Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-6379

de Anke Van dermeersch (Vlaams Belang) du 31 mai 2012

au ministre des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes

Société nationale des chemins de fer belges - Infrabel - Puurs - Retard des trains - Comité régional de suivi régularité - Étude - Solution structurelle

Société nationale des chemins de fer belges
durée du transport
transport de voyageurs

Chronologie

31/5/2012 Envoi question
18/9/2012 Réponse

Question n° 5-6379 du 31 mai 2012 : (Question posée en néerlandais)

En réponse à la question écrite n° 126 posée à la Chambre par M. Van den Bergh concernant les multiples retards sur la ligne Saint-Nicolas/Malines/Louvain à la hauteur de la gare de Puurs, le ministre a indiqué qu'Infrabel examinait ce dossier en détail et cherchait des solutions, en concertation avec la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB). Le Comité régional de suivi régularité étudie aussi cette problématique.

Ces retards, qui posent problème depuis des années déjà, sont toujours présents. Il s'agit clairement d'un problème structurel.

1) Où en est l'analyse d'Infrabel et quelles sont les possibilités permettant d'apporter une solution structurelle à ce problème ?

2) Quelles sont les conclusions du Comité régional de suivi régularité à ce sujet ?

3) Quelles solutions sont-elles avancées et dans quel délai peuvent-elles être mises en œuvre ?

Réponse reçue le 18 septembre 2012 :

  1. Le groupe Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) m’informe que les problèmes de retard sur la ligne Saint-Nicolas - Malines - Louvain à hauteur de la gare de Puurs étaient dus dans une large mesure au mauvais état des voies. Pour y remédier, des travaux de renouvellement ont été effectués aux voies 1 et 2. Des zones de ralentissement introduites pour les travaux impliquent que la vitesse en vigueur de 40 km/h est réduite à 20 km/h. Les travaux de renouvellement à la voie 2 étaient terminés début décembre 2011 et ceux à la voie 1, le 20 avril 2012. Depuis cette date, la circulation est normalisée sur la ligne en question.

  2. La ponctualité globale (la ponctualité sur le réseau ferré est calculée sur la base du pourcentage de trains ayant moins de 6 minutes de retard – et il s'agit d'une norme internationale) sur la relation IRa Louvain - Saint-Nicolas, était en avril 2012 de 89,8  % à l'arrivée à Louvain et de 85,6 % à l'arrivée à Saint-Nicolas. En mai (après la fin des travaux), la ponctualité à l'arrivée à Louvain s'est améliorée pour atteindre 92,6 %, tandis que celle à l'arrivée à Saint-Nicolas est passée à 91,9 %.

    La pointe matinale obtient de très bons résultats en mai, avec 93,2 % (avril : 86,7 %) à l'arrivée à Louvain, et 94,9 % (avril : 86,4 %) à Saint-Nicolas. La pointe vespérale à l'arrivée à Louvain atteint les 86,7 % (avril : 66,7 %). Il subsiste un problème au niveau de la pointe vespérale en direction de Saint-Nicolas, avec des résultats en matière de ponctualité atteignant 75 % (avril : 61,0 %). Les problèmes proviennent d'un certain nombre de trains de pointe dont le matériel doit être réutilisé pour des trains InterRégions(IR) pratiquement dès leur arrivée. Le moindre retard a ainsi un effet boule de neige.

  3. Les résultats de la relation IRa sont satisfaisants, à l'exception de la pointe vespérale en direction de Saint-Nicolas, où le train P est confronté à des retards en raison de la réutilisation presque immédiate du matériel et du personnel. Des solutions en termes de réaménagement des sillons et des horaires ne sont pas évidentes, étant donné les croisements à voie unique.

    La seule possibilité est un suivi de très près de ces trains en temps réel.