Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-5831

de Dirk Claes (CD&V) du 7 décembre 2009

à la ministre de la Fonction publique et des Entreprises publiques

SNCB - Perturbation du trafic ferroviaire - Centres d’accueil

Société nationale des chemins de fer belges
transport de voyageurs
équipement social

Chronologie

7/12/2009 Envoi question (Fin du délai de réponse: 8/1/2010 )
23/4/2010 Réponse

Réintroduction de : question écrite 4-4986

Question n° 4-5831 du 7 décembre 2009 : (Question posée en néerlandais)

Diverses administrations communales ont récemment reçu une lettre de la SNCB leur demandant d’indiquer des lieux où les voyageurs pourraient être accueillis. Il s’agit plus particulièrement de voyageurs confrontés à une perturbation du trafic ferroviaire, à des trains bloqués, à des problèmes de chauffage ou d’air conditionné, à des accidents graves, etc.

La SNCB peut utiliser, en cas de situation d'urgence, les lieux indiqués comme centre d’accueil. Normalement, les voyageurs doivent toujours rester dans le train. Cette approche pourra peut-être être modifiée à l’avenir.

J’aimerais obtenir une réponse aux questions suivantes :

Êtes-vous informé de la demande adressée par la SNCB aux différentes administrations communales ?

Quelles administrations communales ont-elles reçu un courrier ?

Quel est l’objectif précis de ces places d’accueil ? S’inscrivent-elles dans une nouvelle approche de l’accueil des voyageurs lors de situations d’urgence ?

La SNCB envisage-t-elle de reprendre les lieux dans un plan d’urgence particulier local ou régional ? Les administrations communales y seront-elles associées ?

Réponse reçue le 23 avril 2010 :

La recherche de centres d'accueil en cas de circulation perturbée des trains s'opère dans le cadre de l'amélioration de l'accueil à la clientèle en cas d'incidents ou d'accidents, lorsqu’aucune évacuation immédiate n’est possible.

La Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) contacte à cet effet toutes les communes avec un passage de trains, soit par écrit, soit via une visite personnelle effectuée par les managers de région.

Ce contact s'inscrit dans le cadre du plan d'urgence et d'intervention (PUI) où les communes sont impliquées. La réglementation est reprise dans la consigne locale « Catastrophes et accueil des voyageurs ».