Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-5699

de Bert Anciaux (sp.a) du 28 février 2012

au ministre des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes

L'ouverture du musée "Fin de siècle" à Bruxelles

musée
Régie des Bâtiments

Chronologie

28/2/2012 Envoi question
27/3/2012 Réponse

Requalification de : demande d'explications 5-1977

Question n° 5-5699 du 28 février 2012 : (Question posée en néerlandais)

Le musée « Fin de siècle » qui ouvrira en novembre 2012 est un projet qui cadre totalement avec la vision que le ministre communique dans ses interviews du 10 février 2012 avec De Standaard et La Libre Belgique. Ce musée doit devenir complémentaire au musée Art nouveau qui sera installé dans le MIM « parce que c'est un bâtiment art nouveau ».

Le ministre peut-il expliquer de manière détaillée et scientifiquement fondée la différence entre le musée « Fin de siècle » et le musée Art nouveau ?

Le ministre trouve-t-il envisageable de ne faire qu'un seul musée au lieu d'en ouvrir deux sur la même période ? La collection Gillion Crowet d'art symbolique et principalement d'art nouveau français est-elle un obstacle en raison de son ancrage aux MRBA ?

Le ministre peut-il présenter le master plan précis accompagné du détail des coûts du musée « Fin de siècle » ?

Quel est le coût total et qui supporte précisément chaque dépense ?

Réponse reçue le 27 mars 2012 :

L’honorable membre trouvera ci-après la réponse à sa question.

Le projet global de redéploiement des collections fédérales pourrait donner au bâtiment « Old England » une affectation adéquate entre le contenu et le contenant. Le musée Fin-de-sièclemuseum constituera la première étape d’un chantier qui devrait accueillir un second volet : le musée d’Art nouveau. Il ne s’agit aucunement de deux musées mais d’un seul et même parcours relié par un souterrain. Ce type d’implantation permet de livrer un parcours complet de la création belge de 1880 à 1914 dans une vision d’art total, consacré à toutes les disciplines artistiques qui ont occupé la scène bruxelloise à cette époque : peintures, sculptures, dessins (collections des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique), littérature, musique et opéra, (partenariats avec la Bibliothèque royale de Belgique et Le Théâtre royal de la Monnaie)MRBAB , architecture Art nouveau (reconstitutions 3D), etc.

L’extraordinaire collection Gillion-Crowet constituera immanquablement un des points forts de ce parcours. La collection sera installée aux frais du collectionneur dans un geste de mécénat de plus d’un million d’euros (520.300 euros pour le recouvrement du sol au -8 et 590 000 euros pour une partie des vitrines au – 8. La part financière des MRBAB est estimée à 1 269 683 euros incluant entre autres les relations presse et sponsors, les systèmes d’éclairage, de sécurité, ou encore l’installation de tourniquets et de murs mobiles pour la création d’allées d’expositions dans un volume entièrement démontable et aménageable selon les besoins.

J’invite enfin l’honorable membre à interroger le secrétaire d’État en charge de la Régie quant au montant des travaux qui seront entrepris par la Régie des Bâtiments.