5-123

5-123

Sénat de Belgique

Annales

JEUDI 14 NOVEMBRE 2013 - SÉANCE DE L'APRÈS-MIDI

(Suite)

Question orale de M. François Bellot au ministre des Finances, chargé de la Fonction publique sur «la vente des parts Fortis» (no 5-1169)

Question orale de Mme Anke Van dermeersch au ministre des Finances, chargé de la Fonction publique sur «la vente de Fortis» (no 5-1170)

Mme la présidente. - Je vous propose de joindre ces questions orales. (Assentiment)

M. Melchior Wathelet, secrétaire d'État à l'Environnement, à l'Énergie et à la Mobilité, et aux Réformes institutionnelles, répondra.

M. François Bellot (MR). - Hier, l'État belge a annoncé sa sortie de BNP Paribas Fortis, l'ex-Fortis Banque. Il a en effet revendu ses parts - représentant 25% du capital - pour 3,5 milliards. Cette opération représente un bénéfice et donc une plus-value de quelque 900 millions d'euros. C'est donc une bonne chose pour nos finances. Cela signifie également que la banque belge passe intégralement sous contrôle français. En outre, la Belgique avait affecté 60 millions d'euros au budget de 2014 comme dividendes venant de Fortis. Tout ceci n'est pas sans conséquence.

Sans douter de l'opportunité de l'opération, je souhaiterais vous poser deux questions. Cette opération fera-t-elle baisser avec certitude la dette en dessous des 100% ? Comment ces 60 millions seront-ils compensés au budget ?

Vous dites faire confiance aux Français en ce qui concerne les éventuelles restructurations qui pourraient en découler du côté belge. Est-ce suffisant ? Quelles garanties concrètes avez-vous de leur bonne foi et de leur volonté d'assurer l'ancrage belge dans la banque ? Je rappelle que, par ailleurs, nous sommes toujours actionnaires à 10,83% de BNP Paribas.

Mevrouw Anke Van dermeersch (VB). - Ook ik heb via de pers vernomen dat de regering het overblijvende belang van 25% van de Belgische staat in BNP Paribas Fortis van de hand heeft gedaan voor 3,25 miljard euro. Andermaal neemt de regering een eenmalige, en geen structurele maatregel om de staatsschuld onder controle te houden. Na de uitverkoop van de energiesector aan Frankrijk wordt nu ook de uitverkoop van een deel van onze financiële sector aan dat land voltooid.

De minister van Financiën deelt in een persbericht mee dat "de sociale garanties en de tewerkstelling gegarandeerd blijven". Ik heb daar vragen bij.

De regering heeft blijkbaar ook de intentie om het belang van 10,3% in BNP Paribas zelf te verkopen, tenminste als dat ook een meerwaarde oplevert.

Van welke aard zijn de sociale garanties en de waarborgen inzake tewerkstelling, en dat vooral voor de 15 000 werknemers in het kantorennetwerk? Tot hoever in de tijd reiken die waarborgen? Volgens krantenbericht zouden de garanties gelden tot 2020. Zijn ze juridisch afdwingbaar?

Zal de regering ook het belang van 10,3% van de hand doen? Zo ja, blijven de sociale garanties en de waarborgen inzake werkgelegenheid en het kantorennetwerk dan van kracht? Het gaat uiteindelijk om een groot aantal werknemers.

M. Melchior Wathelet, secrétaire d'État à l'Environnement, à l'Énergie et à la Mobilité, et aux Réformes institutionnelles. - Je voudrais remercier les deux sénateurs pour leurs questions.

Je trouve extraordinaire que, dans ce dossier, ceux-là mêmes qui critiquaient l'achat, voici quelques années, d'actions de cette entreprise, l'estimant trop coûteux, trouvent aujourd'hui leur vente trop bon marché ! Alors que l'État fait une plus-value de 900 millions d'euros. C'est quand même pas mal ! On peut toujours faire mieux mais reconnaissons que le résultat n'est pas mauvais.

Ce sont les mêmes aussi qui nous reprochaient d'avoir pris ces participations qui nous reprochent à présent d'en sortir. Où est la logique ! La táche de l'opposition est de s'opposer, certes ! J'ai moi-même connu l'opposition, elle permet notamment une certaine incohérence dans le propos.

Monsieur Bellot, l'opération implique bien une baisse du ratio de la dette de 0,85% du produit intérieur brut (PIB). À ce jour, il n'y a pas de certitude absolue que cela suffira pour faire descendre le ratio de la dette en dessous des 100% du PIB, notamment en raison de l'incertitude autour du dénominateur pour calculer ce ratio, à savoir le produit intérieur brut qui ne sera connu qu'à la fin de l'année.

