Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-177

de Sfia Bouarfa (PS) du 15 février 2008

au Premier ministre

Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) - Index de développement humain - Position en recul de la Belgique - Stratégie afin de retrouver une meilleure place

Programme des Nations unies pour le développement
développement social
niveau de vie
qualité de la vie
politique de développement
développement humain

Chronologie

15/2/2008 Envoi question (Fin du délai de réponse: 20/3/2008 )
22/2/2008 Réponse

Renvoyé à : question écrite 4-391

Question n° 4-177 du 15 février 2008 : (Question posée en français)

Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) vient de publier son rapport annuel sur le classement mondial du développement humain. Il en ressort pour notre pays une perte de quatre places puisque la Belgique est reléguée cette année à la dix-septième position alors qu’elle occupait la treizième l’an passé. Malgré cette régression, on peut toujours considérer qu’« il fait bon vivre » en Belgique, car dix-septième sur cent septante-sept pays, c’est tout à fait honorable et cela assure toujours au pays de rester dans le « top vingt » des pays considérés comme ayant un développement humain élevé.

Il n’empêche que cette régression est une constante depuis quatre ans : la Belgique était classée sixième il y a quatre ans, elle a ensuite régressé à la neuvième, puis treizième place pour terminer dix-septième cette année. Ce constat ne me semble pas alarmant mais bien interpellant. En effet, cette dégringolade récurrente pourrait traduire la dégradation de certains indicateurs dans notre pays, une stagnation de notre niveau de qualité de vie ou encore un manque de capacité à améliorer la qualité de vie de nos concitoyens. Dans tous les cas, ceci nous rappelle impérativement que notre qualité de vie n’est pas acquise une fois pour toutes et qu’elle est le reflet d’un labeur cohérent et soutenu du monde politique belge.

Dès lors, il me semble que ce constat doit donner un signal fort à notre gouvernement fédéral quant à la gestion de notre État, lequel selon les critères de l’index de développement humain (basé sur le système de santé, l’espérance de vie, le niveau de vie, le niveau d’instruction et la richesse par habitant) obtient, une fois encore cette année, un bulletin aux cotes en recul.

Au regard de ce constat, je souhaiterais connaître les éléments qui ont amené ce recul, ainsi que la stratégie envisagée par notre gouvernement en vue de retrouver une meilleure place dans cet index qui traduise notre détermination à assurer une qualité de vie supérieure à nos concitoyens.

Réponse reçue le 22 février 2008 :

La question de l'honorable sénateur est transmise au ministre de la Coopération au développement, comme rentrant dans ses attributions (question écrite n° 4-391).