Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-4433

de Filip Dewinter (Vlaams Belang) du 28 décembre 2011

au ministre des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes

Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) - Construction d'un embranchement ferroviaire à étages à Ekeren - Mesures antibruit

Société nationale des chemins de fer belges
réseau ferroviaire
bruit
protection contre le bruit

Chronologie

28/12/2011 Envoi question
14/5/2012 Réponse

Réintroduction de : question écrite 5-2556

Question n° 5-4433 du 28 décembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

Dans la zone Oude Landen à Ekeren, on envisage d'aménager un embranchement ferroviaire à plusieurs niveaux sur la ligne marchandises L27A, en vue d'augmenter sa capacité. Cet embranchement est très proche du quartier résidentiel Oude Landen. Les riverains sont donc fort inquiets des nuisances qui pourraient en résulter. La voie supérieure (qui surplombera l'actuelle de douze mètres) rendra indispensable une protection supplémentaire contre le bruit des trains en passage. Il ne faut pas perdre de vue que le quartier subit déjà les inconvénients dus au voisinage de l'autoroute E19.

Le rapport établi à cette occasion estime nécessaire la construction d'un écran acoustique haut de 1,5 mètre et long de 250 mètres à l'est de l'embranchement à partir du Prinshoeveweg, ainsi que d'un autre écran de 30 mètres à l'ouest dudit chemin.

Des images tridimensionnelles de la situation projetée montrant les écrans orientaux, il apparaît que ceux-ci ne couvrent pas toute la longueur de rues limitrophes Oude Landen (et Laar) et qu'aucune protection n'est prévue le long d'un tronçon du chemin de fer pourtant très voisin des rues précitées.

Les habitants du quartier sont mécontents qu'une partie de la rue ne soit pas isolée contre le bruit et exigent des mesures complémentaires. Ils espèrent qu'Infrabel finira par écouter leurs desiderata, ce qui éviterait une guerre d'usure avec une enquête publique et des réclamations.

Entre-temps, on a appris que la ville envisage d'aménager entre l'embranchement ferroviaire et la rue Oude Landen un complexe sportif qui attirera un public nombreux, y compris de non-Ekerenois. Les écrans antibruit risquent d'être rapidement souillés par des graffiti disgracieux. Les habitants du quartier vantent les avantages de parois en terre qui absorbent le bruit en préservant le caractère vert du voisinage.

Je souhaiterais une réponse aux questions suivantes :

1) Quelle protection antibruit Infrabel / Tucrail prévoiront-ils lors de l'aménagement de l'embranchement ferroviaire en question ?

2) Infrabel / Tucrail ne prendront-ils que les mesures minimales de protection contre le bruit, telles que prévues dans l’étude d’incidence sur l’environnement, ou bien des mesures supplémentaires sont-elles prévues ?

3) Pourquoi l'écran antibruit ne couvre-t-il qu'une partie de la rue voisine et pas toute sa longueur ?

4) A-t-on étudié la possibilité de placer des parois en terre hautes de 1,5 m, ou l'étudie-t-on en ce moment ? Si non, pourquoi pas ?

5) Quelle concertation Infrabel / Tucrail prévoient-ils encore avec les riverains, la ville et le district ?

Réponse reçue le 14 mai 2012 :

1.Infrabel prévoit la prolongation des écrans antibruit existants à partir du Prinshoeveweg en direction du sud, plus précisément : 

Les mesures proposées sont tout à fait conformes aux mesures correctrices telles que proposées dans le projet EIE (étude d’incidences sur l’environnement) approuvé par le service EIE lors de la demande de permis d’urbanisme. 

2. Infrabel s’en tiendra rigoureusement aux mesures correctrices proposées par les experts EIE. 

Il va de soi que si des mesures supplémentaires étaient imposées via le futur permis d’urbanisme (par exemple, nouvelle prolongation des écrans antibruit proposés dans la demande), Infrabel respecterait strictement ces conditions. 

3. La simulation sonore et les calculs effectués par l’expert acousticien EIE ont montré qu’aucune mesure antibruit supplémentaire ne devait être prise dans la zone proposée par le demandeur. 

Il convient de souligner que cela est notamment dû au déplacement transversal des voies sur une distance d’environ 60 mètres à hauteur du quartier “Laar”,  ce qui augmente donc à l’avenant la distance entre la source sonore (zone de contact entre le rail et les roues) et la zone de réception sonore.  

4.  Un point d’attention important est le fait que les voies existantes sont déjà surélevées et que dans la situation future, les voies les plus surélevées (L11/L27G) se trouveront à environ 13 mètres du sol  (= niveau des terrains voisins adjacents) dans la zone du croisement à niveaux séparés. 

Il n’est donc pas évident d’encore rehausser ces voies aménagées en talus. 

Indépendamment des problèmes d’évacuation des eaux, il y a lieu de signaler que ces talus plus hauts et plus larges nécessiteront encore plus de terrain côté  ‘Sportpark’. 

Il est incontestable que cette intervention aurait également un impact important sur les plans et sur le développement du ‘Sportpark’ prévu par la ville d’Anvers dans cette zone.

À cet égard, il ne faut pas non plus perdre de vue que c’est précisément pour ces mêmes raisons d’utilisation de l’espace que des écrans antibruit ont été installés par le passé sur le ‘Prinshoeweg’, ce qui explique pourquoi une prolongation de ces écrans avec des bermes antibruit n’est pas aussi simple qu’on pourrait le penser.

5. À l’occasion de la session d’information qu’elle a organisée le 23 juin 2011, Infrabel a récemment renforcé sa communication et  expliqué le tracé plus en détail. 

En bref, des questions peuvent être posées 24 heures sur 24 via le numéro de téléphone gratuit de la Cellule Riverains d’Infrabel (canal de communication pour ce projet). 

Infrabel s’engage à répondre à toute demande dans un délai raisonnable –si pas immédiatement, dans un délai aussi court que possible en fonction  de la complexité éventuelle de la question posée. 

Infrabel espère obtenir prochainement le permis d’urbanisme pour la bifurcation ferroviaire souterraine. 

Bien entendu, pendant la période précédent le coup d’envoi des travaux, une nouvelle réunion d’information sera organisée par Infrabel – en étroite concertation avec l’(les) entrepreneur(s) désigné(s) – afin de commenter l’organisation pratique du chantier (phasage, trafic sur le chantier, approvisionnement du chantier, etc.).

Cette réunion sera dès lors consacrée à la discussion et à l’explication de mesures visant à limiter le plus possible les nuisances éventuelles pour les riverains durant la phase d’exécution.