Dans la convention de cession des actions de BNP Paribas Fortis, BNP Paribas confirme expressément son intention de poursuivre le plan mentionné dans son communiqué du 25 mars 2013. Dans ce communiqué, BNP Paribas annonçait qu'au cours des trois prochaines années, les effectifs diminueront de 1 800 équivalents temps plein par mobilité interne et départs naturels. La sortie de l'État n'entraînera donc pas de modification de ce plan. Si des mesures complémentaires devaient s'avérer nécessaires, le gouvernement a obtenu que les engagements qu'a pris BNP Paribas au moment du sauvetage en 2008 restent d'application jusqu'à un horizon visible, c'est-à-dire au moins jusqu'à la fin 2017. Ces engagements consistent à privilégier les rotations naturelles et la mobilité au sein du groupe.

La convention de cession des actions stipule en outre que, jusqu'à 2020, au moins trois administrateurs de Fortis seront de nationalité belge. Au-delà de ce délai, BNP Paribas s'est engagé à veiller au maintien d'administrateurs qui ont une compétence avérée dans le secteur bancaire ou le monde économique belge.

De sociale garanties zijn ingeschreven in de overeenkomst tot overdracht van de aandelen van de Belgische Staat. Die overeenkomst bepaalt ook dat BNP Paribas het plan dat op 25 maart 2013 werd gecommuniceerd, voortzet. Volgens dat plan zal het personeelsbestand tijdens de komende drie jaar met 1800 voltijdse equivalenten verminderen, en dat uitsluitend via interne mobiliteit en natuurlijke afvloeiingen. Ook heeft de regering verkregen dat de verbintenis die BNP Paribas in 2008 is aangegaan, zeker tot eind 2017 behouden blijft, voor zover bijkomende maatregelen nodig zouden zijn. Die verbintenis bestaat erin dat voorrang wordt gegeven aan natuurlijke rotaties en mobiliteit binnen de groep.

Daarnaast staat in de overeenkomst dat minstens tot 2020 drie Belgen in de raad van bestuur van Fortis Bank zullen zetelen. Ook daarna zal BNP Paribas erover waken dat steeds drie bestuurders een specifieke kennis hebben van de Belgische bank- of economische sector.

De verkoop van het belang van 10,3% in de moederonderneming BNP Paribas is vandaag niet aan de orde. Die verkoop zou geen enkele invloed hebben op de contractuele bepalingen die hierboven zijn toegelicht.

M. François Bellot (MR). - Bien entendu nous avons relevé les incohérences : certains qualifient l'opération de gáchis aujourd'hui alors qu'à l'époque, en commission de suivi de la crise financière, le même terme était utilisé pour qualifier la prise de participation de l'État belge dans Fortis.

Pour un gáchis qui se solde par une plus-value de plus de 900 millions d'euros sur 3 milliards 250 millions, l'État belge pourrait recommencer l'opération !

Pour le reste, il y a une question à laquelle vous n'avez pas répondu, monsieur le ministre, c'est la prévision des 60 millions de dividendes pour 2014. Comme l'opération de cession se passe en 2013, une convention pourrait peut-être permettre de maintenir le versement de ces dividendes au moins proportionnellement au nombre de mois de l'année 2013 écoulés avant la cession. Manifestement vous n'avez pas les éléments, nous interrogerons donc le ministre en commission des Finances.

Mevrouw Anke Van dermeersch (VB). - Ik dank de staatssecretaris voor het lezen van het antwoord. Helaas kan hij niet antwoorden op mijn bijkomende vragen. Ik hoor dat minister Geens de logica van de oppositie niet kan volgen en dat het nooit goed genoeg is. Dat klopt, een meerwaarde van 900 miljoen euro is onvoldoende. BNP Paribas is sinds 2008 maar liefst 9,5 miljard euro beter geworden van de geleidelijke overname van Fortis Bank. Eind 2008 bedroeg het eigen vermogen van de bank 15,14 miljard euro. Eind juni 2013 was dat 22,65 miljard euro. Dat is een aangroei van 7,5 miljard euro, die nu volledig aan de Fransen toekomt. In ruil boeken wij een meerwaarde van 900 miljoen euro. De Fransen hebben het dus knap gespeeld en ons heel mooi bedot.

De regering had de begroting beter onder controle moeten houden, zodat de tijdsdruk die Europa ons oplegt om de staatsschuld onder de 100% van het bbp te houden, niet zo hoog zou geweest zijn. Tegelijk zouden we niet zo afhankelijk geweest zijn van die ene potentiële koper die zeer slim handelt.

Het is inderdaad de taak van de oppositie om oppositie te voeren. De logica van de cijfers spreekt echter voor zich. Een goede deal kunnen we de operatie allerminst noemen: 9,5 miljard voor Frankrijk en 900 miljoen voor ons land. Daarvoor krijgt onze regering van ons een dikke onvoldoende.