4-5

4-5

Belgische Senaat

Handelingen

DONDERDAG 25 OKTOBER 2007 - NAMIDDAGVERGADERING

(Vervolg)

Wetsontwerp tot wijziging van de wet van 8 juni 2006 houdende regeling van economische en individuele activiteiten met wapens teneinde de termijn voor de aangifte van wapenbezit te verlengen (Stuk 4-310) (Evocatieprocedure)

Algemene bespreking

M. Christophe Collignon (PS), rapporteur. - La proposition de loi a été adoptée le 18 octobre 2007 par la Chambre des Représentants qui l'a transmise au Sénat le 19 octobre. Le projet relevant de la procédure bicamérale facultative déposé en tant que proposition de loi à la Chambre des Représentants a été évoqué le 22 octobre.

La commission de la Justice a examiné ce projet lors de sa réunion, le 23 courant. Au cours de cette discussion, aucune modification sur le texte n'a été apportée.

Le contenu du projet porte sur une prolongation du délai de déclaration de détention d'armes jusqu'au 31 octobre 2008. La discussion en commission fut fournie et nuancée. Les objectifs visés par la loi de juin 2006, à savoir le contrôle, la limitation de la détention d'armes et l'augmentation de la sécurité publique ne sont en rien remis en cause. La loi a cependant fait l'objet d'interprétations et d'applications divergentes ; elle suscite aussi des interrogations sur certaines incohérences. La prolongation du délai a donc pour but de mener, en toute sérénité, une réflexion en profondeur sur les modifications éventuelles à apporter à la loi du 8 juin 2006. Le travail d'examen des modifications éventuelles de la loi et les auditions y afférentes ont par ailleurs commencé à la Chambre. Au cours de la discussion générale, des remarques ont été formulées. M. Lambert a déposé un amendement visant à organiser des auditions sur la nécessité de prolonger le délai. Cet amendement a été rejeté par 6 voix contre 2, et 3 abstentions.

Pour la teneur complète de la discussion, je vous renvoie au rapport écrit. L'ensemble du projet de loi a été adopté par 6 voix contre 1, et 4 abstentions.

M. Jean-Paul Procureur (cdH). - Je regrette que M. Lambert n'ait pu s'exprimer avant moi car mon intervention est, en quelque sorte, une réponse à certains de ses arguments développés en commission.

Le groupe cdH votera cette prolongation du délai pour la déclaration de détention d'armes, non pour la vider de son sens, comme M. Lambert le laisse entendre, mais pour se donner le temps nécessaire à l'amélioration de cette loi quelque peu imparfaite.

Il n'y a pas, d'une part, des parlementaires sans conscience qui ne se préoccupent pas de la circulation sauvage des armes et de ses conséquences, des parlementaires qui n'écouteraient que les pressions de leurs amis amateurs d'armes, de chasse, de tir, etc. Certes, nous avons tous croisé, depuis quelques mois, des gens de tous horizons et de toutes catégories sociales qui nous ont interpellés sur cette problématique. Notre rôle est aussi de les entendre, de les écouter et de reconnaître que certains aspects de la loi peuvent être améliorés. Il n'y a pas, disais-je, d'une part, des parlementaires dépourvus de conscience et, d'autre part, certains dotés eux d'une conscience et qui, pour cette raison, refuseraient toute modification de cette loi.

Il faut avoir la modestie de reconnaître que cette législation présente des zones floues et des difficultés d'application. Dans une certaine mesure, elle a manqué sa cible. Il faut se donner le temps de remettre l'ouvrage sur le métier. Il faut peut-être aussi en tirer les enseignements pour l'avenir et oser se dire qu'il n'est pas toujours bon de légiférer dans l'urgence et l'émotion.

Il faut donc se donner le temps de remettre l'ouvrage sur le métier, non pas pour vider cette législation de son sens mais pour la rendre réellement efficace.

