Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-561

de Louis Ide (N-VA) du 13 décembre 2010

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de l'Intégration sociale

Institut national d’assurance maladie-invalidité (INAMI) - Centre belge d'Evidence based Medicine (CEBAM) - Nombre de participants - Coût

Institut national d'assurance maladie-invalidité
profession de la santé
organisation de la santé
association professionnelle
base de données
presse scientifique
répartition géographique
recherche médicale
statistique de la santé

Chronologie

13/12/2010 Envoi question
29/6/2011 Requalification
12/7/2011 Réponse

Requalifiée en : demande d'explications 5-1154

Question n° 5-561 du 13 décembre 2010 : (Question posée en néerlandais)

La présente question reprend les questions écrites n° 4-3467 et 4-5251.

Le Centre belge d'Evidence based Medicine (CEBAM) est un projet développé au sein de l’Institut national d’assurance maladie-invalidité (INAMI) destiné à promouvoir la médecine basée sur des preuves ou médecine factuelle.

Pour un prix très modique, ce centre donne également accès à certaines revues médicales de renom. Je m’en réjouis. C’est en effet une bonne manière de procéder.

Je souhaiterais poser quelques questions concrètes concernant ce projet.

1) Combien de médecins généralistes, de médecins spécialistes, de pharmaciens, de médecins généralistes en formation, d'étudiants de septième année de médecine, de fonctionnaires, etc. sont-ils actuellement affiliés au CEBAM ? Je souhaiterais obtenir le nombre total et le nombre pour chacune des catégories.

2) La ministre peut-elle me donner une ventilation régionale des chiffres fournis en réponse à la question 1 ?

3) Quel est le coût total du projet CEBAM ? La ministre peut-elle également subdiviser les dépenses totales par poste (abonnements, site web, administration, rémunérations, etc.) ?

4. La ministre compte-t-elle développer encore ce projet et éventuellement mieux le faire connaître auprès des prestataires de soins ?

Réponse reçue le 12 juillet 2011 :

1. L’année passée (2010), le nombre d’utilisateurs a augmenté pour passer à 4 069 personnes. Il s’agit d’une forte augmentation (50 %) par rapport à l’année 2009. Le groupe le plus important se compose des médecins généralistes (2 035) représentant la moitié des utilisateurs (50 %) ; suivent ensuite le groupe des médecins spécialistes (18 %) et le groupe des praticiens de l’art infirmier (12 %). Le groupe ‘Autre’ (11 %) comprend principalement les utilisateurs provenant des pouvoirs publics (entre-autres le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) et l’Institut national d’assurance maladie-invalidité (INAMI)), puisqu’aucune discipline spécifique ne leur a été attribuée.

Discipline

%

Médecins généralistes

50 %

Médecins spécialistes

18 %

Praticiens de l’art infirmier

12 %

Sages femmes

4 %

Pharmaciens

2 %

Kinésithérapeutes

2 %

Autre

11 %

Inconnu

1 %

Total (N = 4.069)

100 %

2. Parmi les 4 069 utilisateurs actifs, deux tiers étaient néerlandophones (66 %) et un tiers francophone (33 %). (À titre de comparaison : fin 2008, il y avait au total 1 367 utilisateurs actifs, dont 71 % de néerlandophones et 26 % de francophones.)

Rôle linguistique

%

Néerlandais

66%

Français

33%

Anglais

0%

Inconnu

1%

Total au 31.12.2010 (N= 4 069)

100%

3. Pour l’année 2010, le coût total s’élève à 475 000 euros. En 2010, pour la première fois, une partie budgétaire distincte ‘fonctionnement’ a été définie ; elle est financée depuis le mois d’août 2010 (5/12 d’un budget partiel annuel de 300 000 euros).

