Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-4737

de Bert Anciaux (sp.a) du 28 décembre 2011

au ministre des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes

Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) - Gare de Diegem - Offre de trains limitée - Mesures

Société nationale des chemins de fer belges
transport de voyageurs
migration alternante
parc d'activités économiques

Chronologie

28/12/2011 Envoi question
13/2/2012 Réponse

Réintroduction de : question écrite 5-2406

Question n° 5-4737 du 28 décembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

La zone de bureaux de Diegem accueille des dizaines de grandes entreprises et connaît, par conséquent, des déplacements quotidiens de centaines d'employés. Ces derniers se plaignent fortement d'une offre de trains très limitée. Les dernières adaptations des horaires ont encore aggravé cette situation. Ainsi, il y a un train à 16 h 32 alors que ce n'est pas précisément une heure de bureau. Ensuite, il faut attendre une demi-heure pour le train suivant. Même le matin, l'offre laisse beaucoup à désirer. Des employés de plusieurs sociétés ont écrit à la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) à ce sujet. Des promesses leur ont bien été faites, mais aucune n'a été réalisée. Les lettres adressées à l'ombudsman sont même restées sans réponse.

Je souhaiterais obtenir une réponse aux questions suivantes :

1) La ministre reconnaît-elle que l'offre de la SNCB à la gare de Diegem ne répond plus suffisamment aux besoins des nombreux navetteurs qui travaillent dans la zone de bureaux ?

2) Que pense-t-elle du fait que la SNCB a été informée formellement et à plusieurs reprises à ce sujet et que celle-ci a réagi en faisant des promesses qui n'ont été suivies d'aucun résultat ? Comment réagit-elle au fait que la récente adaptation des horaires a encore aggravé le problème et que les lettres adressées à l'ombudsman sont restées sans réponse ?

3) Envisage-t-elle d'améliorer cette situation regrettable ? Donnera-t-elle pour instruction à la SNCB de satisfaire ces besoins ? Dans l'affirmative, dans quel délai et par le biais de quelles mesures ? Dans la négative, comment explique-t-elle l'inertie face à cet important problème ?

Réponse reçue le 13 février 2012 :

La desserte de Diegem est assurée actuellement par deux CityRail par heure. En heures de pointe, cette offre est complétée, matin et soir, par deux trains P semi-directs de/vers Landen et par deux trains P de/vers Ostende et de/vers Mouscron traversant la jonction Nord-Midi.

Au total, ce n’est pas moins de 73 trains ( deux sens confondus) qui marquent l’arrêt de Diegem.

L’offre existante peut donc être qualifiée d’importante et rencontre déjà en grande partie les besoins en termes de déplacement vers/de Diegem. Toutefois, la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) est bien consciente de l’attractivité et du potentiel que représente Diegem et reste attentive aux demandes en matière d’arrêts supplémentaires.

Il faut néanmoins tenir compte du fait que l’infrastructure telle quelle existe aujourd’hui aux entrées et sorties de Bruxelles ne permet pas d’exploiter au maximum les quatre voies disponibles à hauteur de Diegem. En effet, côté Bruxelles-Nord, des travaux doivent encore être réalisés afin de séparer le trafic de la ligne 36N du trafic venant des lignes 50 et 60 (Jette). Côté Bruxelles-Midi, les travaux de mise à quatre voies de la 50a vers Gand sont en cours. Ils permettront un accès direct au pertuis 1 de la jonction Nord-Midi, pertuis privilégié pour un accès direct vers la ligne 36N vers Louvain (la fin de ces travaux est prévue pour fin 2016). Lorsque ces travaux seront terminés, le trafic lent (qui concerne la desserte des points d’arrêt entre Louvain et Bruxelles) pourra être séparé du trafic rapide (trains IC) ce qui n’est pas le cas aujourd’hui pour tous les trains entre Diegem et Bruxelles. A ce moment là, la capacité pourra être utilisée au maximum. En outre, l’arrêt éventuel de trains supplémentaires à Diegem serait pénalisant au niveau des temps de parcours pour la majorité de la clientèle longue distance se rendant à Bruxelles.

Par ailleurs, la SNCB élabore actuellement un nouveau plan de transport pour l’horizon 2013. Dans ce cadre, elle veillera à optimaliser l’offre vers/de Diegem afin de mieux répondre aux attentes de la clientèle.