Puisqu'il s'agit de lutter contre la violence, reconnaissons qu'il en existe certaines formes contre lesquelles cette législation ne pourra sans doute jamais rien ; d'autres mesures devront être envisagées. Je pense notamment au trafic d'armes.

Quand cette législation a été élaborée et discutée pour la première fois au parlement, je me remémorais souvent les tueries du Brabant, que j'avais été amené à suivre dans mon précédent métier. Au cours de l'enquête sur ces événements extrêmement violents, j'ai pu interroger les membres de ce qu'on appelait alors la « filière boraine ». J'ai alors pu constater que des armes étaient vendues dans les arrière-salles de bistrots.

Aujourd'hui, je me demande comment cette législation peut permettre de lutter efficacement contre les trafiquants que l'on peut considérer comme des criminels amateurs et contre le trafic international d'armes. Nous devons parfaire cette loi mais aussi poursuivre notre travail et veiller notamment à un renforcement de l'appareil policier de manière à lutter le mieux possible contre la violence.

De heer Geert Lambert (sp.a-spirit). - Twee weken geleden ontstond enige hilariteit toen ik de hoogdringendheid inriep voor de behandeling van een wetsvoorstel. Ik was ervan overtuigd dat dit in de Senaat, de rust zelve, mogelijk was, maar ik beging blijkbaar een grote flater, want er werd mij gezegd dat de hoogdringendheid in de Senaat niet bestaat.

Vandaag merk ik dat ik het toch bij het rechte eind had. De hoogdringendheid bestaat wel degelijk in het parlement. In amper een week tijd slaagt men erin een wetsontwerp dat de inwerkingtreding van een wet die vorig jaar eindelijk werd goedgekeurd, weer uitstelt door een wijziging vlug vlug door beide Kamers te sluizen. In een week tijd is er een meerderheid gevonden om een wet te wijzigen die nochtans een belangrijk probleem aanpakt.

Ik ben, samen met mijn partij, een groot pleitbezorger geweest voor de strenge wapenwetgeving die de vorige regeerperiode werd goedgekeurd. Mijn pleidooi voor een strenge wapenwet had niets te maken met een of ander industrieel belang aan de ene of de andere kant van de taalgrens, noch met de wapensport. Mijn ambitie voor een strenge wapenwetgeving had hoofdzakelijk tot doel aan te tonen dat een vuurwapen geen speelgoed is en dat het niet thuishoort in het nachtkastje, zoals tegenwoordig maar al te vaak gebeurt.

Ik heb enkele jaren geleden op een persconferentie aangetoond hoe eenvoudig het is om een wapen te kopen. Het enige wat ik nodig had - ik hoor het de wapenhandelaar hier om de hoek nog zeggen - was een kredietkaart. Ik kon met mijn wapen zelfs het parlement binnenwandelen.

Een pijnlijk incident, de zaak-Van Themsche, was het breekijzer om de strenge wapenwet wel te kunnen doen goedkeuren. De eeuwige oppositie tegen deze wet, duidelijk geïnstrueerd door een lobby, werd eindelijk gebroken naar aanleiding van een incident dat we hadden kunnen voorkomen indien deze wet toen reeds had gegolden.

Na de goedkeuring van de wet kwamen er onmiddellijk mededelingen van schuttersverenigingen en organisaties die wapens als speelgoed beschouwen. UNACT kondigde in november 2006 aan dat de nieuwe wet niet moet worden nageleefd.

Lees die wet niet, leef ze niet na en wacht ermee om uw wapen in te leveren, want we zullen wel voldoende parlementsleden kunnen bewerken om die wet te laten wijzigen. Daar kwam de boodschap van UNACT op neer.

De heer Reynders heeft tijdens zijn informatieronde Jan en alleman ontmoet en dus ook belangrijke mensen die met kennis van zaken over de wapenwet kunnen spreken. Hij heeft alle gouverneurs gevraagd om een stand van zaken op te maken inzake de uitvoering van de wapenwet, die bijzonder moeilijk zou verlopen. Hij had immers vernomen dat het onmogelijk zou zijn om alle vergunningen binnen de voorziene tijdspanne te verlenen.

