Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-5779

de Guido De Padt (Open Vld) du 2 mars 2012

au ministre des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes

Société nationale des chemins de fer belges - Ninove - Gare et abords de la gare - Réaménagement - Implication

Société nationale des chemins de fer belges
gare ferroviaire
rénovation urbaine

Chronologie

2/3/2012 Envoi question
9/7/2012 Réponse

Question n° 5-5779 du 2 mars 2012 : (Question posée en néerlandais)

La place et les abords de la gare de Ninove présentent toujours un spectacle triste et gris. On parle depuis dix ans de leur réaménagement complet mais, pour l'instant, on ne voit pas le moindre début de travaux parce que le projet nécessite une collaboration, ce qui implique aussi un accord, entre trois instances : la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB), De Lijn (qui y a un certain nombre d'arrêts de bus) et l'administration locale de la ville.

D'après l'échevin des Travaux publics de Ninove, l'absence des travaux est en grande partie due au désaccord entre la SNCB et De Lijn en ce qui concerne les projets. Au cours des diverses réunions de ces dernières années, d'autres idées et projets nouveaux ont chaque fois été proposés et ceux-ci devaient bien entendu à nouveau être étudiés par chacune des autres instances.

L'an passé, la SNCB aurait proposé un nouveau projet visant à démolir complètement la gare existante et à la remplacer par un nouveau bâtiment. Les arrêts de bus seraient déplacés à l'arrière de ce nouveau bâtiment (sur une partie du parking actuel), alors que le parking situé à l'arrière serait fortement agrandi. De Lijn refuserait cependant de déplacer les arrêts de bus à cet endroit car ils sont alors trop éloignés de la passerelle (au-dessus des voies). On se retrouve par conséquent dans une impasse empêchant de fait la ville de prendre des initiatives car la SNCB possède tous les terrains, y compris la place de la gare et même la rue de la gare.

Toutefois, d'importants aspects liés à la mobilité pour Ninove et ses alentours sont également liés au projet de réaménagement de la place et des abords de la gare. Le but est ainsi de revaloriser la gare routière, avec la rénovation des arrêts de bus, afin de constituer une jonction importante pour les transports publics à Ninove et ses alentours. En outre, cela doit également améliorer les correspondances entre les lignes de bus et de trains. Cependant, la ville insiste aussi fortement sur le maintien d'une infrastructure complète de la gare pour une ville de presque 40 000 habitants à partir de laquelle, chaque jour, quelques milliers de navetteurs partent vers Bruxelles, Alost et Gand en train. Cette situation implique pour le moins le maintien d'une gare offrant des services tels que des guichets et une salle d'attente. Des parkings pour vélos en suffisance et une augmentation substantielle des places de parking sont aussi des points cruciaux. Ces projets doivent également tenir compte de l'intégration de la gare dans le Réseau express régional (RER), ainsi que d'une revalorisation éventuelle du fret ferroviaire à partir de Ninove et par Ninove. La rénovation récente des quais et le réaménagement d'une ligne de marchandises vers le zoning industriel situé à proximité constituent déjà deux éléments positifs.

Dans ce dossier, la ville veut faire une percée et réunir les partenaires concernés aussi vite que possible afin d'arriver à un projet définitif pour le réaménagement des abords de la gare dans leur ensemble. Elle appelle également la SNCB à fournir, pour ce faire, un dernier effort en tant que partenaire crucial.

1) Peut-on avoir un aperçu de toutes les réunions de concertation qui ont eu lieu ces cinq dernières années avec la ville de Ninove et/ou De Lijn en ce qui concerne les projets de rénovation de la place et des abords de la gare de Ninove ?

2) Quels étaient, à chacune de ces réunions, les idées et les projets proposés par la SNCB ? Quels sont les projets de la SNCB en ce qui concerne la gare et le bâtiment de la gare proprement dit ? Le nombre de places de parking sera-t-il revu à la hausse ?

3) Quel est l'état actuel de la question ? La SNCB entretient-elle encore des contacts avec les partenaires concernés en ce qui concerne les projets éventuels ? Quels sont les problèmes dans ce dossier ?

4) La SNCB prévoit-elle un calendrier pour le réaménagement de la gare et de ses abords ? Quel est le montant estimé de l'intervention de la SNCB ?

5) La SNCB est-elle prête à se concerter, à court terme, avec la ville de Ninove et De Lijn pour arriver à une percée dans le dossier ? Dans la négative, pourquoi pas ? Des considérations financières jouent-elles un rôle dans l'abandon éventuel, à court terme, d'une rénovation ?

6) Comment la SNCB voit-elle l'intégration de la gare de Ninove dans le RER ? A-t-on une idée du calendrier ? Cela nécessitera-t-il des travaux d'infrastructure dans la gare de Ninove ?

