Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-4165

de Louis Ide (N-VA) du 23 décembre 2011

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Consommation de médicaments en Belgique - Augmentation - Résultats de la Table ronde - Comportement prescripteur par région

médicament
substance psychotrope
médecin
statistique officielle
répartition géographique

Chronologie

23/12/2011 Envoi question
7/11/2012 Requalification
27/11/2012 Réponse

Réintroduction de : question écrite 5-547
Requalifiée en : demande d'explications 5-2650

Question n° 5-4165 du 23 décembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

Le 4 avril 2010, je posais déjà la question écrite n° 4-7397 à ce sujet. La présente question reprend le contenu de cette précédente question.

En 2009, la consommation de médicaments en Belgique a poursuivi son inquiétante augmentation. C'est le journal Le Soir qui a signalé que la consommation a crû de 12,5 %. Dans ce domaine également, il appert que la frontière linguistique marque une séparation. En caricaturant on dirait que la Belgique francophone prend des antidépresseurs tandis que la Flandre consomme de la Rilatine.

Heureusement, la ministre a aussi jugé cette évolution préoccupante et annoncé l'organisation d'une Table ronde sur la consommation de médicaments. Cette conférence est à présent dernière nous et j'aimerais donc apprendre de la ministre les résultats apportés par cette réunion en matière de maîtrise de la consommation de médicaments.

1) Je sais aussi que des profils sont établis. Les médecins qui ont prescrit trop de médicaments coûteux de différentes catégories peuvent être rappelés à l'ordre. Combien de médecins se trouvent-ils dans ce cas et quelle est la répartition entre la Flandre, Bruxelles et la Wallonie ?

2) Combien de médecins généralistes ont-ils reçu une lettre parce qu'ils se situaient, pour au moins cinq de neuf catégories de médicaments, au-delà du nonantième percentile pour les patients de plus de cinquante ans (combien de médecins flamands, combien de francophones) ?

3) Selon les données de 2008, 2009 et du premier semestre de 2010, combien de généralistes flamands et combien de francophones ont-ils répondu à cette lettre ? A-t-on envoyé un rappel à ceux qui n'ont pas répondu (combien de Flamands et combien de francophones) ?

Réponse reçue le 27 novembre 2012 :

  1. Au premier semestre 2008, 121 médecins généralistes dépassaient le percentile 90 pour minimum cinq des neuf classes de médicaments sélectionnées (voir tableau en annexe), prescrit pour des patients de plus de cinquante ans.

    C’est sur base des données du deuxième semestre 2008 que des lettres ont été envoyées. Au deixième semestre 2008, il y avait 112 médecins généralistes dans la situation susmentionnée.

    La répartition est comme suit : quatre médecins en région de Bruxelles-Capitale, trente-cinq médecins en Flandre et quatre-vingt-deux médecins en Wallonie.

  2. 112 médecins généralistes ont reçu en décembre 2009 une lettre avec une demande d’information concernant leur comportement de prescription, dont quatre-vingt francophones et trente-deux néerlandophones.

  3. Au total, 105 médecins généralistes ont répondu, dont septante-quatre francophones et trent-et-un néerlandophones.

    Trente-six lettres de rappel ont été envoyées, dont trente-trois francophones et trois néerlandophones.

Annexe :

Classes de médicaments

Dénomination

A02+A03

Preparations pour la secr. d'acide gastr. et troubles fonct. gastro-intestinales

C01 à C09

Cardiovasculaire sauf hypolipidélmiants soit encore :c02 - antihypertenseurs + c03 - diuretiques + c07 - beta-bloquants + c08 - antagonistes du calcium + c09 - produits actifs sur le systeme renine-angiotensine

C10

Hypolipidemiants

J01

Antibacteriens a usage systemique

M01

Anti-inflammatoires et antirhumatismaux

M05

Medicaments pour le trait. des mal. osseuses

N02

Analgesiques

N05 + N06

Psycholeptiques + psychoanaleptiques

R03

Preparations pour les affections respiratoires obstructives.