Budget 2010 de la Bibliothèque virtuelle Soins de santé

I. Personnel Cebam

100 000,00 €



30 % ETP Coordinateur néerlandophone bibliothèque virtuelle (médecin)


30 % ETP Coordinateur francophone bibliothèque virtuelle (médecin)


50 % ETP Travail de secrétariat et suivi (secrétaire)/


(1 ETP - équivalent temps plein = 38heures/semaine)


II. Banques de données

250 000,00 €



Licences & royalties sources d’informations


(e.a. Big Five, Cochrane, Clinical Evidence, recommandations (inter)nationales, contenu total : cf. page web CDLH : http://portal.iscientia.net/PUBLIC/CEBAMFR/DIGITALLIBRARY/Pages/Inhoud.aspx (FR)

http://portal.iscienta.net/public/cebamnl/Digitallibrary/pages/Inhoud.aspx (NL)



III. Fonctionnement

125 000,00 €



Logistique technique pour le développement


Logistique technique pour l’environnement de production


Négociations avec les éditeurs et le consortium


Site et gestion du portail




Total

475 000,00 €

4. Comme l’indiquent les chiffres susmentionnés, l’utilisation de la bibliothèque virtuelle CDLH a fortement augmenté en 2010 pour passer à plus de 4 000 utilisateurs actifs, principalement les médecins généralistes. Le nombre de sources consultées a également fortement augmenté : au total 45 687 articles scientifiques ont été téléchargés l’an passé.

Afin de garantir le succès croissant de la bibliothèque, les grandes lignes pour les années à venir sont :

- conserver et optimaliser le contenu actuel, éventuellement modulé en groupes cibles spécifiques. Ainsi, les hôpitaux ont la possibilité d’offrir une collection spécifique élargie à leurs médecins et paramédicaux.

- augmenter la convivialité, entre autres :

- par le renouvellement de CDLH dans la version Sharepoint 2010;

- par la possibilité de connexion directe via le site web e-Health;

- par la poursuite du développement du moteur de recherche CEBAM, pour pouvoir explorer rapidement – en introduisant un mot-clé – les sources d’information présentes dans la bibliothèque;

- par la maintenance de CEBAM Evidence Linker, qui recherche de manière ponctuelle – sur base d’un code (diagnostic) – les recommandations pertinentes pour la bonne pratique médicale.

La collaboration avec les associations de médecins généralistes, Domus Medica et la SSMG, et avec les centres universitaires de formation médicale est très constructive et entraîne une augmentation de l’utilisation de CDLH, certainement par les médecins généralistes qui constituent jusqu’à présent le groupe cible principal. Il y a également une collaboration accrue avec d’autres groupes professionnels, entre-autres avec la formation Master Praticien de l’art infirmier, la Vlaamse Organisatie van Vroedvrouwen (VLOV), la Plate-forme Science et Pratique pour le praticien de l’art infirmier, l’Association scientifique de Kinésithérapeutes, Farmaka asbl.

En outre, en 2010, à l’initiative de l’INAMI, une collaboration croissante a vu le jour entre CEBAM et d’autres organisations jouant un rôle dans notre pays dans l’élaboration de recommandations pour la bonne pratique médicale. Cette EBM_Platform comprend ainsi pour le moment outre CEBAM, BAPCOC, le CBIP, Farmaka, Minerva, Domus Medica, la SSMG, le Service public fédéral (SPF) Santé publique, le KCE, l’INAMI et des associations de praticiens de l’art infirmier et de kinésithérapeutes. En tant que source d’information scientifique, la bibliothèque virtuelle sera étroitement liée à ce nouveau projet EBM qui a pour but d’offrir une plate-forme commune en ligne gratuite de directives validées, applicables aux soins de santé belges et associées à toutes les informations EBM publiées au niveau national. En cliquant, le dispensateur de soins pourra accéder aux informations scientifiques plus détaillées dans la bibliothèque CDLH.

Dans les années à venir également, la bibliothèque CDLH jouera un rôle croissant en tant que source d’information EBM pour les dispensateurs de soins de notre pays. Son utilisation continuera donc d’augmenter.