Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-5458

de Bert Anciaux (sp.a) du 1 février 2012

au ministre des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes

Société nationale des chemins de fer belges - Voyageurs avec vélo - Capacité - Service- Supplément - Vélos pliables

Société nationale des chemins de fer belges
transport de voyageurs
véhicule à deux roues

Chronologie

1/2/2012 Envoi question
28/8/2012 Réponse

Question n° 5-5458 du 1 février 2012 : (Question posée en néerlandais)

Le vélo est sain, écologique et réduit les embouteillages. Les autorités font donc bien d'encourager les gens à prendre leur vélo plus souvent.

À la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB), il est permis de prendre son vélo moyennant le paiement d'un supplément, à savoir une carte vélo de 5€ pour un trajet simple ou un libre parcours d'un jour de 8€. Un vélo pliable peut être transporté gratuitement.

Selon l'organisation syndicale TreinTramBus, voyager en train avec un vélo est encore trop souvent toute une expédition. Beaucoup de rames ne disposent que de quelques places à cet effet, ce qui engendre rapidement un manque de capacité obligeant les cyclistes à prendre le train suivant. De plus, la communication des informations est manifestement déficiente, notamment lorsqu'il s'agit de savoir s'il y a encore des places dans le train qui arrive. En outre, les cyclistes sont considérés comme une nuisance par certains accompagnateurs de train, la qualité du service laisse dès lors parfois à désirer.

Je souhaiterais poser les questions suivantes à ce sujet :

1) Comment le ministre évalue-t-il ce système permettant le transport d'un vélo dans le train ? Le ministre est-il satisfait de la capacité actuelle ? Envisage-t-il un élargissement ou une réduction de cette dernière ?

2) Comment évalue-t-il l'appréciation de l'organisation syndicale TreinTramBus selon laquelle il est peu pratique de voyager avec un vélo (à cause de la SNCB) ? Envisage-t-il d'améliorer le service ?

3) Combien de cartes vélo et combien de libres parcours d'un jour ont-elles été vendues annuellement au cours des cinq dernières années ? Comment explique-t-il cette évolution et qu'en pense-t-il ?

4) A-t-il une idée de l'évolution et de l'ampleur de l'utilisation de vélos pliables par les usagers du train ?

5) Trouve-t-il qu'un supplément de 5 et 8 euros soit un montant raisonnable ? Y a-t-il des projets pour l'augmenter/le diminuer dans le futur ?

6) La SNCB a beaucoup investi ces dernières années dans son propre système de location de vélos dans les gares. Cela aura-t-il une incidence sur la politique en matière de transport de son propre vélo dans le train ?

Réponse reçue le 28 aôut 2012 :

1., 2., 5. et 6. Lors de l’achat de nouveau matériel, la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) prend en considération la capacité du nombre de vélos pouvant être embarqués. C'est ainsi que tout matériel neuf ou rénové est équipé d'une voiture multifonctionnelle permettant d'emporter aisément le vélo à bord du train.

Pour le reste du matériel, il est un fait que la SNCB est limitée par des contraintes techniques. Mais elle recherche les moyens visant à rendre plus aisé l'embarquement d'un vélo.

La SNCB propose également différentes alternatives permettant de combiner train et vélo à meilleur marché, de manière plus efficace et durable. Prenons à cet égard l'embarquement gratuit de vélos pliants, la possibilité d’utiliser un vélo partagé Blue-bike dans quarante gares déjà, le train B-Excursions et l'organisation de possibilités de parking pour les vélos dans les gares.

En outre, le groupe investit également dans une infrastructure vélo bien conçue, sûre et propre. Les points-vélos sont chargés de l’exploitation au quotidien. Dans de très nombreux cas, ils proposent aussi d'autres types de vélos à louer comme les VTT, les triporteurs, les vélos pour enfants, …

Tout ceci permet au voyageur de choisir, en fonction de ses besoins, d'emporter son propre vélo dans le train ou de louer un vélo dans sa gare de destination.

Les tarifs actuels reflètent le nombre de places disponibles à bord des trains. Un prix trop bas pourrait alors conduire à une augmentation trop importante du nombre de vélos emportés, ce qui entrainerait des contraintes techniques (nombre de places limités pour les vélos à bord de certains trains).

L’offre de différentes options de location de vélos est une alternative de plus et n’influence en aucun cas la politique de la SNCB en matière d’embarquement de vélos à bord des trains : la SNCB a clairement indiqué que, pour l’achat de nouveau matériel, la disponibilité d’un espace multifonctionnel sera toujours prise en considération.

3. et 4. Le système de données de la SNCB ne permet d’établir les chiffres en question que pour les deux dernières années complètes. Le nombre de billets émis répartis par type de billet et par année est le suivant :

Carte trajet (carte de transport)

2011 (sous réserve)

108.689

2010

102.022

2009

105.724

Carte journalière (libreparcours)

2011 (sous réserve)

45.665

2010

44.339

2009

26.678

Les chiffres ci-dessus indiquent clairement qu’une majorité des voyageurs emportant un vélo/tandem classique à bord du train effectuent le plus souvent un trajet simple.

Les chiffres relatifs au transport de vélos pliants ne sont pas disponibles, étant donné qu’ils peuvent être transportés gratuitement et ne requièrent dès lors aucun enregistrement.