Ik zou graag uit de antwoorden van de gouverneurs citeren.

Gouverneur Lode De Witte van de provincie Vlaams-Brabant antwoordt: `Zelf ben ik geen voorstander van het verlengen tot eind 2007 van de amnestieperiode die afloopt op 30 juni 2007. ... Het aankondigen van een verlenging van de amnestieperiode zal enkel voor gevolg hebben dat het probleem zich verplaatst naar eind december 2007.'

Vandaag kan ik alleen maar dromen dat dit de nieuwe einddatum was.

Gouverneur Denys van de provincie Oost-Vlaanderen schrijft: `In antwoord op uw schrijven deel ik u mee dat ik van oordeel ben dat de amnestieperiode in het kader van de nieuwe wapenwet niet verlengd dient te worden. ... Het zou er enkel toe leiden dat de indiening van de nog resterende vergunningsaanvragen opnieuw massaal wordt uitgesteld tot het einde van de nieuwe amnestieperiode. ... Ook de provinciale en politionele wapendiensten hebben de voorbije maanden een modus operandi ontwikkeld die uitging van de idee dat de amnestieperiode eindigt op 30 juni 2007. ... De praktische obstakels zijn genoegzaam bekend bij de provinciale wapendiensten en worden inmiddels zoveel als mogelijk ondervangen. ... Gelet op het feit dat de amnestieperiode reeds eerder met 6 maanden werd verlengd, meen ik overigens te mogen stellen dat aan de burgers ruim voldoende tijd werd gegeven.'

Gouverneur Camille Paulus van de provincie Antwerpen schrijft: `Het verlengen van de amnestieperiode is derhalve naar mijn mening niet noodzakelijk, noch opportuun.' Hij gaat dus nog een stap verder.

U zou me kunnen aanwrijven dat ik alleen Nederlandstalige gouverneurs citeer, daarom citeer ik ook gouverneur Véronique Paulus de Châtelet van Brussel Hoofdstad: `En ce qui me concerne, je ne rencontre aucun problème à traiter les demandes d'autorisation et de régularisation d'armes. ... En conclusion, je ne souhaite pas une nouvelle prolongation du délai, ...' Zij wenst dus evenmin een verlenging van de aangiftetermijn.

Nu het land het zonder regering moet stellen, slagen sommigen erin, voortgestuwd door UNACT en andere lobby's, om de adviezen van de gouverneurs aan de informateur - de enige overigens die sinds de verkiezingen enig bruikbaar document heeft voortgebracht - volledig te negeren. De gouverneurs die door de politici belast zijn met de uitvoering van de nieuwe wapenwet, verklaren stuk voor stuk dat geen uitstel nodig is, maar hen moeten we uiteraard niet volgen! De begeleidingscommissies moeten we evenmin volgen! Lobbygroepen volgen we wel!

Tot op vandaag heb ik geen enkele plausibele of aanvaardbare reden gehoord om de uitvoering van de wet uit te stellen.

Voor personen die ooit een wapen geërfd hebben, zal immers wel de nodige clementie aan de dag worden gelegd op het ogenblik dat ze zich willen regulariseren.

Er is dus geen enkele reden om een wet die uiteindelijk in een stroomversnelling werd goedgekeurd, nu nog sneller onderuit te halen. In het begin ging het om een uitstel van enkele maanden, maar vandaag wordt al een uitstel tot oktober 2008 voorgesteld. Dat uitstel is absoluut noodzakelijk voor degenen die de strengere wapenwet straks opnieuw willen versoepelen.

