SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2019-2020 Zitting 2019-2020
________________
31 mars 2020 31 maart 2020
________________
Question écrite n° 7-431 Schriftelijke vraag nr. 7-431

de Rik Daems (Open Vld)

van Rik Daems (Open Vld)

au ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l'Agriculture, et de l'Intégration sociale, chargé des Grandes villes

aan de minister van Middenstand, Zelfstandigen, KMO's, Landbouw en Maatschappelijke Integratie, belast met Grote Steden
________________
Crise du coronavirus - Crédits de caisse - Taux d'intérêt - Coût élevé - Garantie de l'État - Accords avec le secteur bancaire (Covid-19) Coronacrisis - Kaskredieten - Tarief - Hoge kostprijs - Staatswaarborg - Afspraken met de banksector (Covid-19) 
________________
maladie infectieuse
épidémie
établissement de crédit
intérêt
entreprise en difficulté
crédit à court terme
petites et moyennes entreprises
infectieziekte
epidemie
kredietinstelling
rente
onderneming in moeilijkheden
kortlopend krediet
kleine en middelgrote onderneming
________ ________
31/3/2020 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 30/4/2020 )
1/10/2020 Dossier gesloten
31/3/2020 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 30/4/2020 )
1/10/2020 Dossier gesloten
________ ________
Aussi posée à : question écrite 7-430
Aussi posée à : question écrite 7-432
Réintroduite comme : question écrite 7-791
Aussi posée à : question écrite 7-430
Aussi posée à : question écrite 7-432
Réintroduite comme : question écrite 7-791
________ ________
Question n° 7-431 du 31 mars 2020 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 7-431 d.d. 31 maart 2020 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Les crédits de caisse ont toujours été un instrument de financement relativement onéreux. En 2015 déjà, l'Union flamande des entrepreneurs indépendants (UNIZO) dénonçait les taux élevés pratiqués par les banques sur les crédits de caisse et ce, dans un contexte de taux historiquement bas.

Un peu plus de la moitié des entrepreneurs qui avaient contracté un crédit de caisse en 2015 payaient ainsi un taux d'intérêt de 8 % ou plus. Pour un entrepreneur sur cinq, le taux était même de 10 %. «Aujourd'hui, les banques nous rebattent les oreilles de leurs taux d'intérêt historiquement bas. Pourtant, elles pratiquent toujours des taux d'intérêt élevés sur les crédits de caisse», déclarait l'UNIZO. En 2015 déjà, l'UNIZO invitait les banques à abaisser le tarif de base des crédits de caisse pour les petites entreprises.

Différents indépendants m'apprennent aujourd'hui que les taux des crédits de caisse ont encore augmenté. Je dispose ainsi de dossiers d'indépendants qui se sont vu proposer un crédit de caisse à un taux de 4 %. À ce taux s'ajoutaient encore des frais de dossiers élevés, ainsi qu'un taux supplémentaire de 10 % sur le montant réellement prélevé sur cette ligne de crédit. Autrement dit, le taux cumulé à payer si le crédit de caisse était intégralement utilisé, ce qui est généralement l'objectif de ces crédits, était de 14 %, sans compter les frais de dossier. Cette offre a été formulée par la banque fin mars 2020, au moment de l'entrée en vigueur des mesures restrictives consécutives à la pandémie de Covid-19.

Ces dernières semaines, le gouvernement et le secteur bancaire ont déjà pris diverses initiatives afin d'atténuer les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus. Je suis parfaitement conscient de l'ampleur de l'effort fourni.

Une des mesures proposées concerne les garanties de l'État sur les prêts que les banques octroient aux entreprises pour leur permettre de surmonter la crise du coronavirus. Il me paraît logique que si le prêt bénéfice de la garantie de l'État, les banques appliquent un taux moins élevé sur les crédits de caisse puisque les taux d'intérêt sont historiquement bas et que le risque de non-remboursement est en partie couvert par l'État.

La présente question porte sur une compétence transversale, partagée avec les Régions. Les Régions sont responsables de l'aide et du conseil aux entreprises, de l'établissement de surfaces commerciales et des baux commerciaux, de la politique des prix et d'une partie du commerce extérieur.

Je souhaiterais dès lors vous poser les questions suivantes:

1) Pouvez-vous me dire si vous-même, votre cellule stratégique ou l'Economic Risk Management Group (ERMG) avez déjà abordé cette question avec le secteur bancaire et la Banque nationale de Belgique (BNB)? Pouvez-vous fournir des précisions concrètes à ce sujet? Quel en a été le résultat?

2) Des accords ont été conclus avec les banques. Qu'impliquent-ils concrètement pour les taux d'intérêt du crédit de caisse en général et, en particulier, lorsque l'État offre des garanties en contrepartie, comme un plafonnement du taux? Pouvez-vous détailler les modalités, eu égard à l'inquiétude que ressentent les petites et moyennes entreprises (PME)?

