Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-7955

de Louis Ide (N-VA) du 23 janvier 2013

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Le moratoire sur le nombre de pharmacies

pharmacie

Chronologie

23/1/2013 Envoi question
22/2/2013 Réponse

Requalification de : demande d'explications 5-2942

Question n° 5-7955 du 23 janvier 2013 : (Question posée en néerlandais)

En Belgique, le nombre d'officines pharmaceutiques accessibles au public correspond actuellement à celles qui avaient été autorisées à la date du 8 décembre 1999.

De prime abord, ce blocage avait été prévu pour une période de dix ans, jusque fin 2009. En novembre 2009, il avait été prolongé jusqu'en décembre 2014.

Nous sommes à présent au début de l'année 2013, à moins de deux ans de la levée du moratoire.

Vous comprendrez la perplexité des jeunes pharmaciens débutants. Plus concrètement, ils se demandent si investir dans leur propre pharmacie a encore du sens. En effet, cet investissement est très important et la question de sa rentabilité se pose dès lors que le nombre d'officines autorisées est susceptible d'augmenter fortement à partir de fin 2014.

Les banques, elles aussi, sont conscientes de ce risque potentiel et sont dès lors très réticentes à accorder encore des prêts pour l'achat d'une pharmacie.

Pour que les choses soient tout à fait claires, je voudrais vous poser une question très simple.

Avez-vous l'intention de maintenir le moratoire sur le nombre de pharmacies, et dans l'affirmative, pour combien de temps ?

Réponse reçue le 22 février 2013 :

À l’heure actuelle, il n’y a pas d’élément nouveau depuis la dernière prolongation qui me porterait à arrêter le moratoire sur le nombre de pharmacies. Sans élément nouveau, il me semble donc souhaitable de le prolonger pour une nouvelle période de 5 ans.