Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-6223

de Piet De Bruyn (N-VA) du 8 mai 2012

au ministre des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes

Initiative internationale du vaccin contre le sida (IAVI) - Contribution à son développement

sida
vaccin
aide au développement

Chronologie

8/5/2012 Envoi question
6/6/2012 Réponse

Question n° 5-6223 du 8 mai 2012 : (Question posée en néerlandais)

La lutte contre le vih/sida est une priorité de la coopération au développement belge. Plusieurs pistes sont suivies. Il y a, d'une part, les efforts qui sont fournis pour éviter une propagation du virus vih et qui passent par la mise à disposition d'inhibiteurs du sida et, d'autre part, les efforts qui concernent entre autres le statut social des groupes les plus vulnérables. Les efforts en faveur du développement d'un vaccin contre le sida méritent eux aussi une attention particulière. La vaccination est une mesure de santé publique particulièrement rentable en terme de coûts. Un vaccin abordable et efficace permettrait de protéger des millions de personnes exposées à un risque potentiel.

La note belge sur le vih/sida de 2006 souligne, dans l'objectif 3, l'importance d'une coopération renforcée avec les organisation internationales, entre autres pour ce qui concerne le développement d'un vaccin contre le sida.

L'Initiative internationale du vaccin contre le sida (IAVI) et Yves Leterme, alors premier ministre, ont eu, en juin 2011, un entretien constructif à ce sujet. Cet entretien a été suivi de multiples contacts entre l'IAVI et le cabinet du premier ministre. Plus récemment, l'organisation a cherché à établir le contact avec le cabinet du ministre de la Coopération au développement.

Dans ce contexte, mes questions sont les suivantes.

1) Le ministre reconnaît-il l'importance de soutenir le développement d'un vaccin contre le sida et estime-t-il que la coopération au développement belge doit également y apporter sa contribution ? De quelle manière compte-t-il, dans les compétences qui sont les siennes, apporter cette contribution dans les prochaines années ?

2) Le ministre peut-il me donner un aperçu des contributions relevant de la Coopération au développement qui ont été apportées, en 2009, 2010 et 2011, pour soutenir la recherche d'un vaccin contre le sida ? De quels projets s'agissait-il ?

3) A-t-il déjà pu donner suite à l'invitation à discuter de formes possibles de coopération que l'IAVI a adressée à son cabinet ? Si non, le ministre est-il prêt à le faire encore ? Si oui, quels sont les résultats de cette concertation ?

Réponse reçue le 6 juin 2012 :

L’honorable membre trouvera ci-après la réponse à ses questions.

  1. Un vaccin contre le sida est sans conteste très important dans la lutte contre le sida et contribuerait grandement à endiguer l’épidémie. La stratégie de l'ONUSIDA destinée à combattre le sida comporte quatre volets : la prévention, le traitement, les soins et le soutien. Un vaccin serait essentiel en matière de prévention et permettrait d'élargir considérablement l'offre existante de moyens efficaces que sont : l'utilisation de contraceptifs, de microbicides et, comme démontré récemment, le traitement des patients. Outre ces instruments, le vaccin aiderait à en prévenir la transmission sexuelle et auprès des usagers de drogue.

    La Coopération belge au développement développe une approche à la fois transsectorielle et intégrée tant dans sa lutte contre le sida, qu'en ce qui concerne les nouvelles avancées comme les vaccins, les nouvelles modalités de traitement, la circoncision masculine … La mise en œuvre doit se faire dans le cadre de la coopération avec nos 18 pays partenaires définis par voie de loi et les 21 organisations internationales partenaires. Sur le plan bilatéral, la lutte contre le sida fait l'objet d'un examen systématique dans chaque programme indicatif de coopération (PIC) bilatéral, et fait partie des projets de santé dans les 12 pays pour lesquels le secteur de la santé a été retenu. Peuvent également être mis au service du développement d'un vaccin contre le sida les contributions aux ressources générales des organisations internationales telles que l’Organisation Mondiale de la Santé, le Programme spécial de recherche et de formation concernant les maladies infectieuses liées à la pauvreté (TDR), l'ONUSIDA et le Fonds mondial de lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme.

  2. Comme mentionné ci-dessus, il n'existe aucun projet portant spécifiquement sur le développement d’un vaccin contre le sida.

  3. Une suite a bien entendu été donnée à la demande de concertation de l'« International Aids Vaccine Initiative » (IAVI). Le 20 avril dernier, une représentation de l'IAVI a rencontré mon administration. Cette rencontre fut l'occasion de témoigner de notre intérêt. Elle a également permis d'examiner diverses possibilités de soutien, comme de faire inscrire dans les PIC par le pays partenaire la coopération en matière de recherche pour le développement et l'étude de programmes de vaccination contre le sida. Les différentes responsabilités en matière de politique de recherche, de production et de soutien à la coopération au développement au niveau régional et fédéral ont également été clarifiées.