Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-5394

de Bert Anciaux (sp.a) du 1 février 2012

au ministre des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes

Entreprises publiques - Pointeuse - Utilisation - Chiffres

entreprise publique
horaire de travail
fonction publique
durée du travail

Chronologie

1/2/2012 Envoi question
28/4/2014 Fin de la législature

Question n° 5-5394 du 1 février 2012 : (Question posée en néerlandais)

L'usage de la pointeuse par les agents suscite de nombreuses discussions. Les détracteurs considèrent cet instrument totalement dépassé, il ne dit rien sur la qualité du travail fourni et dénote une méfiance à l'égard du personnel. La suppression de la pointeuse conduit au contraire à une plus grande flexibilité et créativité, ce qui favorise la productivité. La suppression de la pointeuse offre également davantage de possibilités de concilier, de façon optimale, vie familiale et vie professionnelle. Les partisans de la pointeuse estiment au contraire que ce système donne justement aux travailleurs, depuis des années, la possibilité de mieux concilier la vie professionnelle et la vie familiale. Grâce au système des plages variables et fixes, les travailleurs planifient eux-mêmes leur emploi du temps. Ce système donne un repère. De plus, la pointeuse enregistre chaque heure de travail, ce qui permet de récupérer les heures supplémentaires en toute transparence et donc, sans discussion. Du fait de la suppression de la pointeuse, de nombreuses heures supplémentaires risquent d'être effectuées, sans le moindre contrôle ou la moindre limite.

Je souhaiterais obtenir une réponse aux questions suivantes :

1) Combien d'entreprises publiques, et lesquelles, utilisent-elles encore le système de la pointeuse ? Combien d'agents sont-ils concernés par ce système, de façon générale et pour chaque entreprise publique ? Comment ces chiffres ont-ils évolué au cours de la période 2006-2010 ? Comment le ministre évalue-t-il et explique-t-il ces chiffres ?

2) Qui décide de l'instauration ou de la suppression de ce système ? Qui en porte la responsabilité finale ?