7) Comment la SNCB envisage-t-elle le fret ferroviaire à partir du zoning industriel de Ninove, vu le réaménagement de cette ligne de chemin de fer ? Cette situation nécessite-t-elle aussi des travaux d'infrastructure au niveau de la gare de Ninove (transbordement de marchandises ?) ?

Réponse reçue le 9 juillet 2012 :

1. La Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) Holding planifie depuis quelques années déjà l'extension du parking voyageurs. En juin 2009, la SNCB Holding a été informée du fait que la ville envisageait de réaménager la place de la gare et la voirie avoisinante. Dans un courrier daté du 25 août 2009, la ville demande à la SNCB Holding « d'intégrer également les plans de De Lijn dans un projet global ». A cette époque, l'intervention de la SNCB Holding n'était requise que pour la mise à disposition de terrains. Pour la SNCB Holding, août 2009 représente dès lors le début d’une possible collaboration.

Une concertation a été organisée aux dates suivantes :

2) et 3) Pour ce qui est du réaménagement de l'environnement de la gare, la SNCB Holding s’est engagée alors à collaborer en ce qui concerne les terrains, le parking et les abris pour vélos. La ville devait en être l'initiatrice (vu que c'est elle qui a la plus grande part du projet), et désigner un bureau d'études. Au terme de plusieurs réunions, la SNCB Holding a remis une proposition de convention de collaboration (avril 2011). Toutefois, un bureau d'études n'a toujours pas été désigné, et la ville n'a pas encore fourni d’accord détaillé aux parties concernées.

La concertation avait trait aux points suivants :

a) L'ensemble des exigences de De Lijn, qui veut aménager de nombreux et longs quais de bus, mais qui ne correspondent pas à l'offre ni aux données de comptage du split modal (< 5 %). En outre, pour ce faire, le choix se porte sur les parties de terrains de la SNCB Holding les plus intéressantes et ce, au détriment de la place de la gare ou du parking (perte de 40 emplacements). La SNCB Holding pensait qu'il ne fallait aménager à la gare que l'infrastructure nécessaire en matière d'arrêts, et certainement pas un dépôt pour les bus (cela peut et doit être implanté sur un terrain plus éloigné, et non sur les terrains de la SNCB Holding).

b) Demandes de la ville concernant la réalisation d'emplacements de parkings supplémentaires pour les riverains, ainsi que d'un centre de revalidation. Étant donné les terrains disponibles de la SNCB Holding et la nécessité d’augmenter la capacité du parking pour les voyageurs en train, aucun terrain ne peut être 'cédé' à des tiers. Ceci ne constitue en aucun cas un problème, vu la disponibilité de terrains de la ville le long de « l’Astridlaan », que la ville est d’ailleurs prête à aménager en espace parking.

Vu l'impasse, la SNCB Holding a elle-même examiné en interne les possibilités, et a proposé lors de la réunion du 15 septembre 2011 de démolir le bâtiment de gare existant (en mauvais état, trop grand, peu attrayant, nombreux espaces vides, implantation inadéquate). Ceci constitue la seule solution permettant de concilier toutes les exigences, étant donné qu'en sus d'une meilleure implantation pour une gare plus petite, la gare des bus peut également être construite à l'endroit souhaité (à hauteur du bâtiment actuel). La capacité de parking est ainsi garantie, et il reste également de l'espace pour la place de la gare et l'intégration des abris pour vélos.

4) Aucun accord n'a à ce jour été conclu, ni pour l'étude, ni pour les travaux. Des accords concrets n'ont pas encore été obtenus. Du fait que le projet se trouve encore dans une phase embryonnaire, un calendrier d'exécution ne peut à ce stade être proposé.

5) La SNCB Holding est prête à s'asseoir à la table des négociations. En fonction des possibilités budgétaires, les travaux nécessaires peuvent être prévus à Ninove pour la partie relevant des compétences de la SNCB Holding.

6) De et vers Bruxelles, Ninove est actuellement desservie par quatre trains par heure en heures de pointe (entre 7 et 8 heures), et par un train par heure hors pointe.

Selon la définition de la desserte Réseau express régional (RER), quatre trains doivent être mis en service par heure, en heures de pointe, et deux trains par heure hors pointe. La SNCB adaptera son offre de trains ainsi que les fréquences, tant en heures de pointe qu'en heures creuses, en fonction de l'évolution de la demande.

En ce qui concerne Infrabel, des travaux d'infrastructure supplémentaires dans le cadre du RER ne sont pas prévus à Ninove.

7) Le transport de marchandises est possible sur l'ancienne voie industrielle. Une firme était demandeuse à cet égard, mais n'a encore, à ce jour, attiré aucun trafic de marchandises par rail.