Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-3482

de Dirk Claes (CD&V) du 11 mai 2009

au secrétaire d'État à la Mobilité, adjoint au Premier ministre

Contrôle de vitesse - Panneaux de camouflage pour voitures équipées d'un radar automatique - Répercussion sur la sécurité routière

sécurité routière
réglementation de la vitesse
contrôle de la circulation
contrôle de police
appareil d'enregistrement
autoroute

Chronologie

11/5/2009 Envoi question (Fin du délai de réponse: 11/6/2009 )
5/6/2009 Réponse

Aussi posée à : question écrite 4-3481

Question n° 4-3482 du 11 mai 2009 : (Question posée en néerlandais)

La police fédérale a récemment annoncé une nouvelle tactique pour effectuer des contrôles radar sur autoroute. On place des panneaux verts spéciaux de manière à ce que les voitures de police équipées d'un radar automatique soient invisibles pour les usagers. Par le passé, ces véhicules équipés d'un radar se plaçaient entre les buissons, mais ce n'est plus possible à cause de l'entretien permanent des espaces verts. Une raison supplémentaire est le fait que les automobilistes réagissent manifestement de manière dangereuse quand ils voient un radar.

Le placement de panneaux de camouflage spéciaux pour les véhicules équipés d'un radar est cependant un moyen assez draconien pour constater les infractions. Le problème des réactions dangereuses des automobilistes à l'approche des contrôles de vitesse n'est pas résolu de cette manière car les radars automatiques provoquent aussi de telles réactions. Organiser régulièrement des contrôles radar est une bonne chose, mais il est aussi important que la sécurité routière aux alentours de ces contrôles radar soit garantie.

1. Le ministre est-il informé de cette nouvelle stratégie ?

2. Depuis quand la police place-t-elle de tels panneaux de camouflage et cela fait-il partie d'une approche particulière à plus grande échelle ?

3. Combien de ces panneaux ont-ils déjà été placés et en quels endroits ?

4. De tels panneaux seront-ils encore placés à l'avenir et à quels endroits ?

5. Le risque de réactions dangereuses d'automobilistes lorsqu'ils remarquent des contrôles de vitesses est-il étayé par des études ?

6. Les statistiques prouvent-elles que davantage d'accidents se produisent aux alentours des caméras de surveillance ou des contrôles de vitesse ? Des chiffres existent-ils dans ce domaine ou le ministre est-il disposé à tenir ces statistiques à l'avenir ?

Réponse reçue le 5 juin 2009 :

J’ai l’honneur de signaler à l’honorable membre que cette question relève de la compétence du ministre de l’Intérieur.