Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-3115

de Pol Van Den Driessche (CD&V) du 25 février 2009

au ministre de l'Intérieur

Services de secours - Appels d'urgence - Autre zone linguistique - Problèmes de compréhension

premiers secours
médecine d'urgence
emploi des langues
bilinguisme

Chronologie

25/2/2009 Envoi question (Fin du délai de réponse: 26/3/2009 )
25/11/2009 Dossier clôturé

Réintroduite comme : question écrite 4-5941

Question n° 4-3115 du 25 février 2009 : (Question posée en néerlandais)

Voici trois ans, une dame âgée de vingt-six ans est décédée d'une congestion cérébrale à Riemst dans le Limbourg. Le mercredi 4 février 2009, la soeur de la victime a relaté les faits dans Volt, un programme de la première chaîne. Le problème a ainsi été mis au grand jour.

Je suppose que le ministre est au courant du problème. La victime a eu une congestion cérébrale. Son partenaire a appelé le numéro d'urgence 100, mais il est arrivé à la centrale d'appel liégeoise. On ne l'y a pas compris et la liaison a été coupée. L'homme a contacté à plus reprises les services de secours. Il arrivait toujours à Liège. Un voisin a alors formé le numéro d'urgence sur un téléphone fixe et est arrivé à l'hôpital local de Tongres. Les services de secours sont arrivés trop tard. La personne était entre-temps décédée.

Le drame s'est passé voici trois ans. Mais lorsque la soeur de la victime a fait l'expérience à l'occasion du tournage de Volt, elle a de nouveau été mise en communication avec Liège.

Nous comprenons que les frontières linguistiques ne peuvent pas coïncider avec les champs électromagnétiques permettant le trafic gsm, mais cela ne signifie toutefois pas que nous ne pouvons pas répondre d'une autre manière à ce problème.

Voici mes questions :

De quelle manière a-t-on remédié à ce problème ?

Qu'a-t-on déjà fait pour éviter de tels drames à l'avenir ?

A-t-on pensé à une solution technique pour pouvoir transmettre rapidement et efficacement les appels ?

Des critères de sélection plus stricts (en matière de connaissances linguistiques) ont-ils été prévus pour les recrutements dans les services de secours ?