Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-3452

de Dirk Claes (CD&V) du 11 mai 2009

au secrétaire d'État à la Mobilité, adjoint au Premier ministre

Accidents - Camions - Angle mort

accident de transport
sensibilisation du public
véhicule utilitaire
équipement de véhicule
sécurité routière
transport routier
véhicule à deux roues

Chronologie

11/5/2009 Envoi question (Fin du délai de réponse: 11/6/2009 )
18/5/2009 Réponse

Requalification de : demande d'explications 4-892

Question n° 4-3452 du 11 mai 2009 : (Question posée en néerlandais)

Ces derniers temps, de nombreux accidents dus à l'angle mort sont à nouveau survenus. Il s'agit d'un problème connu, très fréquent et aux conséquences très graves. Le Fietsersbond s'est saisi du phénomène pour mener, avec la Koninklijke Beroepsorganisatie van de Vlaamse Goederenvervoerders en logistieke dienstverleners (SAV) une nouvelle campagne de sensibilisation au sujet de l'angle mort. Il veut expliquer clairement aux usagers faibles de la route quels sont les dangers de l'angle mort.

Cependant, le Fietsersbond insiste, entre autres, pour que les autorités et le secteur des transport prennent plus de mesures concrètes. Les autorités flamandes ont une mission importante concernant la sensibiliation et l'éducation de groupes cibles. Dernièrement, des centres de réglage des rétroviseurs ont également été mis en service. On peut y régler les rétroviseurs de manière optimale.

Le pouvoir fédéral a également une mission. Il existe de nombreuses propositions concrètes relatives à l'approche technique de cette problématique. Le secrétaire d'État a déclaré il y a quelque temps qu'il se proéccupait de ce dossier et avait commandé des études sur la question. Sur cette base, une politique spécifique peut être développée concernant ce thème. Le Fietsersbond insiste pour que l'on agisse rapidement. Je pense qu'il serait utile d'aborder aussi ce dossier au niveau de l'Union européenne.

Je souhaite une réponse aux questions suivantes.

1. Quelles initiatives le secrétaire d'État a-t-il prises récemment au sujet de la problématique des rétroviseurs d'angle-mort?

2. De quelle manière souhaite-t-il concrétiser sa politique à ce sujet dans un proche avenir?

3. Des initiatives seront-elles prises à court terme concernant les adaptations techniques des camions afin d'améliorer la situation des usagers faibles de la route?

4. Dans quelle mesure une concertation existe-t-elle entre les différents États membres de l'Union européenne au sujet de ce dossier?

Réponse reçue le 18 mai 2009 :

Ma note stratégique pour cette année traite expressément de la problématique des accidents liés à l’angle mort. Bien trop d’accidents impliquant des poids lourds qui tournent à droite ont encore lieu, en particulier avec des cyclistes.

Une sensibilisation et une information à cet égard s’avèrent nécessaires, tant pour les chauffeurs de poids lourds que pour les cyclistes, par exemple dans les écoles.

Les initiatives prises par le secteur du transport, en coopération avec les Régions ou d’autres instances, ne peuvent qu’être encouragées et peuvent encore être renforcées sur le plan fédéral. Ainsi, l’Institut belge de la sécurité routière prête cette année et l’année prochaine une attention particulière aux accidents impliquant des poids lourds, dont font également partie les accidents liés à l’angle mort. Cela se fera au moyen de campagnes et d’actions spécifiques.

Je rappelle que la Belgique a déjà instauré par le passé l’obligation pour les poids lourds d’être équipés de miroirs supplémentaires.

Récemment, la réglementation technique belge a été mise en concordance avec les dernières évolutions techniques au niveau européen. Dès à présent, on peut également utiliser au niveau légal des systèmes de caméras qui font apparaître le cycliste sur un écran de télévision installé dans le poids lourd. L’installation d’un tel système doit dès lors être encouragée.

Une autre possibilité, qui n’est pas prévue à l’heure actuelle au niveau européen, a trait à un signal sonore spécifique et/ou à un clignoteur spécifique installé sur le poids lourd qui se met en marche dès qu’on tourne à droite. Cela peut constituer une aide complémentaire en sus des autres moyens mais cela ne peut pas dispenser le chauffeur de l’obligation de vérifier la présence d’un cycliste.

Malgré l’optimalisation et la promotion accrue des outils techniques, il reste important de sensibiliser, tant les chauffeurs de poids lourds que les cyclistes, aux dangers de l’angle mort.

À l’échelle européenne, je ferai appel à la délégation belge pour assurer un suivi plus rapide de l’évolution technique et de sa transposition en réglementation européenne.