Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-472

de Hugo Vandenberghe (CD&V N-VA) du 12 mars 2008

au ministre de l'Intérieur

Police - Épreuves de sélection - Faibles taux de réussite

police
police locale
recrutement
concours administratif

Chronologie

12/3/2008 Envoi question (Fin du délai de réponse: 10/4/2008 )
19/3/2008 Dossier clôturé

Requalification de : demande d'explications 4-140
Réintroduite comme : question écrite 4-625

Question n° 4-472 du 12 mars 2008 : (Question posée en néerlandais)

Selon le plan de recrutement de la police belge, la police manquerait de personnel. Ainsi, on ne parviendrait pas à pourvoir les 704 emplois vacants d’inspecteur principal et d’inspecteur spécialisé ni les quelque 125 emplois vacants de « simple » inspecteur.

Selon certains experts, cette situation serait due à l’arrivée limitée de nouveaux policiers, le taux de réussite aux épreuves de sélection donnant accès à la formation de policier étant extrêmement faible.

En 2007, 10.827 personnes ont participé aux épreuves de sélection pour être admises à l’école supérieure de police. 12% à peine ont réussi cet examen. Les chiffres suivent ainsi la tendance observée les quatre dernières années, caractérisées par un taux de réussite n’ayant jamais dépassé 10 à 12%.

Certains experts estiment qu’il faut adapter les critères de sélection ainsi que la stratégie de recrutement. On ne s’adresserait pas suffisamment aux jeunes ayant le sens de l’initiative, un grand sens des responsabilités et le talent requis pour travailler efficacement en groupe.

En outre, depuis la réforme des polices, les officiers seraient en nombre excédentaire si bien que certains agents ne se trouveraient pas à la bonne place.

Je souhaiterais obtenir les informations suivantes :

1. Quelles conclusions le ministre tire-t-il des faibles taux de réussite à la police et des observations formulées par certains experts ?

2. Quelles mesures compte-t-il prendre pour que les taux de réussite atteignent un niveau acceptable ? Juge-t-il souhaitable, dans ce contexte, de modifier les critères de sélection ?

3. De quelle manière veut-il revoir la stratégie de recrutement pour amener les jeunes dotés du sens des responsabilités et de l’initiative – auxquels on ne s’adresse pas suffisamment, selon certains experts – à poser leur candidature à la police ?

4. De quelle manière entend-il assurer une meilleure répartition du travail au sein de la police de façon à décharger davantage les inspecteurs principaux, par exemple, des tâches purement administratives ?