Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-7662

de Bert Anciaux (sp.a) du 8 janvier 2013

au ministre des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes

Société nationale des chemins de fer belges - Wagons détachés accidentellement - Enquête - Mesures

Société nationale des chemins de fer belges
sécurité des transports
véhicule sur rails

Chronologie

8/1/2013 Envoi question
22/4/2013 Réponse

Question n° 5-7662 du 8 janvier 2013 : (Question posée en néerlandais)

Le mercredi 19 décembre 2012, un train rempli de navetteurs a perdu trois wagons alors qu'il circulait à une vitesse de 160 km/heure. L'incident s'est produit à hauteur de Sint-Lievens-Houtem. Heureusement, personne n'a été blessé et les voyageurs ont jugé la communication de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) satisfaisante. Ce dernier point mérite d'être souligné vu les nombreuses et incessantes plaintes formulées à ce sujet dans un passé récent.

La question essentielle est toutefois celle-ci : comment cet incident a-t-il pu se produire ? L'enquête le dira.

Mes questions sont les suivantes.

1) La cause du détachement accidentel de wagons d'un train en mouvement a-t-elle déjà été découverte ? Si oui, quelle est-elle ? Si non, comment se fait-il qu'une défaillance aussi grave et aussi dangereuse ne puisse être expliquée ?

2) Après ce problème, les systèmes de sécurité ont-ils fonctionné de manière irréprochable ?

3) Que fera-t-on pour éviter de tels incidents ? Le ministre peut-il garantir que cela ne se reproduira plus ? Dans la négative, y a-t-il toujours un risque que des wagons se décrochent accidentellement ?

Réponse reçue le 22 avril 2013 :

En réponse à la question de l'honorable membre, le groupe Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) me communique les éléments suivants :

  1. L'accident est dû à une erreur humaine. Suite à un impact extérieur, la manille de tendeur d’attelage est sortie du crochet de traction.

  2. Après ce désaccouplement, le frein automatique a fonctionné et les deux parties désaccouplées du train se sont immobilisées. Ce système de sécurité a dès lors fonctionné correctement. Il n'y a pas eu de risque pour les voyageurs, et les équipements de sécurité ont fonctionné comme ils le devaient.

    Des mesures sont prises pour éviter ce type d’incident, même si le risque zéro n’existe pas.

  3. Les trains font l'objet d'une visite avant leur départ de l'atelier d'entretien. Une attention particulière est accordée à l'accouplement entre les voitures.