Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-8203

de Louis Ide (N-VA) du 19 février 2013

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Dépistage prénatal - Amniocentèses - Choriocentèses - Nombres - Ventilation par région

maladie congénitale
maternité
examen médical
statistique de la santé
répartition géographique

Chronologie

19/2/2013 Envoi question
21/6/2013 Requalification

Requalifiée en : demande d'explications 5-3797

Question n° 5-8203 du 19 février 2013 : (Question posée en néerlandais)

Cette question reprend la question écrite n° 5-559 relative aux amniocentèses mais vise à obtenir des données plus récentes.

Dans cette question tout comme dans les précédentes, il est important de savoir que l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (INAMI) distingue les catégories suivantes : soins prénatals, soins postnatals, surveillance, accouchements et autres (injections et déplacements).

Dans de nombreux cas, le syndrome de Down est une affection que l'on peut déjà constater pendant la grossesse. Les échographies et les mesures de la clarté nucale sont une première méthode de dépistage de ce syndrome. Des tests sanguins permettent aussi de le dépister, et ces données font l'objet d'un traitement statistique.

Lorsqu'un dépistage du syndrome de Down est positif ou lorsque le risque évalué est élevé (par exemple pour les femmes au-delà de 35 ans), on peut essayer de dépister le syndrome au moyen d'une amniocentèse. Lors de cette intervention, on prélève un peu de liquide amniotique chez la femme enceinte, ce qui permet d'examiner la structure des chromosomes. De cette manière, les anomalies chromosomiques, tel le syndrome de Down, sont détectées.

La revue professionnelle Le Généraliste (n° 900) a publié à ce sujet des chiffres, cependant difficiles à interpréter. De très nombreux dépistages du syndrome de Down sont en effet réalisés dans une certaine catégorie et beaucoup moins dans d'autres. C'est pourquoi il conviendrait de mettre en regard les amniocentèses et les choriocentèses.

Dans ce cadre, j'aimerais obtenir une réponse à la question suivante.

1) Combien d'amniocentèses, d'une part, et de choriocentèses, d'autre part, ont-elles été réalisées en Belgique en 2010, 2011 et 2012 ? Ces données peuvent-elles être ventilées par région ?