Als we de voorgestelde wijziging goedkeuren, geven we opnieuw groen licht voor het privé-wapenbezit, de wapenhandel en alle nefaste gevolgen die daaruit kunnen voortvloeien en waarmee we dagelijks geconfronteerd worden. In de film Bowling for Columbine zagen we duidelijk hoe men in enkele seconden een halve school neer kan maaien als men maar over het juiste wapen beschikt.

Er worden in het parlement duidelijk twee wegen bewandeld. Er is de wijziging van de wapenwet die in één week door de twee kamers wordt gejaagd en er is het wetsvoorstel over de splitsing van Brussel-Halle-Vilvoorde, waarvan ooit beweerd werd dat ze in vijf minuten gerealiseerd kan worden. Zij die er in de Kamer alles voor doen om de goedkeuring van het tweede wetsontwerp tegen te houden, hebben de wijziging van de wapenwet die vorige week in de Kamer werd goedgekeurd, in de Senaat geëvoceerd opdat ze toch zo snel mogelijk wordt goedgekeurd.

Dat doet mij onwillekeurig denken aan de Francorchampswet, die vier jaar geleden in volle regeringsonderhandeling op tafel lag. Ik ben mij ervan bewust dat ik er mee voor gezorgd heb dat die wet kon worden goedgekeurd, maar we moeten van onze fouten leren. We hadden die wet misschien kunnen gebruiken als een hefboom om andere zaken te krijgen, maar dit ontwerp kan voor mij zelfs geen hefboom zijn om andere zaken te realiseren.

De voorgestelde wijziging lijkt mij het eerste `lepeltje suiker' te zijn dat we moeten geven om bittere drankjes te doen doorslikken. Maar als we deze fundamentele wetgeving nu op een drafje wijzigen, geven we geen lepeltje, maar een hele zak suiker. Dan wordt duidelijk hoe met twee maten wordt gemeten.

Ik vind het onverantwoord en bijzonder onethisch dat ons gevraagd wordt om dit ontwerp vandaag goed te keuren.

M. Philippe Monfils (MR). - Je n'ai pas très bien compris par quel raccourci saisissant notre excellent collègue Lambert est passé de BHV à la loi sur les armes, sauf peut-être à envisager de régionaliser cette loi, ce qui ne serait pas nécessairement une mauvaise idée. Nous verrons plus tard, dans les débats institutionnels...

Je n'ai pas voté cette loi à la Chambre. Pour écarter tout ricanement, je précise que je ne suis l'homme d'aucun lobby. Je ne suis ni chasseur, ni tireur, ni collectionneur. Dès que je possède deux engins du même secteur, je trouve que c'est une collection énorme, à part les voitures, mais je ne les conduis pas comme une arme mais comme une oeuvre d'art ! Je n'ai jamais hérité de la moindre arme. J'ai simplement fait mon métier de parlementaire et j'ai estimé que cette loi était mal fichue.

On aurait pu faire l'économie du type de projet de loi qui nous est présenté. On savait dès le départ que la loi était mal faite. Bien peu l'ont dit à l'origine, certes, mais rapidement, au bout de quelques semaines, on s'est rendu compte qu'elle présentait d'énormes lacunes. On a également pris conscience que vu la date des élections, l'application de la loi se ferait sans gouvernement. Cela signifie que l'ensemble des autorités chargées de vérifier l'application de la loi n'ont pas reçu les instructions et les éclaircissements nécessaires.

Juste avant les élections, j'avais posé à certains ministres du gouvernement des questions sur quelques cas particuliers. Ils avaient convenu de leur complexité et m'avaient répondu qu'en effet, il faudrait préparer une circulaire ministérielle. Cela n'a pas été fait, faute de temps avant les élections.

Cette loi extrêmement complexe et qui se prête à des interprétations divergentes ne peut être appliquée sur le terrain, faute de renseignements précis.

