Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-4223

de Lieve Maes (N-VA) du 28 décembre 2011

au ministre des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes

Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) - Matériel roulant - Situation

Société nationale des chemins de fer belges
transport de voyageurs
véhicule sur rails

Chronologie

28/12/2011 Envoi question
29/3/2012 Réponse

Réintroduction de : question écrite 5-816

Question n° 5-4223 du 28 décembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

Depuis quelques mois, la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) fait sans cesse parler d'elle négativement dans la presse en raison des retards découlant d'un nombre insuffisant de trains, de trains trop courts, de l'indisponibilité du matériel roulant, etc.

Pourtant différents projets d'investissement ont été lancés par le passé pour remédier à ce problème. On se demande si les projets d'investissement cités sont bien suffisants pour faire face à la future expansion du nombre de voyageurs. Une évaluation de ces projets peut être un premier pas vers une amélioration du service public offert par la SNCB.

Je souhaiterais une réponse aux questions suivantes.

1) Comment se compose actuellement le matériel roulant (modèles et nombre) ?

2) Quel pourcentage de ce matériel est immédiatement opérationnel ?

3) Combien d'appareils sont-ils défectueux ? Combien doivent-ils être adaptés à la technologie moderne (comme par exemple les projets 3501 et 3605) ?

4) Les projets 3501 (modernisation des motrices électriques MR 66-79) et 3605 (adaptations des voitures I6 et I10) ont-ils été terminés dans les délais et ont-ils une influence positive sur la capacité ?

5) Les achats prévus dans le projet 3031 (96 motrices MW 41), le projet 3053 (60 locomotives T18) et le projet 3101(280 voitures M6) sont-ils complètement achevés et ces appareils sont-ils déjà en service ?

6) Quelle est la situation quant aux réparations ? Celles-ci sont-elles réalisées en gestion propre ou sont-elles sous-traitées ? Ont-elles pris du retard ou non ?

Réponse reçue le 29 mars 2012 :

1. La composition du matériel roulant est la suivante :

Locomotive électrique (HLE)

01/01/2012

11

12

12

0

13

15

18

48

20

23

23

29

26

0

21

60

27

60

 

 

Locomotive diesel (HLD)

01/01/2012

77

35

41

96

 

 

Automotrice (AM)

01/01/2012

AM08 mono

0

AM08 bi

0

mod

140

Cityrail

40

quadruples

44

AM62-65

108

Break

139

Sprinter

51

AM96

119

 

 

Voitures (HV)

01/01/12

I11

163

dont I11 pilote

21

M6

410

dont M6 pilote

60

M4

575

dont M4 pilote

29

M5

130

dont M5 pilote

18

I6

78

I10

89

2. Le matériel gravement accidenté est immobilisé pour de longue période (> 6 mois) et ne peut donc être considéré comme directement utilisable; il s’agit de l’automotrice électrique 502 et des autorails 4131-4117.

D'autre part, le matériel en révision est immobilisé pour des périodes allant jusqu'à un mois pour les révisons générales ; les immobilisations engendrées dépendent du nombre d'engins à réviser et de la cadence de révision.

3. La maintenance préventive permet d'éviter les défaillances techniques prévisibles ; les défaillances imprévisibles sont réparées lors d'interventions imprévues (maintenance corrective).

Les défaillances imprévisibles sont fortement influencées par des éléments extérieurs tels les conditions climatiques, les modifications d'utilisation du matériel. Quantifier les immobilisations n'est donc pas chose aisée d'autant que le nombre d'engins dans une série peut varier dans de grandes proportions (12 unités pour les locomotives électriques 11-12 à 140 unités pour certaines automotrices). En général, le taux d'immobilisation n'est pas inférieur à 15 % pour les automotrices et 20 % pour les locomotives électriques.

4. Le projet 3501(modernisation des automotrices électriques 66-79) sera terminé cette année ; ce projet influence positivement le confort offert.

Le projet 3605 (adaptation des voiture I6 et I10) sera terminé courant 2012; ce projet a permis d’élargir le parc de voitures aptes à circuler à 200km/h.

5. Pour ce qui concerne le projet 3031 (autorails 41), les 96 autorails ont été fournis. Le projet 3101 (voitures M6) est terminé. La livraison des locomotives électriques T18 (projet 3053) est en cours; à la date du 1er janvier 2012, 48 locomotives ont déjà été livrées.

6. La maintenance se déroule en principe dans les ateliers de la SNCB. Toutefois, les constituants pour lesquels la réparation par la SNCB n'est pas économique ou pour lesquels la SNCB n'a pas la maîtrise technologique, sont réparés par les constructeurs. Il s'agit principalement des électroniques de commande des convertisseurs et des équipements de sécurité. Vu les délais de réparation enregistrés actuellement et pour éviter toute dérive, la SNCB est en train de contractualiser ces services.