Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-3943

de Guido De Padt (Open Vld) du 28 décembre 2011

au ministre des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes

Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) - Fermeture de gares et de guichets - Fréquence et motifs - Achat d'un ticket avec des écochèques

Société nationale des chemins de fer belges
transport de voyageurs
gare ferroviaire
titre de transport
avantage accessoire

Chronologie

28/12/2011 Envoi question
14/11/2012 Réponse

Réintroduction de : question écrite 5-1040

Question n° 5-3943 du 28 décembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

Tout comme dans ma question écrite n° 5-496, je voudrais à nouveau attirer l'attention sur la fermeture de gares et de guichets en Flandre orientale.

À la gare de Viane-Moerbeke, qui accueille tous les jours de nombreux navetteurs vers Bruxelles, les portes d'entrée sont restées fermées pendant une dizaine de jours en raison de l'absence du guichetier pour cause de maladie.

Outre les désagréments qu'une telle fermeture entraîne pour les voyageurs (attente dans le froid, indisponibilité des toilettes...), la fermeture d'une gare peut également avoir des répercussions financières. C'est par exemple le cas lorsque les voyageurs désirent payer leur ticket au moyen d'écochèques. Cette possibilité a été introduite le 1er février 2010. Le voyageur est obligé de se rendre au guichet pour payer son titre de transport avec des écochèques, et ne peut donc le faire dans le train.

Il est donc choquant qu'une entreprise d'intérêt public chargée d'une mission de service de cette importance laisse pour ainsi dire froidement tomber ces voyageurs.

À cet égard, je souhaiterais obtenir une réponse aux questions suivantes :

1) Combien de fois, pour combien de temps et pour quels motifs une gare a-t-elle dû fermer en 2008, 2009 et 2010 ? À partir de quel moment prévoit-on le remplacement d'un membre du personnel absent ?

2) Comment évalue-t-on le recours aux écochèques pour l'achat d'un ticket de train un an après l'introduction du système ? Combien de voyages ont-ils été payés par ce biais en 2010 et à hauteur de quel montant ? La ministre maintient-elle sa décision d'autoriser uniquement au guichet l'achat d'un titre de transport au moyen d'écochèques ?

Réponse reçue le 14 novembre 2012 :

  1. Aucune statistique n'est disponible pour 2008 et 2009. Des statistiques sont uniquement disponibles pour 2010.

    Le réseau de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) compte 210 points de vente desservis par du personnel, dont 151 sont ouverts sept jours sur sept. Toutes gares confondues, cela représente 69 747 jours d'ouverture.

    Le remplacement du personnel est toujours organisé aussi rapidement et optimalement que possible.

  1. La SNCB ne dispose pas de chiffres concernant le nombre exact de billets de train achetés avec des écochèques car le système de vente ne permet pas aujourd’hui d'établir un lien entre le moyen de paiement et le produit vendu.

    Étant donné :

    il a été décidé de continuer à accepter les écochèques comme moyen de paiement pour les produits ferroviaires.

    Pour des raisons d’organisation pratique, les écochèques sont uniquement acceptés au guichet.