Voici quelques exemples, en commençant par les dispositions transitoires. Je vous défie de trouver une seule interprétation des dispositions transitoires réglant le problème des détenteurs d'armes - je ne parle pas ici d'armes prohibées - qui étaient en vente libre et qui ne le sont plus. Il est question de cinq ans. Mais à partir de quel moment ? À partir de la dernière déclaration, de l'autorisation ? On l'ignore. J'ai rencontré de nombreuses personnes sur le terrain. Incontestablement, il y a des interrogations, y compris de la part d'avocats, de juristes.

Un autre problème est celui des tireurs sportifs et récréatifs. Un tireur sportif peut posséder des armes, pour autant qu'il détienne une licence de tireur sportif. Cela vaut aussi pour les tireurs récréatifs, même si cette notion n'est pas précisée. Actuellement, il suffit d'acheter une arme et de s'inscrire à un club de tir sportif, et sur cette base, les gouverneurs peuvent éventuellement délivrer une autorisation. Je vous avoue que je ne comprends pas. Je connais par coeur la liste des motifs légitimes de détention d'arme prévus par la loi. Ce n'est pas un motif légitime que de dire que l'on possède une arme et que l'on s'est inscrit à un club de tir.

Les clubs de tir ne désemplissent pas. Des personnes de 85 ans sont, paraît-il, d'excellents tireurs sportifs parce qu'elles se sont inscrites dans un club de tir ! Ce n'est pas sérieux. Les gouverneurs se trompent lorsqu'ils disent : « Il est probable que l'autorisation vous sera accordée pour autant que vous soyez inscrit dans un club sportif. » Je mets quiconque au défi de trouver une telle condition dans la loi.

Certaines saisies d'armes ne doivent pas avoir lieu. J'ai vu sur le terrain des commissaires de police saisir des pistolets automatiques. La loi donne une définition des armes automatiques : il s'agit de celles qui se rechargent coup par coup, mais qui tirent par rafales. Les trois quarts des pistolets ne tirent pas de cette façon, mais comme ils portent la mention « automatique », ils sont saisis et détruits.

J'en viens au cas des policiers qui rachètent des armes aux particuliers prétendument pour leur collection personnelle. Cette pratique est formellement interdite. J'ai interrogé le ministre Dewael à ce propos quelques jours avant la dissolution et il m'a signalé que c'était totalement inacceptable. Connaissant l'existence de telles pratiques, il se proposait d'envoyer une circulaire, mais il n'en a eu ni l'occasion ni le temps. Le problème de la neutralisation temporaire et réversible de l'arme est également au point mort.

Le Conseil consultatif des armes, que nous avons créé, aurait pu donner des avis sur le fonctionnement du système durant les quelques mois d'interrègne. Or, il n'a rien fait car il s'est mis en congé dès le premier jour de la campagne électorale. Il ne s'est donc nullement penché sur la mise en oeuvre de la loi.

Enfin, je ne parle pas du retard dans la publication de la liste des « armes de panoplie » ou armes d'intérêt historique ou folklorique. La loi énonce qu'elles ne doivent pas faire l'objet d'une autorisation et peuvent être conservées sans le moindre problème. Toutefois, l'arrêté royal fixant la liste desdites armes est paru un mois après la fin de la période transitoire d'application de la loi. Cela signifie que des personnes bien intentionnées qui possédaient des armes de ce type les ont rendues au commissariat de police en vue de leur destruction. Quelle ne fut pas leur surprise de constater un peu plus tard que les armes en question faisaient partie de celles qui pouvaient être conservées par leur propriétaire sans la moindre autorisation !

J'ai aussi vu ce qui se passait sur le terrain dans les commissariats. Certains étaient débordés et envoyaient les personnes dans d'autres communes. J'ai entendu dire à certains détenteurs de six armes que l'on pouvait enregistrer les trois premières et que les suivantes seraient traitées huit jours plus tard. Toutefois, l'enregistrement de trois armes coûte 85 euros en régime transitoire. Or, deux fois 85 euros font 170 euros, alors que pour quatre armes et plus le prix est de 105 euros.

