SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2012-2013 Zitting 2012-2013
________________
18 septembre 2013 18 september 2013
________________
Question écrite n° 5-9879 Schriftelijke vraag nr. 5-9879

de Martine Taelman (Open Vld)

van Martine Taelman (Open Vld)

à la vice-première ministre et ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des Chances

aan de vice-eersteminister en minister van Binnenlandse Zaken en Gelijke Kansen
________________
Droits dans le cadre du du SEEQE (Système européen d’échange de quotas d’émission)- Marché - Fraude au CO2 - Réforme du SEEQE ETS (Emission Trading Scheme) rechten - Markt - CO2-fraude - Hervorming van het ETS-systeem 
________________
échange de droits d'émission
permis de pollution négociable
fraude
Interpol
emissiehandel
verhandelbaar vervuilingsquotum
fraude
Interpol
________ ________
18/9/2013 Verzending vraag
16/10/2013 Antwoord
18/9/2013 Verzending vraag
16/10/2013 Antwoord
________ ________
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 5-9878
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 5-9880
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 5-9878
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 5-9880
________ ________
Question n° 5-9879 du 18 septembre 2013 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-9879 d.d. 18 september 2013 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Fraude fiscale, suspicions de blanchiment et atteintes à la sécurité des numéros de compte : peu semble épargné au marché européen des droits d'émission. En outre, il y a malheureusement un énorme excédent de quotas d'émission. Les droits liés au SEEQE (Système européen d’échange de quotas d’émission) sont pour le moment considérés comme des obligations pourries. Dans un rapport du 2 août 2013, Interpol s'est penché sur le SEEQE. Ce système reste, paraît-il, exposé à la fraude à grande échelle et le crime organisé s'y est infiltré (voir http://www.interpol.int/fr/Internet/Centre-des-m%C3%A9dias/Nouvelles-et-communiqués%C3%A9s-de-presse/2013/PR090). La Banque mondiale estime à 132 milliards d'euros la valeur actuelle du marché en droits d'émission de CO2. Si l'on veut vraiment contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique, il est essentiel de rendre le système moins sensible à la fraude. Le risque sérieux qu'on tire un profit abusif des marchés du CO2 est lié à une vulnérabilité significative qui le distingue des autres marchés, à savoir son caractère insaisissable. Interpol déclare cependant que huit sociétés de courtage en crédits carbone opérant dans le cadre du Système européen d'échange de quotas d'émission ont récemment été fermées à la suite d'irrégularités. Intrinsèquement, le marché des quotas d'émission ne fonctionne d'ailleurs pas comme il devrait.

Voici donc mes questions :

1) Comment réagissez-vous au rapport d'Interpol et pouvez-vous indiquer les recommandations ou les mesures que vous avez soutenues ou allez soutenir devant la Commission européenne ?

2) Êtes-vous au courant de fraudes qui auraient été commises sur notre sol et/ou d'auteurs qui opéreraient depuis notre territoire ?

3) Quelle réforme faut-il pour remettre au point le SEEQE ? Qui s'en occupe et avec quel calendrier ?

4) Avez-vous une idée du montant total que la fraude au CO2 a coûté dans l'Union européenne (UE) et éventuellement dans notre pays ? Quelle est votre réaction à ce sujet ?

 

Belastingfraude, vermoedens van witwaspraktijken en beveiligingsaanvallen op rekeningnummers : weinig ellende blijft de Europese handel in emissierechten bespaard. Tot overmaat van ramp is er ook een gigantisch overschot aan emissierechten. De zogenaamde Emission Trading Scheme (ETS) rechten hebben momenteel een junk bond status. Interpol publiceerde een rapport op 2 augustus 2013 dat dieper ingaat op de ETS. Dit systeem is naar verluidt nog steeds vatbaar voor fraude op grote schaal en de georganiseerde misdaad heeft zich ingewerkt in de fraude hieromtrent (cf. http://www.interpol.int/News-and-media/News-media-releases/2013/PR090). De Wereldbank schat dat de markt in CO2-rechten momenteel 132 miljard euro bedraagt. Het is van cruciaal belang, wil men daadwerkelijk bijdragen tot de strijd tegen de klimaatopwarming, dat het systeem minder fraudegevoelig wordt. Het noemenswaardige potentieel om CO2-markten uit te buiten berust op één significante kwetsbaarheid die het onderscheidt van andere markten - de ongrijpbare natuur van CO2 zelf, aldus het rapport. Interpol benoemt echter in een verklaring acht CO2-handelshuizen die actief waren op de Europese markt die recent zijn gesloten vanwege wangedrag. Ook de ETS handel zelf draait niet naar behoren.

Ik had dan ook volgende vragen :

1) Hoe reageert u op het rapport van Interpol en kan u aangeven welke aanbevelingen of maatregelen u actief heeft bepleit of gaat u bepleiten bij de Europese Commissie ?

2) Heeft u weet van fraude die plaatsvond op ons grondgebied en / of daders die vanuit ons grondgebied opereren ?

3) Welke hervorming is noodzakelijk om het ETS systeem terug op punt te stellen ? Wie werkt aan deze hervorming en wat is de timing?

4) Heeft u zicht op het totaalbedrag dat tengevolge de CO2 fraude verloren ging in de Europese Unie (EU) alsook eventueel in ons land ? Hoe reageert u hierop ?

 
Réponse reçue le 16 octobre 2013 : Antwoord ontvangen op 16 oktober 2013 :

Cette question parlementaire ne relève pas de mes compétences mais bien de celles de mes collègues, le ministre des Affaires étrangères, le secrétaire d'État à l'Environnement et le Secrétaire d'État à la Lutte contre la fraude sociale et fiscale.

Deze parlementaire vraag valt niet onder mijn bevoegdheid, maar onder de bevoegdheden van mijn collega’s, de minister van Buitenlandse Zaken, de Staatssecretaris voor Leefmilieu en de Staatssecretaris voor de Bestrijding van de sociale en de fiscale fraude.