Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-4746

de Bert Anciaux (sp.a) du 28 décembre 2011

au ministre des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes

Bpost - Réforme du métier de facteur - Conséquences physiques - Étude relative aux limites physiques des facteurs

service postal
condition de travail

Chronologie

28/12/2011 Envoi question
28/4/2014 Fin de la législature

Réintroduction de : question écrite 5-3066

Question n° 5-4746 du 28 décembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

Bepost mène une réorganisation qui modifiera en profondeur le contenu du métier de facteur. Aujourd'hui, les facteurs consacrent habituellement une partie de leur journée de travail au tri du courrier avant de distribuer celui-ci, mais le tri ne ferait bientôt plus partie de leurs tâches. Ils seront ainsi censés distribuer le courrier durant près de huit heures par jour, ce qui augmente considérablement l'effort physique fourni. Une étude scientifique a été commandée en vue de mesurer l'impact de cette charge physique sur les plans cardiovasculaire et respiratoire, notamment.

D'où les questions suivantes :

1) Qui a ordonné cette étude scientifique et quels en sont les questions précises ? Quand les résultats en seront-ils connus et qui les interprétera ? La ministre peut-elle nous garantir que nous en recevrons les résultats et les diverses interprétations dès qu'ils seront disponibles ou ces résultats ne seront-ils pas rendus publics ?

2) La décision de réorganiser la distribution du courrier a-t-elle été précédée d'une réflexion relative aux conséquences (notamment physiques) pour les facteurs ? Comment se fait-il que cette étude ne débute qu'après la prise de décision ? Cette étude et donc ses conclusions éventuelles n'arrivent-elles pas trop tard ? Dans quelle mesure la ministre peut-elle garantir que les mesures seront adaptées, si les résultats prouvaient que cette nouvelle approche est physiquement intenable ? D'autres scénarios sont-ils déjà prêts ?

3) Considère-t-elle que les facteurs doivent tous bénéficier d'une condition physique quasi parfaite ? Ce souhait est-il applicable en pratique ? Y aura-t-il assez de candidats ? Comment Bpost agira-t-elle dans le cas de facteurs vieillissants dont les aptitudes physiques diminuent ? Comment Bpost agira-t-elle dans le cas des facteurs actuels, qui risquent de ne pas (pouvoir) satisfaire aux conditions physiques ? Bpost considère-t-elle que l'emploi de facteur ne peut être assuré que par du personnel à temps partiel ?

4) Trouve-t-elle défendable la manière dont Bpost envisage les réformes, en se basant sur un profil de fonction de « quasi surhomme » ? En fonction de quels arguments souscrit-elle à de tels choix politiques ?