Tout cela n'est pas sérieux et je dis cela sans aborder le fond de l'affaire. Il n'est pas possible qu'une loi aussi mal conçue puisse être mise en oeuvre, d'autant qu'elle s'applique différemment dans chacune des régions du pays.

Il s'agit d'un des points fondamentaux pour lesquels il faut en effet retarder l'application de la loi. Il faut qu'on se penche à nouveau sur le sujet et qu'on interroge le ministre compétent lorsqu'il sera désigné, avant octobre 2008 je l'espère.

Si le texte est examiné au Sénat, je ne sais pas si je déposerai des amendements pour les tireurs sportifs. Je veux entendre l'interprétation officielle de la loi par le ministre en exercice. Il en va de même pour le système de détention d'armes. Un dialogue est nécessaire pour une série de dispositions de ce type et il faut que nous entendions l'avis du conseil consultatif ad hoc, qui a été mis en congé bien malgré lui, parce que d'aucuns n'ont pas voulu qu'il travaille pendant l'interrègne.

Résultat, cela ne marche pas : très peu d'armes sont rentrées. Qui plus est, le registre central des armes n'est pas encore au point. Alors qu'on veut savoir où se trouvent les armes, on apprend que ce registre ne permet même pas de répertorier l'ensemble des armes, par catégorie. Sans être personnellement opposé à une loi, je demande que l'on réexamine celle-ci qui présente des dysfonctionnements considérables.

Lorsqu'enfant, j'étudiais chez les Frères, on m'avait appris qu'il y a plus de joie pour un pécheur qui se repent que pour nonante-neuf justes qui vont au paradis. Le problème est que le pécheur est, en l'espèce, une pécheresse, Mme Onkelinx qui a refusé, pendant des semaines et des mois de réexaminer la loi et de prolonger la période transitoire.

Manifestement, le PS a changé d'attitude, M. Frédéric ayant déposé une proposition de loi sur un certain nombre de points à débattre. Je ne puis que m'en féliciter, sans pour autant tresser une couronne de fleurs à la pécheresse publique qui s'est finalement rangée à la sagesse d'une grande majorité de cette assemblée.

J'ai choisi d'intervenir dans le débat de fond. Cela nous permet de voir où se situent précisément les problèmes et de maintenir l'objectif de sécurité publique tout en évitant les dysfonctionnements. Il est incroyable, comme le constate M. Lambert, d'obliger un héritier à se défaire d'une arme valant 25.000 euros pour la mettre au pilon alors qu'il n'a pas la moindre intention de l'utiliser. Tout cela doit être revu calmement et posément, en dehors de toute perspective électorale.

Je souhaite en arriver à des modifications législatives qui aboutiront à une bonne loi qui poursuivra l'objectif de sécurité publique et qui permettra à un certain nombre d'amateurs de continuer à pratiquer leur hobby en toute sécurité.

De heer Tony Van Parys (CD&V-N-VA). - Onze fractie zal zich bij de stemming over dit ontwerp onthouden. Het ontwerp heeft een pervers effect: de verlenging van de regularisatieperiode tot oktober 2008 zal tot gevolg hebben dat wie wordt aangetroffen in het bezit van een wapen waarvoor geen vergunning is uitgereikt, niet kan worden vervolgd. Dat geldt niet alleen voor een verzamelaar die te goeder trouw een wapen in zijn bezit heeft dat hij toevallig niet heeft aangegeven, maar ook voor wie wapens gebruikt naar aanleiding van ernstige criminele feiten, wapentrafiek en wapenhandel. Wanneer vandaag wapens worden aangetroffen in het kader van een gerechtelijk onderzoek, is vervolging onmogelijk als gevolg van deze wet. De houder van het wapen kan immers inroepen dat hij een regularisatieaanvraag zal indienen.

Aangezien CD&V-N-VA geen verantwoordelijkheid draagt voor voorliggend ontwerp zal onze fractie zich bij de stemming onthouden.

-De algemene bespreking is gesloten.