intérieur

Vols de vélos - Machines à graver - Financement - Mise à disposition

véhicule à deux roues
vol

Chronologie

11/1/2010 Envoi question (Fin du délai de réponse: 11/2/2010 )
17/2/2010 Réponse

Question n° 4-6470 du 11 janvier 2010 : (Question posée en néerlandais)

J'ai récemment été interpellé par le bourgmestre de Gistel. Ces dernières années, un nombre important de vélos ont été volés dans la ville. En 2007, 123 plaintes ont été déposées. En 2008 et en 2009, ce sont respectivement 78 et 88 vélos qui ont été volés. Une machine à graver est nécessaire pour lutter contre le vol de vélos. En cas de vol, on peut en effet identifier le propriétaire légitime du vélo au moyen de son numéro de registre national gravé dans le cadre du vélo, ce qui décourage les voleurs potentiels. Par le passé, la ville de Gistel disposait d'une machine à graver. Toutefois, selon le bourgmestre M. Halewyck, la ville n'a plus les moyens d'acquérir une machine à graver.

C'est pourquoi je souhaiterais poser la question suivante:

La ministre peut-elle mettre des machines à graver à la disposition des communes et des villes qui le souhaitent?

Réponse reçue le 17 février 2010 :

L’honorable membre trouvera ci-après la réponse à sa question.

Dans le cadre de la prévention des vols de vélos, le Service public fédéral (SPF) Intérieur propose depuis les années '90 de nombreux incitants aux entités locales et ce, que les communes disposent ou non d'un plan stratégique de sécurité et de prévention. Le drive-in de gravure de vélos en est un bon exemple.

Depuis lors, de nombreuses communes, et plus particulièrement en Flandre, se sont procuré un appareil de gravure et organisent régulièrement des actions de gravure.

A l’heure actuelle, mon administration se penche sur des alternatives plus modernes à la gravure des vélos, comme la technologie RFID.