Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-3695

de Louis Ide (N-VA) du 16 novembre 2011

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de l'Intégration sociale

Sida - Suivi des patients à l'étranger - Agrément du centre de référence de Bruges

sida

Chronologie

16/11/2011 Envoi question
7/12/2011 Dossier clôturé

Réintroduction de : question écrite 5-551
Requalification de : demande d'explications 5-1374
Réintroduite comme : question écrite 5-4211

Question n° 5-3695 du 16 novembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

J'ai déjà adressé à la ministre les questions écrites n° 4-4473 et 4-5276 sur ce même sujet durant la précédente législature. Jusqu'à présent, je n'ai toutefois pas encore reçu de réponse.

En Belgique, les soins VIH (virus d'immunodéficience humaine) sont – à juste titre – centralisés dans un certain nombre de centres de référence SIDA, lesquels sont souvent couplés à un laboratoire de référence SIDA. La Flandre compte quatre centres de référence SIDA agréés : l'ITG Antwerpen, la KULeuven, l'UZ Gent et l'UZ VUB. Leuven a une consultation à Genk.

Selon mes informations, de nombreux patients VIH flamands se rendent également en consultation à Tourcoing (principalement des habitants de Flandre occidentale). Je ne dispose toutefois pas de chiffres objectifs en la matière. Le même phénomène se produit peut-être également dans d'autres régions frontalières, mais je suis mieux informé du cas de la Flandre occidentale.

Historiquement, de nombreux patients VIH sont également suivis à Bruges (environ 220 à l'heure actuelle, ainsi qu'une quarantaine de patients supplémentaires suivis par Bruges à d'autres endroits). Ainsi, l'AZ Sint-Jan Brugge suit plus de la moitié du nombre cumulatif de patients VIH enregistrés en Flandre occidentale. À l'époque, l'agrément n'a jamais été demandé parce que l'on ne satisfaisait pas aux exigences (plus de 50 patients, psychologue, infirmière, diététicienne), mais depuis quelques années, on répond effectivement à ces exigences. C'est pourquoi l'agrément a été demandé en 2006.

1) La ministre peut-elle communiquer des chiffres relatifs au nombre de Belges, Flamands, Wallons et Bruxellois qui reçoivent des soins VIH à l'étranger ? Si non, a-t-elle l'intention d'en faire la cartographie (peut être intéressant), également par centre (à l'étranger) ?

2) Malgré un nombre suffisant de patients VIH, le centre et le laboratoire de référence de Bruges n'est provisoirement pas agréé (depuis 2006) ? Quelle en est la raison ? La ministre n'envisage-t-elle pas une adaptation et, partant, un agrément ?