Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-3689

de Louis Ide (N-VA) du 16 novembre 2011

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de l'Intégration sociale

Contingentement - Lissage - Simulation (médecins)

enseignement médical
sélection des élèves
accès à la profession
médecin

Chronologie

16/11/2011 Envoi question
28/11/2011 Réponse

Réintroduction de : question écrite 5-2092
Requalification de : demande d'explications 5-1367

Question n° 5-3689 du 16 novembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

Concernant les calculs réalisés dans le cadre du système de lissage, la ministre a répondu ce qui suit, le 22 mars 2011, à la question écrite n° 5-264 : " Un nouveau calcul ne sera possible qu'une fois l'année clôturée, plus trois mois durant lesquels les candidats auront encore le temps de déposer une proposition de stage. Ce calcul ne pourra donc se faire qu'en avril 2011 au plus tôt ".

Je souhaite dès lors reprendre un extrait de la question n° 5-264.

J'aimerais obtenir une réponse à la question suivante :

Compte tenu du système de lissage déjà existant, je voudrais savoir, comme je l'ai demandé dans ma question écrite n° 5-209, si la ministre dispose d'une simulation intégrant les nouveaux numéros d'enregistrement.

Réponse reçue le 28 novembre 2011 :

En réponse à votre question à propos du contingentement des médecins en formation, je vous transmets les données tirées du rapport annuel 2010 de la Commission de Planification de l’offre médicale en préparation.

En Communauté flamande, il existe pour la période 2004-2010, un déficit cumulé de deux médecins en ce qui concerne le nombre global et de 406 médecins généralistes.

Le nombre minimal pour la psychiatrie infanto-juvénile n’est pas atteint tandis que ceux de la médecine aiguë et la médecine d'urgence sont dépassés.

Pour la Communauté française, un excédent cumulatif de 195 médecins est constaté sur la période 2004-2010 en ce qui concerne le contingent global et un déficit cumulatif de 101 unités en ce qui concerne le quota de médecins généralistes.

Les minima pour la psychiatrie infantile et juvénile, la médecine aiguë et la médecine d’urgence sont tout juste atteints.

Les conclusions concernant le contingentement jusqu'à ce jour sont les suivantes :

Le déficit cumulé de médecins en Communauté flamande diminue en 2010. Cela s'explique par un afflux important de spécialistes.

Le surplus cumulé de médecins en Communauté française continue de croître en 2010. Cela s'explique également par l'afflux massif de spécialistes, tant par le passé qu'en 2010.

Le déficit cumulé de médecins généralistes augmente en 2010, tant en Communauté flamande qu'en Communauté française.

Les nombres minimaux des autres spécialisations hors médecine générale et Psychiatres infanto-juvénile sont atteints.