Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-2406

de Bert Anciaux (sp.a) du 26 mai 2011

à la ministre de la Fonction publique et des Entreprises publiques

Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) - Gare de Diegem - Offre de trains limitée - Mesures

Société nationale des chemins de fer belges
transport de voyageurs
migration alternante
parc d'activités économiques

Chronologie

26/5/2011 Envoi question
7/12/2011 Dossier clôturé

Réintroduite comme : question écrite 5-4737

Question n° 5-2406 du 26 mai 2011 : (Question posée en néerlandais)

La zone de bureaux de Diegem accueille des dizaines de grandes entreprises et connaît, par conséquent, des déplacements quotidiens de centaines d'employés. Ces derniers se plaignent fortement d'une offre de trains très limitée. Les dernières adaptations des horaires ont encore aggravé cette situation. Ainsi, il y a un train à 16 h 32 alors que ce n'est pas précisément une heure de bureau. Ensuite, il faut attendre une demi-heure pour le train suivant. Même le matin, l'offre laisse beaucoup à désirer. Des employés de plusieurs sociétés ont écrit à la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) à ce sujet. Des promesses leur ont bien été faites, mais aucune n'a été réalisée. Les lettres adressées à l'ombudsman sont même restées sans réponse.

Je souhaiterais obtenir une réponse aux questions suivantes :

1) La ministre reconnaît-elle que l'offre de la SNCB à la gare de Diegem ne répond plus suffisamment aux besoins des nombreux navetteurs qui travaillent dans la zone de bureaux ?

2) Que pense-t-elle du fait que la SNCB a été informée formellement et à plusieurs reprises à ce sujet et que celle-ci a réagi en faisant des promesses qui n'ont été suivies d'aucun résultat ? Comment réagit-elle au fait que la récente adaptation des horaires a encore aggravé le problème et que les lettres adressées à l'ombudsman sont restées sans réponse ?

3) Envisage-t-elle d'améliorer cette situation regrettable ? Donnera-t-elle pour instruction à la SNCB de satisfaire ces besoins ? Dans l'affirmative, dans quel délai et par le biais de quelles mesures ? Dans la négative, comment explique-t-elle l'inertie face à cet important problème ?