3) Quelle part des garanties de l'État destine-t-on aux crédits de soudure et aux crédits de caisse des PME? Quel est le calendrier prévu, sachant que le crédit de caisse sera une nécessité pour beaucoup et qu'il est dans l'intérêt de tous que l'on soutienne la rentabilité des entreprises? Pouvez-vous donner des explications détaillées à ce sujet?

4) Pouvez-vous donner les mêmes explications en ce qui concerne les avances à terme fixe («straight loans») qui sont plutôt octroyées aux entreprises de taille moyenne et qui atteignent souvent un montant minimal de 100 000 euros? Le taux d'intérêt a-t-il également été plafonné pour ce type de crédit? Dans la négative, pour quelles raisons? Dans l'affirmative, pouvez-vous détailler votre réponse? Le taux diffère-t-il selon que le crédit bénéficie ou non de la garantie de l'État?

5) Les indépendants à qui un crédit de caisse est refusé peuvent-ils s'adresser à une instance, à court terme et de manière aisée, pour s'assurer que le refus est bien légitime? Cette option est-elle envisageable?

 

Kaskredieten zijn altijd een relatief duur instrument geweest om zich te financieren. Reeds in 2015 klaagde de Unie van zelfstandige ondernemers (UNIZO) de hoge tarieven aan die banken aanrekenden voor kaskredieten en dit gezien historisch lage rentetarieven.

Zo betaalde iets meer dan de helft van de ondernemers die in 2015 een kaskrediet opnamen een rentetarief van 8 % of hoger. Een op vijf zat zelfs aan meer dan 10 %. «Vandaag slaan banken je om de oren met hun historisch lage rentevoeten. Toch passen ze voor de kaskredieten nog steeds hoge rentevoeten toe» stelde UNIZO. UNIZO vroeg reeds in 2015 de banken om het basistarief voor kaskredieten voor kleine ondernemingen te verlagen.

Ik verneem vandaag van diverse zelfstandigen dat de tarieven voor het kaskrediet nog zijn opgelopen. Ik beschik zo over dossiers waar de zelfstandige een kaskrediet kreeg aangeboden waarbij op het toegekende kaskrediet 4 % werd aangerekend. Daarnaast waren er nog hoge dossierkosten en op het daadwerkelijk bedrag dat dan binnen dit kaskrediet werd opgenomen, werd bijkomend 10 % gerekend. Aldus is het cumulatief tarief indien het hele kaskrediet wordt opgenomen, wat nu net veelal de bedoeling is van deze kredieten, 14 % en dossierkosten. Dit aanbod werd door de bank gedaan eind maart 2020 toen de beperkende maatregelen in voege traden ten gevolge de Covid-19.

De afgelopen weken hebben de overheid en de banksector reeds talrijke initiatieven genomen om de economische gevolgen van de coronapandemie te verzachten. Ik begrijp dat zij een aanzienlijke inspanning leveren.

Eén van de vooropgestelde maatregelen betreft de waarborgen van de overheid voor leningen vanwege de banken aan ondernemingen om de coronacrisis te overbruggen. Het lijkt me logisch dat als er een overheidswaarborg is, de banken een lager tarief opleggen voor de kaskredieten gezien de rente historisch laag staat en hun risico's wat betreft niet-betaling ten dele gedekt worden door de overheid.

Het betreft een transversale aangelegenheid met de Gewesten. De Gewesten staan in voor de steun en het advies aan bedrijven, handelsvestiging en handelshuur, prijsbeleid en een deel van de buitenlandse handel.

Ik had dan ook volgende vragen:

1) Kan u meedelen of uzelf, uw beleidscel of de Economic Risk Management Group (ERMG) dit reeds hebben aangekaart met de banksector en de Nationale Bank van België (NBB)? Kan u dit concreet toelichten? Wat leverde dit op?

2) Welke concrete afspraken werden hieromtrent met de banken afgesloten wat betreft de tarieven van het kaskrediet in het algemeen en in het bijzonder wanneer er overheidswaarborgen tegenover zouden staan, zoals een renteplafond? Kan u uitgebreid toelichten wat de modaliteiten zijn gezien de ongerustheid bij de kleine en middelgrote ondernemingen (KMO)?

3) Welk deel van de overheidswaarborgen is bestemd voor overbruggingskredieten en kaskredieten voor de kmo's? Wat is er afgesproken qua timing gezien vele het kaskrediet zullen nodig hebben en dat het in ieders belang is om de rendabele bedrijven te ondersteunen? Kan u dit uitgebreid toelichten?

4) Kan u hetzelfde toelichten wat betreft de «straight loans» die veeleer aan middelgrote bedrijven worden toegekend en die dikwijls minimaal 100 000 euro bedragen? Werd er hier een renteplafond vastgelegd? Zo neen, waarom niet? Zo ja, kan u dit toelichten? Is er een verschil indien er een overheidswaarborg aan verbonden is?

5) Kunnen zelfstandigen aan wie kaskrediet geweigerd wordt zich wenden tot een instantie om te zien of de weigering legitiem is en dit op korte termijn en op een eenvoudige wijze? Is dit te overwegen?